L’être humain est un gros pot de colle 2

Suite à ce premier message, j’avais ajouté le 26 décembre 2004 :

———————

On peut constater l’intérêt de cette approche en terme de colles et aussi de fluides plus ou moins épaissis en ce qui concerne les anti-inflammatoires.

Qu’est-ce qu’une inflammation ? C’est très probablement le fait qu’une zone est encombrée de déchets et qu’une oxydation se produit à cet endroit. Il faut donc dégager la zone pour que le flux des nutriments et de leur évacuation puisse se faire et que l’oxydation cesse.

Donc, qu’est-ce qu’un anti-inflammatoire (ou au moins une bonne partie d’entre eux) ? C’est un truc qui doit liquéfier la zone encombrée de déchets, ou de façon plus générale, les fluides sanguins et lymphatiques. C’est une sorte de dissolvant. Le problème, c’est qu’à dissoudre les matières colloidales liquides ou semi liquides, ça finit par dissoudre les matières colloidales solides comme les chairs. Ce qui crée des trous, donc, des ulcères, des hémoragies.

C’est pour ça que la grand majorité des anti-inflammatoires entrainent des problèmes gastriques. Parce que, là où l’anti-inflammatoire est absorbé, sa concentration est la plus grande. Donc, c’est dans le système digestif que l’anti-inflammatoire va crée les plus gros dégats.

Ensuite, les problèmes crées dans les autres parties du corps sont fonction de la concentration du dissolvant. Si c’est un médicament qui contient beaucoup de produit dissolvant, il sera efficace pour lutter contre l’inflammation, mais dangereux. Inversement, si le médicament en contient peu, il ne sera pas trop dangereux, mais peu efficace. S’il est concentré et donc, dangereux, le produit va créer des problèmes de la même façon que dans le ventre, mais de façon un peu moins intense (vu qu’en entrant dans le système sanguin, il devient moins concentré). Il va dissoudre les chairs qu’il rencontre en premier, les chairs des vaisseaux sanguins. Donc, il va y avoir risque d’attaque cérébrale par rupture de vaisseau sanguin.

Il y a apparemment aussi risque d’infarctus. Pourquoi ? Là, je ne sais pas trop, vu que les vaisseaux en question sont plus gros et le flux plus intense. Mais on peut penser que le même phénomène est en jeu. Peut-être que comme le coeur récupère tout le liquide sanguin dans un temps très court, il est exposé au produit de façon importante, malgré le flux rapide.

Pour en revenir au système digestif, on peut penser que ces produits sont cause de très nombreux cancers et tumeurs du système digestif. Dans la mesure ou le cancer est lui aussi lié à un blocage de l’apport des nutriments et une inflammation, en dissolvant les chairs, l’anti-inflammatoire va créer les conditions du cancer. Ce qui va se passer, c’est que dans cet amas de chairs dissoutes ou respirant mal, des cellules vont revenir à un état de développement primitif, de type bactérie, avec multiplication infinie, ce qui va être le début du cancer ou d’une tumeur.

On peut penser que plus l’individu est maigre, et donc, a un sang moins épais, plus il va être susceptible de développer des problèmes rapidement (vu qu’une fois le sang désépaissi, le dissolvant s’attaque aux chairs). Mais, un individu gros aura tendance à prendre le produit pendant beaucoup plus longtemps, donc, à avoir des problèmes aussi. En plus, comme l’individu gros a tendance à avoir des problèmes de tension, ça ne doit pas aider.

Comment je l’ai évoqué plus haut, l’industrie pharmaceutique a un problème avec ces molécules. Alors, elle louvoie entre ces problèmes de médicament efficaces mais dangereux et pas dangereux mais assez inefficaces en utilisant des concentrations plus ou moins grandes. D’où toute une déclinaison en multiples produits anti-inflammatoires qui sont soit disant différents, mais qui doivent jouer essentiellement sur la concentration du produit. Cela dit, la fécondité de la chimie fait qu’il y a probablement quelques rares anti-inflammatoires qui agissent légèrement différement (à d’autres endroit du problème de la concentration des matières colloidales), mais les plus efficaces semblent être des dissolvants.

La solution la plus simple serait tout simplement de manger beaucoup moins d’aliments contenant des matières colloidales. Mais, forcément, la vente de petites pillules anti-inflammatoires s’effondrerait (et même celle de bien d’autres petites pillules).

J’en suis un exemple de ce que je décris à propos de ces problèmes d’inflammation. Avant janvier 2002, régime normal, avec un peu de junk food (chocolat, petits gateaux, etc…) : une migraine tous les mois. Entre janvier et juillet 2002, régime enrichi en viandes et laitages (donc, beaucoup plus colloidale) : passage à une migraine toutes les semaines. Depuis juillet 2002, régime fruit (avec un repas classique par jour), donc très peu colloidale : une migraine tous les ans, et encore.

Edit : Je viens de retrouver ce que j’avais vu sur la cortisone. Les produits anti-inflammatoires en application locale doivent logiquement avoir les mêmes effets que ceux utilisés en pillule. Ils attaquent les chairs, donc, la peau. Et effectivement, sur le topic sur la cortisone, il est dit que la cortisone affine la peau.

sans$ > Oui, il y a des effets secondaires à l’application en usage extene: un affinnement de la peau d’autan plus prononcé que le roduit est utilisé longtemps. Attention il y a 4 classes de corticoïdes: très puissante, (ex:dermovate) puissante (ex: locoid), moyennement puissante (ex: locacortene) et peu puissante en vente libre en Belgique comme l’hydrocortisone.

———————

Puis, j’avais ajouté le 23 janvier 2005 :

Du coup, fort de cette théorie, en regardant il y a quelque temps une émission de la cinq sur la santé dont le sujet était la décoloration des peaux noires, avant même que le reportage dise quel produit était utilisé, je me suis dit que ça devait être un produit à base cortisone. Et effectivement, c’est le cas. La corstisone désagrégeant les protéines, ça désagrège la peau, la rendant plus fine, et donc, moins noire.

Il est intéressant aussi de lire que, dans le cas du SIDA, la baisse du taux de cd4 est lié au taux de cortisol (même chose que la cortisone, mais produite par le corps). Un taux élevé de cortisol diminue la quantité de cd4. A mon avis, ça doit désagréger les cd4.

Le cortisol est lié au stress. Il est possible que le cortisol serve en fait à fluidifier le sang en vu d’un effort qu’il va avoir à produire. Dans la nature, un stress signifie souvent qu’il va falloir produire un effort important, comme se battre ou fuir devant un prédateur. La fluidification du sang permettant probablement à l’oxygène et aux nutriments d’arriver plus facilement dans les muscles.

2 Responses to “L’être humain est un gros pot de colle 2”

  1. Isabel dit :

    Bonjour,

    je trouve tout ce que tvous avez ecrit trse interessant. Moi meme je fais l’experience de l’impacte de proteines sur la santé (sans le savoir).
    Vous parlez d’articles ecrits en 2004, 2005, ou est-ce qu’ils sont postés?

    Une question, finalement, comment faut-il manger?

    Sur la question de l’aspirine.
    J’ai lu dernierement un livre « les quatre cavaliers de l’apocalypse », ecrit en 1917 par Blasco Ibanez. On peut lire dans ces pages à un moment doné, sur les allemands: ils ont inventés des medicaments qu’au lieu de guerir vous rend malade ». Je l’ai lu en espagnol donc desolée la traduction.
    ça rejoint votre theorie sur l’aspirine et l’epidemie de la grippe espagnole, qui a fait bcp de morts surtout dans les camps de balaille (??).

    merci pour votre blog; si jamais vous me dites ou se trouvent les autres articles, je vous remercie.

  2. Aixur dit :

    Merci,

    Les articles de 2004, 2005 sont sur les forums de onnouscachetout.com et sidasante.com. Ce sont des articles moins développés que ceux de ce blog. Mais il y a un certain nombre de trucs intéressant dont je n’ai pas encore parlé ici.

Leave a Reply