Posts Tagged ‘la bière fait grossir’

Oui, la bière fait grossir

mercredi, septembre 26th, 2012

 

C’est un fait qu’une proportion importante des gens qui boivent de la bière a du ventre (et est en surpoids). Plein de gens en font la remarque. Seulement, d’un autre côté, on ne voit pas pourquoi une simple boisson comme celle-ci, peu alcoolisée et relativement peu sucrée, pourrait entrainer un problème pareil. Du coup, beaucoup de gens se demandent si le problème vient vraiment de la bière ou pas.

De nombreux spécialistes répondent que non. Ils justifient cette théorie en se reposant sur le fait que la bière ne contient que peu de calories (40kcal/100g) et peu d’alcool et que c’est donc insuffisant pour faire grossir une personne, à moins bien sûr d’en consommer vraiment beaucoup. Donc, l’idée est que si on en fait une consommation modérée, il n’y a pas de problème.

Quelques-uns répondent que oui. Ils disent que la bière est composée de sucres à digestion rapide, ce qui provoque une augmentation du taux d’insuline et un stockage des sucres sous forme de graisse. C’est exact, mais l’explication est largement insuffisante ;  ceci parce que la prise de ventre touche des personnes qui ne consomment souvent que 2 ou 3 bières par jour. Et la bière est moins calorique que le vin.

Effectivement, la bière fait grossir. Et c’est vrai que la présence de sucre rapide n’aide pas. Mais la cause principale est l’effet de type cortisone des plantes qu’il y a dedans. Elles augmentent le taux de cortisol et elles entrainent donc de la rétention d’eau dans les cellules du centre du corps.

D’une façon générale, c’est le cas de toutes les plantes à gout amer. Une plante de ce type est invariablement mauvaise pour le corps. L’amertume vient de produits chimiques toxiques pour ce dernier. Celui-ci réagit donc à l’agression que constitue l’ingestion de la plante par une augmentation du taux de cortisol. Ça permet de diluer le poison au niveau des cellules en y augmentant la quantité d’eau.  

La bière, qui a donc un gout amer, est composée de houblon et d’orge fermentée. Le houblon doit être le principal responsable du problème de prise de poids. C’est en effet la plante qui donne son amertume à la bière.

Cela dit, le fait qu’on fasse fermenter l’orge dans un environnement très humide doit entrainer le développement de tout un tas de moisissures et de bactéries. Et il est possible que celles-ci émettent de nombreux produits chimiques ayant un effet de type cortisone. D’autant plus que l’orge est riche en protéines (13 %). Donc, c’est à confirmer, mais il est possible que la fermentation de l’orge participe aussi au problème ; de façon moins importante que le houblon, mais un peu quand même.

Donc oui, la bière fait grossir. Et, pour l’essentiel, ça n’a rien à voir avec le nombre de calories. C’est l’effet de type cortisone des plantes qu’il y a dedans qui pose problème ; principalement le houblon.

Et selon ce principe, plus la bière est amer, plus elle doit faire grossir. Cela dit, il faut se méfier des bières sucrées. L’amertume y est peut-être présente, mais masquée par le sucre.

Evidemment, la prise de poids dépend de la dose ingérée. Mais il semble que certaines personnes prennent déjà du poids avec seulement deux bières par jours.

Cela dit, ça dépend aussi de ce qu’on prend par ailleurs. Si on prend d’autres produits qui ont un effet de type cortisone, on peut franchir la limite à partir de laquelle on commence à grossir. Par exemple, quelqu’un qui prend deux ou trois cafés par jours, plus deux bières, ça va commencer à être largement trop. Dans les régions du sud, ajouter à la bière la consommation de boissons anisées comme le pastis peut faire franchir la limite. Comme la pilule contraceptive a aussi un effet de type cortisone, une femme sous pilule qui va consommer deux bières par jour a un gros risque de franchir le niveau de taux de cortisol qui va faire prendre du poids. Cette réflexion s’applique aussi au traitement hormonal substitutif pour les femmes ménopausées, puisque ça a en réalité le même effet que la pilule (ce sont des cortisone-likes). D’autant plus que plus on a un taux de cortisol élevé, et plus on a faim. Donc, plus on ajoutera des produits augmentant le taux de cortisol, plus on aura tendance à manger beaucoup.