Posts Tagged ‘rejet’

Non existence du système immunitaire : le problème des greffes

mardi, juillet 3rd, 2007

Donc, comme dit dans l’article précédent, sans microbes pathogènes et sans maladies immunitaires, il ne reste plus que le problème des greffes pour valider l’existence du système immunitaire.

L’argument pour soutenir l’existence du système immunitaire par rapport au greffes, c’est le fait qu’il y a rejet des greffes quand le donneur n’est pas compatible avec le receveur, ainsi que le fait que même en cas de donneur compatible, il peut y avoir rejet de la greffe si le receveur ne prend pas de médicaments diminuant la réponse immunitaire. Le receveur est obligé de prendre ces médicaments toute sa vie ; sinon, à tout moment, il risque le rejet de la greffe.

Seulement, déjà, il y a une contradiction. Si le receveur prend des médicaments qui abaissent très fortement son immunité (tellement que son « système immunitaire » n’est plus capable de reconnaître le non soi, ou de le combattre), il devrait être sujet à toutes les infections de la terre. Comme pour le sida, il devrait mourir en une semaine d’un de ces microbes pathogènes qu’on trouve partout ou qui sont très fréquents : légionelle (dans l’eau des salles de bain, de la cuisine), salmonelle, staphylocoque doré, tétanos, rhume, grippe, toutes les maladies contre lesquelles il était vacciné et contre lesquelles il n’a plus de protection, gangrène, etc… Or, ça n’arrive pas. Un certains nombre de greffés subissent bien certaines infections. Mais on est loin du compte par rapport à la diversité et aux nombre d’infections qu’ils devraient contracter (d’ailleurs, ils devraient tout attraper en même temps). Et on est également loin du compte par rapport au fait qu’ils devraient succomber en à peine une semaine.

Surtout que l’organe à rejeter est largement supérieur en taille à ce que l’organisme à affaire d’habitude. Donc, le système immunitaire ne peut pas louper cet organe étranger. C’est la première chose à laquelle il devrait s’attaquer s’il avait la moindre possibilité de le faire. Donc, on ne peut pas défendre l’idée que le système immunitaire est juste affaibli suffisamment pour ne pas attaquer le greffon, mais suffisamment peu pour qu’il puisse continuer à endiguer le flot des microbes pathogènes. En plus, comme l’orthodoxie défend l’idée que sans les médicaments, la personne verrait sa greffe rejetée, on se demande bien quel est le niveau où se situerait le point d’équilibre entre non rejet de la greffe et rejet des microbes pathogènes. Est-ce que c’est 20 % d’efficacité en moins ? 50 % ? 70 % ?

Donc, leur immunité semble marcher très bien. Donc, normalement, le greffon devrait être rejeté rapidement. Seulement, ça n’arrive pas. Le greffon n’est pas rejeté. Donc, forcément, c’est qu’il n’y a pas de système immunitaire. S’il y en avait un, il rejetterait le greffon.

L’argument ultime, c’est que sans les médicaments, le greffon serait rejeté. Donc, les orthodoxes diront que ça prouve bien qu’il y a un système immunitaire. Les orthodoxes tablent sur le fait personne ne fait l’essai de suspendre son traitement. Alors, bien sur, en l’absence d’essai, il n’y a pas de preuve que le greffon serait rejeté, mais il n’y en a pas qu’il ne serait pas rejeté. Donc, les orthodoxes ne peuvent pas prouver qu’ils ont raison, mais on ne peut pas prouver non plus qu’ils ont tort. Donc, ils ne font qu’une supposition. Mais comme ce sont eux qui ont la puissance de l’autorité, la crédibilité, etc…, peu leur importe. Les gens croiront les partisans de l’orthodoxie, point.

Seulement, surprise !, manque de bol pour l’orthodoxie, il se trouve qu’il y a des gens qui arrêtent leur traitement et qui ne voient pas le rejet du greffon. Eh oui. C’est une chose peu connue, mais ça existe. Il y a des biologistes qui travaillent sur ce sujet et qui essayent de comprendre pourquoi ça arrive.

Alors, bien sur, on pourra répondre que ça ne concerne que quelques personnes. Oui, mais il y a aussi certainement extrêmement peu de monde qui ose interrompre son traitement. En fait, les gens qui interrompent leur traitement doivent à peine être plus nombreux qui ceux qui l’ont arrêté sans voir le rejet de leur greffe. Bref, on peut penser qu’il doit y avoir 80 ou 90 % de ceux qui ont tenté le coup qui n’ont pas rejeté le greffon, si ce n’est 100 %. Donc, le taux de réussite doit être très élevé.

Donc, l’ultime défense de l’orthodoxie se révèle fausse. On peut arrêter son traitement et ne pas voir le rejet du greffon (tout en ne mourant pas en quelques jours d’une maladie microbienne).

Et du coup, il n’y a plus aucune preuve de l’existence du système immunitaire. S’il n’y a pas de microbes pathogènes, pas de maladies du système immunitaire, et que l’organisme, sans prise de médicaments, ne rejette pas le greffon, impossible de prouver l’existence du système immunitaire.

Et même, le fait qu’il n’y a pas de rejet du greffon en l’absence de médicaments, montre bien qu’il n’y a pas de système immunitaire, puisque s’il y en avait un, il devrait rejeter le greffon. Donc, le problème des greffes ne fait pas qu’échouer à valider l’existence du système immunitaire, il la réfute carrément.