Posts Tagged ‘tests d’adn non fiables’

Les tests d’adn sont bidons

mardi, novembre 24th, 2009

On va donc commencer la critique de la génétique avec les tests d’adn.

Voici la version modifiée d’un texte que j’avais posté ici : http://www.onnouscachetout.com/forum/topic/12695-les-tests-dadn-sont-ils-fiables/ .

Petite introduction sur les résultats des tests d’ADN. En fait, lors du résultat, on a deux longues bandes : celle contenant l’ADN de l’échantillon (peau, cheveux, sang, etc…) et celle contenant l’ADN du sang d’une personne qu’on veut comparer à l’ADN de la première bande. Dans ces deux longues bandes, on a une série de petites bandes. Si ces petites bandes sont de même nombre, et positionnées aux mêmes endroits, et de même largeur, alors, on dit que l’ADN des deux échantillons est celui de la même personne.

 

Les tests d’adn sont une espèce d’icône sacrée. Tout le monde croit aux tests d’adn et au fait qu’il y ait une chance sur un milliard, voir plus, qu’un test se trompe. Et toute personne remettant en cause leur fiabilité passerait pour un fou. Et pourtant, on va voir que très loin d’être la perfection supposée, les tests d’adn sont totalement truandés et ne valent absolument rien.

C’est un avocat américain, William C. Thompson, qui nous révèle le pot aux roses. Au travers d’un cas qu’il a eu à traiter, il nous apprend comment se font les tests d’ADN en pratique (sur cette page web : http://www.scientific.org/case-in-point/articles/thompson/thompson.html ). Et ça fait mal, ça fait très mal.

En fait, il s’aperçoit, au fur et à mesure de son enquête sur la façon dont sont réalisés les tests d’ADN, de plusieurs choses.

 

1) Les techniciens qui réalisent les tests ne travaillent pas du tout en aveugle par rapport aux enquêtes de police (En tout cas aux USA). Ils sont parfaitement au courant des détails de l’affaire. Du coup, il peut tout à fait y avoir un biais énorme dans l’interprétation des résultats. Selon ce qu’a entendu le technicien de l’affaire, il peut biaiser le test dans un sens ou dans l’autre (et ce sera surtout dans le sens de ce qu’a conclu la police bien sur). Evidemment, ça change bien des choses ça.

Voici une citation du texte en question :

Les analystes légistes d’ADN comptent souvent sur le jugement subjectif lorsqu’ils interprètent les résultats des tests. Le fait qu’un test soit interprété comme une culpabilité totale ou une complète innocence peut dépendre entièrement d’un choix subjectif. Si les analystes n’étaient pas au courant du résultat prévu quand ils font ces tests, alors leur confiance dans leur jugement subjectif créerait peu de problèmes. Mais, dans la plupart des laboratoires légaux, les analystes ne « réalisent » pas les tests d’ADN en aveugles. Les analystes sont souvent en contact direct avec les policiers et savent tout de l’affaire (au moins connaissent-ils la perspective de la police). Ils peuvent même se considérer eux-mêmes comme un élément de l’équipe d’exécution de la loi, dont le travail est d’aider à « résoudre le cas » contre un suspect évidemment coupable. Ces circonstances créent un danger que les analystes soient volontairement ou involontairement orientés vers la théorie qu’a retenue la police quand ils font des choix subjectifs.

 

2) Mais, évidemment, vous allez penser que ça n’est pas gênant, parce que vous pensez que la méthode est totalement scientifique et objective, qu’il n’y a pas de place pour l’interprétation, et donc, que peu importe que le technicien soit au courant des détails de l’affaire.

Ce n’est absolument pas le cas.

C’est aussi ce que croyait le tribunal dans l’affaire en question. Mais, ayant l’impression qu’il y avait des failles dans les tests, l’avocat a exigé que le test soit refait pour son client, et a exigé également d’assister à la réalisation du test en compagnie d’un expert indépendant. Il a alors assisté à la façon hallucinante dont ceux-ci sont réalisés. En fait, on croit que les images qu’on voit dans les journaux sont les photos brutes des plaques servant de support au test. Mais en fait, non, il ne s’agit pas d’images brutes, mais d’images retravaillées à l’ordinateur. Et pour être retravaillées, elles sont retravaillées. Ca, le technicien ne s’embarrasse vraiment d’interrogations métaphysiques là-dessus.

Dans le cas qui nous est présenté, le technicien bidonne en fait complètement l’image initiale pour obtenir ce qu’il veut, ou plutôt, pour aller dans le sens des conclusions, ou de ce qu’il croit être les conclusions de la police (à savoir que l’accusé 1 est coupable). Et il bidonne dans les grandes largeurs.

Une fois le résultat scanné, l’avocat nous dit que pour arriver à détecter les bandes concordantes entre l’adn du sang de l’accusé et celui du sperme trouvé sur la victime, le technicien doit pousser fortement la sensibilité de l’ordinateur. Autrement dit, il augmente la luminosité de l’image avec le logiciel. Seulement, ce faisant, apparaissent plein de bandes qui font que les deux échantillons ne correspondent pas (des bandes qui n’apparaissaient pas sur l’image fournie au tribunal).

Alors, que fait notre joyeux et insouciant technicien ? Ben, il « corrige » à la main le résultat donné par l’ordinateur. En fait, il truque le résultat. Carrément. Cool quoi. C’est sur que comme ça, on peut faire correspondre tout à n’importe quoi et trouver absolument ce qu’on veut. Enfin, c’est le truc hallucinant quoi.

Le technicien intervient de plusieurs manières pour modifier le résultat.

Le logiciel peut mettre en évidence les bandes en les surlignant en vert. Le technicien supprime alors les bandes qui ne correspondent pas (et donc permettraient d’innocenter le suspect).

Quand l’avocat lui demande pourquoi il supprime telles bandes et laisse telles autres, il répond qu’il peut « dire simplement en la regardant », quelle bande est une vraie bande et quelle bande est une fausse bande (note d’Aixur, je suppose qu’il entend par là un artefact). L’avocat signale qu’un certain nombre de bandes supprimées avaient une densité optique supérieure à celles des bandes conservées. « So much for objectivity » comme dit l’avocat.

Le logiciel permet également de redimensionner les bandes. Si une bande a une différence de largeur de plus de 4 % avec la bande avec laquelle elle est comparée, on déclare qu’il ne s’agit pas de la même bande. Là, il y a une bande qui a une différence de largeur de 9 % (et c’est la seule bande qu’il y ait chez le suspect). Seulement, sur le document donné au tribunal, la bande en question ne dépassait pas 4 %. Ca signifie donc que, pour le document à destination du tribunal, le technicien a tranquillement redimensionné la bande pour que la différence ne dépasse pas 4 %.

Le logiciel permet aussi de repositionner les bandes avec la souris. L’avocat dit qu’une étude indépendante a déclaré que sur l’analyse aussi bien de l’image digitale, que de la photo d’origine de l’autorad (la plaque ou se fait la réaction je suppose), l’unique bande qui semblait correspondre, en fait, ne correspondait pas. Or, sur l’image transmise au tribunal, la bande en question correspondait parfaitement. Donc, il est clair que le technicien a repositionné la bande pour la faire correspondre parfaitement. Jamais deux bidonnages sans trois.

Un élément important de ce témoignage, c’est que cette façon de faire apparaissait tellement normale au technicien qu’il ne voyait même pas le problème. Il s’est laissé contrôler en train de faire son bidonnage apparemment sans laisser paraitre aucune inquiétude. Ces bidonnages sont donc tellement entrés dans les moeurs que le technicien ne craint pas d’être vu en train de les faire.

D’ailleurs, si un technicien fait ça, c’est que c’est une technique normale et qu’ils le font tous. Un technicien ne va pas s’amuser à faire ça si la technique est suffisante en elle-même, si tout est dans la photo initiale et qu’il n’y a pas à intervenir après.

 

Donc, les techniciens bidonnent. Et s’ils le font systématiquement, c’est parce qu’ils sont obligés de le faire. Et pourquoi sont-ils obligés de le faire ? Ben c’est parce qu’à chaque fois les résultats des deux échantillons sont en fait différents. Ceci parce que les résultats sont totalement aléatoires.

On pourrait répondre que la méthode est bonne mais que le technicien truande seulement de temps en temps, en fonction de ce qu’il sait de l’affaire et de la pression pour confirmer les soupçons de ses supérieurs hiérarchiques. La plupart du temps, cette méthode donnerait un résultat exact, et le technicien serait neutre, mais parfois, s’il est particulièrement convaincu que la personne est coupable, le technicien arrangerait l’analyse. Donc, toute la méthode ne serait pas à rejeter.

Mais, déjà, on ne voit pas pourquoi le technicien bidonnerait seulement de temps en temps. S’il le fait, c’est qu’il est obligé de le faire, parce que le résultat ne correspond jamais vraiment. Et puis, c’est absurde. Si le technicien n’intervenait pas d’ordinaire, il ne se mettrait pas à intervenir d’un seul coup. Il aurait l’habitude de laisser le test conclure à sa place. Et il agirait donc comme ça tout le temps. S’il trafique le résultat du test, c’est qu’il le fait très souvent.

Et puis, justement, la pression de ses supérieurs, il l’a pratiquement à chaque fois. Si on lui fait analyser l’adn en question, c’est quasiment toujours parce que la personne est suspecte. C’est sur que le technicien ne doit pas avoir à intervenir quand la personne n’est pas suspecte (puisque, comme les échantillons sont toujours différents, il n’a alors qu’à laisser le résultat en l’état). Mais justement, si on lui fait analyser cet adn, c’est que la personne est suspecte. Donc, très souvent, il est obligé de truander pour faire correspondre les deux échantillons, et ainsi confirmer les soupçons de ses collègues et de ses supérieurs hiérarchiques.

Et enfin, ce qui se passe quand il pousse fortement la luminosité de l’image montre que la méthode n’est pas bonne. En effet, à ce moment là, apparaissent plein de bandes (des bandes qui n’apparaissaient pas sur l’image fournie au tribunal). Ca veut dire quoi ? Ca veut dire qu’avec toutes ces bandes, les probabilités de non correspondance explosent. On ne doit quasiment jamais trouver d’échantillons qui correspondent parfaitement. Donc, la méthode ne sert à rien. Le résultat est toujours différent. Et donc, pour faire en sorte qu’il soit identique entre les deux échantillons, il faut truander.

Donc, ça signifie que tous les tests d’adn sont bidons.

En pratique, ça veut dire que tous les tests d’adn faits dans le cadre d’enquête de police ne valent rien. C’est pour ça qu’il y a beaucoup de gens condamnés sur la foi de tests d’adn qui hurlent leur innocence. C’est parce qu’effectivement, ils sont innocents. Il doit y avoir un sacré paquet de monde mis en prison à tort à cause des tests d’adn.

Ca veut dire aussi que les tests de paternité sont bidons. Mais ça n’apparait pas ; parce que la plupart des gens qui font faire des tests de paternité ont évidemment déjà un doute sur leur paternité. Donc, ils ne vont jamais rejeter le résultat du test, mais accuser leur femme de les avoir trompés. Et quand il s’agit d’un enfant qui veut se faire reconnaitre, le test est en général réalisé dans le cadre d’un procès. Donc, on le fait une fois mais pas deux. Donc, impossible de voir ce qu’aurait donné un deuxième test.

Et de toute manière, dans les très rares cas ou d’une façon ou d’une autre, la justice reviendrait sur résultat, il y a une explication toute trouvée : on va dire que l’échantillon a été contaminé par l’adn d’une des personnes qui l’a manipulé.

Donc, concernant la liste de choses à remettre en cause pour remettre en cause l’existence de l’adn, tombent déjà :

1) la capacité à dire que tel adn appartient à telle personne (enquêtes policières)

2) la capacité de dire qu’une personne est le parent d’une autre personne (tests de parenté).

 

Note : le cas discuté ici a été décrit au départ dans le livre de William C. Thompson, A Sociological Perspective on the Science of Forensic DNA Testing. U.C. Davis Law Review, 1997, 30(4), 1113-1136.

PS : En ce qui concerne le trucage, comme on l’a vu, il y a beaucoup de bandes qui apparaissent quand on augmente la sensibilité du logiciel. Ce qui entraine que les deux échantillons ne correspondent quasiment jamais. Mais inversement, ça doit aussi aider à truander plus facilement. Parce qu’en fait, du coup, la différence ne se joue pas sur une absence ou une présence de bande, mais sur une plus ou moins grande luminosité des différentes bandes. Il y a presque toujours quelque chose, mais avec plus ou moins de luminosité (ce qui montre qu’on a encore affaire à un test à la limite et pas un test tout ou rien).

Donc, si on est honnête, on se base sur les luminosités les plus importantes, et là, on voit rapidement que la méthode est complètement foireuse parce que les échantillons sont toujours différents. Mais si on ne l’est pas, il est très facile de trouver quelque chose qui corresponde, et donc, de bidonner. Vu qu’il y a des bandes lumineuses partout, il y aura toujours une bande qui ne sera pas très loin de celle d’en face et pas très différente. Et même si elle n’est pas positionnée exactement au même endroit et qu’elle n’est pas exactement pareille, il suffira de la repositionner un peu plus loin et de la redimensionner légèrement. Par ailleurs, si elle n’a pas l’air très dense, il suffira d’en augmenter l’intensité lumineuse avec le logiciel. Et c’est bon. S’il ‘n y avait qu’une ou deux bandes, ça serait plus difficile. Mais avec plein de bandes, ce n’est vraiment pas un problème. Ensuite, on augmente l’intensité lumineuse des bandes qu’on a choisies et on diminue celle des autres (voir, on les supprime complètement si elles sont trop lumineuses). A la fin, il suffit de diminuer la luminosité globale pour faire croire qu’il n’y a que les bandes mises en évidence et rien d’autre. Le défaut initial se transforme en avantage pour les truandeurs.