Les tests d’anticorps, peu spécifiques, ou pas spécifiques du tout ? Voici une indication

Une partie de l’orthodoxie reconnait que les liaisons anticorps/antigènes ne sont pas si spécifiques que ça (tout en tenant un autre discours par ailleurs, quand il s’agit des tests). Les dissidents du sida disent qu’ils sont assez peu spécifiques (ou autrement dit multi-spécifiques). Moi je dis qu’ils ne sont pas spécifiques du tout.

Voici un exemple qui va beaucoup plus dans mon sens que dans celui des autres théories.

Cet exemple, c’est tout simplement celui des tests VIH ; l’exemple le plus analysé. Voici la listes des causes pouvant créer un faux positif, pour les tests VIH :

# anticorps anti-glucidiques (52, 19, 13)
# anticorps spontanés (5, 19)
# immunisation passive par gammaglobulines ou immunoglobulines (utilisées prophylactiquement contre une infection immunisante). (18, 26, 60, 4, 22, 42, 43, 13)
# lèpre (2, 25)
# tuberculose (25)
# mycobactérie aviaire (25)
# lupus érythémateux disséminé (15, 23)
# insuffisance rénale (48, 23, 13)
# insuffisance rénale avec hémodialyse (56, 16, 41, 10, 49)
# traitement à l’interféron de patients hémodialysés (54)
# grippe (36)
# vaccin antigrippal (30, 11, 3, 20, 13, 43)
# herpès simplex 1 (27)
# herpès simplex 2 (11)
# infections des voies respiratoires supérieures (rhume ou grippe) (11)
# infection virale récente ou vaccination contre maladie virale (11)
# grossesse chez des femmes multipares (58, 53, 13, 43, 36)
# malaria (paludisme) (6, 12)
# taux élevés de complexes immuns circulants (6, 33)
# hypergammaglobulinémie (taux élevés d’anticorps) (40, 33)
# faux positifs pour d’autres tests, y compris le test RPR (rapid plasma reagent) pour le syphilis (17, 48, 33, 10, 49)
# polyarthrite rhumatoïde (36)
# vaccination antihépatite B (28, 21, 40, 43)
# vaccination antitétanique (40)
# transplantation d’organe (1, 36)
# transplantation rénale (35, 9, 48, 13, 56)
# anticorps antilymphocytaires (56, 31)
# anticorps anticollagène (qu’on trouve chez des homosexuels masculins, des hémophiles, des Africains des deux sexes, des lépreux) (31)
# test positif pour le facteur rhumatoïde, anticorps antinucléaires, (présents tous deux dans les polyarthrites rhumatoïdes et d’autres affections associées) (14, 62, 53)
# maladies auto-immunes (44, 29, 10, 40, 49, 43) : lupus érythémateux disséminé, maladies du tissu conjonctif, dermatomyosite
# infections virales aiguës (59, 48, 43, 53, 40, 13)
# néoplasmes (cancers) (40)
# hépatite ou autre maladie du foie d’origine alcoolique (32, 48, 40, 10, 13, 49, 43, 53)
# cholangite sclérosante primaire (48, 53)
# hépatite (54)
# anémie à cellule falciforme (chez les Africains) (38, 34, 40)
# anticorps à forte affinité pour le polystyrène (utilisé dans les test kits) (62, 40, 3)
# transfusions sanguines, transfusions répétées (63, 36, 13, 49, 43, 41)
# myélome multiple (10, 43, 53)
# anticorps HLA (vis-à-vis des antigènes leucocytaires de classe I & II) (7, 46, 63, 48, 10, 13, 49, 43, 53)
# anticorps « anti-smooth muscle » (48)
# anticorps antimembrane cellulaire (48)
# IgM (anticorps) antihépatite A (48)
# IgM antihépatite B (HBc) (48)
# préparations d’immunoglobulines humaines datant d’avant 1985 (10)
# hémophilie (10, 49)
# affections hématologiques malignes, lymphome (43, 53, 9, 48, 13)
# cirrhose primaire du foie (43, 53, 13, 48)
# syndrome de Stevens-Johnson (9, 48, 13)
# fièvre-Q avec hépatite asociée (61)
# échantillons de sérum inactivé par la chaleur (51, 57, 24, 49, 48)
# sérum sanguin surchargé de lipides (hyperlipémie) (49)
# sérum venant de sang hémolysé (dont l’hémoglobuline a quitté les globules rouges) (49)
# hyperbilirubinémie (10, 13)
# globulines produits au cours de gammapathies polyclonales (qui se rencontrent dans les groupes à risque SIDA) (10, 13, 48)
# réactions croisées pour d’obscures raisons chez des individus sains (10)
# ribonucléoprotéines humaines normales (48, 13)
# d’autres rétrovirus (8, 55, 14, 48, 13)
# anticorps antimitochondriaux (48, 13)
# anticorps antinucléaires (48, 13, 53)
# anticorps antimicrosomes (34)
# anticorps antileucocytes T (48, 13)
# protéines du papier filtre (13)
# virus d’Epstein-Barr (mononucléose infectieuse) (37)
# leichmaniose viscérale (45)
# relation sexuelle anale (réceptrice) (39, 64)

Est-ce qu’avec une liste pareille, on ne va pas plutôt dans le sens de l’idée que le test VIH n’est pas spécifique du tout, plutôt que peu spécifique ? Ben oui quand même. Quelle est la probabilité que les antigènes du VIH ressemblent aux antigènes de tous ces produits ? Ou alors, quelle est la probabilité qu’un anticorps sensé être plutôt spécifique de tel antigène du VIH soit spécifique à une liste aussi nombreuse d’autres éléments ? Ben quasiment aucune. L’explication la plus logique, c’est que ces anticorps ne sont pas spécifiques du tout et qu’ils agissent par simple collage, et ce, par simple attraction électromagnétique.

Note : toutes ces causes de faux positif au test VIH sont des causes officielles, ayant fait l’objet d’articles publiés par des scientifiques orthodoxes, pas des dissidents. Pour avoir la référence, voici le lien vers sidasante, là où les références de cette liste sont données.

One Response to “Les tests d’anticorps, peu spécifiques, ou pas spécifiques du tout ? Voici une indication”

  1. […] dire concernant les tests d’anticorps, c’est que la non spécificité du test VIH (cf. cet article) rejaillit sur les autres tests faits pour les maladies qui font réagir le test VIH. Ca invalide […]

Leave a Reply