Posts Tagged ‘cancer’

La morphine, une cause importante de mort chez les cancéreux

lundi, juin 14th, 2010

 

Je pense avoir trouvé un nouvel élément qui participe à la mort des cancéreux supposément en phase terminale : la morphine.

J’avais dit dans ce billet, que la cause des morts lors d’un cancer était souvent la suivante. Le patient voit son taux de cortisol augmenter fortement lors de la prise de la chimiothérapie. Ce qui retient l’eau dans le centre du corps et a contrario déshydrate les membres. Mais, comme la chimiothérapie fait maigrir par ailleurs, le patient se déshydrate globalement. A l’arrêt de la chimio, il subit un effondrement du taux de cortisol. Ce qui entraine que le centre du corps se déshydrate et que les membres retiennent l’eau. Et comme le corps est déshydraté globalement, le centre du corps est alors particulièrement déshydraté. A la suite de ça, une toux va souvent apparaitre.

Comme il va y avoir soupçon de pneumonie, les médecins vont fréquemment donner des médicaments qui vont entrainer une mobilisation d’eau soudaine dans le ventre. Mobilisation qui va se faire au détriment du thorax (qui va manquer encore un peu plus d’eau). Comme le centre du corps est déjà très déshydraté, le thorax va l’être trop, et le cœur va lâcher ou le patient va se trouver en état de détresse respiratoire mortelle.

Donc, on a la séquence suivante en trois actes. Premier acte : chimiothérapie, hausse du taux de cortisol et déshydratation globale. Deuxième acte : arrêt de la chimio, baisse du taux de cortisol et déshydratation sévère du centre du corps (et donc des poumons), toux, diagnostic de pneumonie. Troisième acte : antibiotiques, mort par attaque cardiaque, hémorragie cérébrale ou détresse respiratoire.

Mais, le patient ne prend pas que la chimio, il y a un autre médicament qui lui est fréquemment administré : la morphine. Celle-ci est utilisée pour supprimer les douleurs causées supposément par le cancer (et qui sont en réalité causées la plupart du temps par le traitement).

Or, la morphine entraine un certain nombre d’effets secondaires, dont, entre autres, une détresse respiratoire.

Est-ce que c’est parce que la morphine entraine une baisse du taux de cortisol ou est-ce que c’est un simple vasodilatateur ? Difficile à dire. D’un coté, il y a l’hypotension et la détresse respiratoire qui sont reportés. Ce qui va dans le sens d’une baisse du taux de cortisol. Mais, ça pourrait être du à un simple effet vasodilatateur. Et de l’autre coté, il y a certains symptômes de la baisse de cortisol qui ne sont pas reportés. Mais, on utilise la morphine dans des conditions qui doivent entrainer qu’on n’a pas le temps de voir apparaitre les symptômes en question, ou alors, on les attribue à d’autres causes, ou encore, ils sont masqués par la prise d’autres médicaments.

Mais bon, l’effet est là ; ça entraine une détresse respiratoire et de l’hypotension. Par conséquent, on peut imaginer la chose suivante. Le patient est très déshydraté globalement par la chimiothérapie. Et comme il souffre, on lui donne de la morphine. Celle-ci cause des détresses respiratoires qui sont mises sur le dos d’une infection quelconque. On retombe à ce moment-là dans la phase où on administre des antibiotiques. Et là, le patient meurt à cause d’une attaque cardiaque, d’une hémorragie cérébrale ou d’une détresse respiratoire.

Ca va arriver plus particulièrement au moment où le patient va arrêter sa chimio. En effet, la chimio fait augmenter le taux de cortisol. Ca protège d’une éventuelle détresse respiratoire causée par la morphine. Donc, les deux effets se contrebalancent. Mais quand on arrête la chimio, non seulement le taux de cortisol s’effondre, ce qui crée des détresses respiratoires (comme on l’a vu dans un autre article), mais en en plus, il n’y a plus rien pour empêcher la détresse respiratoire causée par la morphine. Donc, la probabilité d’une détresse respiratoire ou d’un arrêt cardiaque mortels augmente très fortement.

L’autre moment où ça peut arriver, c’est au bout d’un certain nombre de mois de prise de morphine, avec augmentation régulière des doses. Comme on considère qu’il n’y a pas vraiment de dose limite, on peut augmenter sans cesse les doses, jusqu’à ce qu’il y ait un problème (les doses les plus importantes sont près de 100 fois supérieures aux moins importantes). Donc, ou bout de quelques mois, la dose est tellement importante que la détresse respiratoire a de forts risques de survenir. Une baisse du taux de cortisol peut favoriser aussi la survenue de la détresse respiratoire dans ce cas là.

Il semble par ailleurs qu’on préconise l’usage de médicaments qui augmentent le taux de cortisol et donc entrainent une hypertension, comme les anti-inflammatoires, ou certains anxiolytiques. C’est d’ailleurs logique, puisqu’on peut s’en servir pour lutter contre d’autres douleurs ou problèmes comme les douleurs articulaires ou la déprime. Du coup, ces médicaments luttent contre l’effet hypotenseur de la morphine. Mais forcément, selon les doses de morphine et de ces médicaments, l’effet hypotenseur de la morphine va prendre le dessus sur l’effet hypertenseur de ces médicaments ou inversement. Donc, le résultat va sembler aléatoire. Et comme ils n’ont pas conscience de ce problème, les médecins vont se dire que la morphine n’est pas responsable des morts par détresse respiratoire, vu que même avec des doses importantes, les patients ne subissent pas forcément une détresse respiratoire.

On peut donc penser que la morphine est une autre cause majeure de mort en plus de celles causées par la chimio.

 

– Objections possibles

 

Alors bien sur, on répondra que les médecins sont au courant des problèmes respiratoires liés à la morphine. Oui, mais là la personne est supposée avoir un cancer. Et ça change évidemment tout pour le diagnostic. Dans le cadre du cancer, la plupart du temps, les médecins penseront que les problèmes respiratoires viennent du cancer et pas de la morphine, surtout si les problèmes sont récidivants et que la personne est considérée comme étant au stade terminal. Par ailleurs, ils vont évidemment chercher si ce n’est pas un microbe qui est à l’origine du problème (présence du microbe qui sera liée au cancer dans l’esprit des médecins). Et avec leurs tests d’anticorps bidons, ils ont toutes les chances d’en trouver un. Donc, ils concluront qu’il s’agit d’une pneumonie, ou d’une tuberculose, ou de quelque chose comme ça. Et ils donneront des antibiotiques.

L’orthodoxie pourrait chercher à minimiser le pouvoir hypotenseur et de détresse respiratoire de la morphine. Et c’est ce qu’elle fait d’ailleurs. Dans les articles traitant des effets secondaires de la morphine, ces deux effets sont cités, mais leur importance est minimisée. Seulement le problème, c’est qu’il y a justement les cas d’overdoses des drogués à l’héroïne, une drogue à l’action très similaire à celle de la morphine. Les héroïnomanes meurt de quoi lors d’une overdose ? De dépression respiratoire (voir Wikipédia), d’hypoxie cérébrale et d’hypotension (voir hometox). Et d’ailleurs, certains préconisent souvent de mettre la personne dans de l’eau froide. Pourquoi ? Parce que le froid entraine une vasoconstriction. Du coup, le sang revient vers le centre du corps. Ca permet de lutter contre l’hypotension et de faire en sorte que le cœur ne lâche pas et que les poumons soient à nouveau suffisamment hydratés pour que la fonction respiratoire revienne à la normale. Le conseil de surélever les jambes si la personne est allongée obéit au même principe. Idem pour l’idée de lui faire peur (production d’adrénaline qui va entrainer un reflux du sang vers le centre du corps).

Et dans le livre « Sainte morphine, fléau de l’humanité« , on parle de l’époque où la morphine était une drogue très prisée (vers la fin du 19ème siècle et le début du 20ème). Et p.596, on cite quelques cas de morphinomanes célèbres à la fin du 19ème siècle morts manifestement d’overdoses dans leur trentaine.

Bien sur, il faut des doses relativement importantes pour qu’apparaissent ces désagréments. Mais ça veut bien dire que ces effets secondaires sont réels. Si ces symptômes apparaissent quand il y a overdose, ça veut dire qu’ils sont déjà présents (à des niveaux moins graves) à des doses bien inférieures de morphine.

Evidemment, il y a des gens qui sont accrocs à la morphine et qui n’en meurent pas. On pourrait mettre en avant également le fait qu’il y a plein de drogués à l’héroïne (même type d’effet et même problèmes de détresse respiratoire) qui ne meurent pas au bout de quelques mois.

Mais là, déjà, la personne a été esquintée fortement par le traitement anti-cancéreux. Alors que les héroïnomanes n’ont pas subi ça. En plus, ce sont souvent des personnes agées ; alors que les drogués à l’héroïne sont presque toujours des gens jeunes, donc beaucoup plus résistants. Et surtout, ce sont les médecins qui décident des doses. Or, ils vont souvent avoir tendance à les augmenter de plus en plus (puisque la personne s’acclimate au produit et qu’il faut augmenter les doses pour continuer à supprimer la douleur). Donc, c’est différent des personnes accrocs, qui peuvent décider de limiter leur consommation en fonction des effets secondaires qu’elles constatent ou de leur état de forme. Ici, la personne, en tant que patient, continue à prendre les doses prescrites malgré les effets secondaires (qu’on lui présente comme étant ceux du cancer).

En plus, comme on l’a vu, souvent les patients vont prendre d’autres médicaments qui vont augmenter le taux de cortisol et donc annuler l’effet hypotenseur de la morphine, ce que ne font pas  les drogués (même si beaucoup prennent des drogues du genre speed pour contrebalancer les effets de l’héroïne). Donc, un drogué va constater qu’il est de plus en plus mal. Et il saura que c’est à cause de l’usage de l’héroïne. Du coup, la encore, il pourra décider de s’arrêter temporairement d’en prendre, ou de diminuer les doses. Ou il ira consulter un médecin qui lui donnera des médicaments qui auront tendance à lutter contre l’effet hypotenseur de l’héroïne. Tandis que pour le cancéreux, quand le médecin décidera d’arrêter ou de diminuer les doses des autres médicaments qui contrebalancent l’effet hypotenseur de la morphine, là, le patient ne pourra pas prendre l’initiative de diminuer ses doses de morphine. Et le médecin pourrait même avoir tendance à les augmenter.

Enfin, un truc qui fait que l’héroïne n’entraine pas si rapidement des problèmes d’overdose, c’est qu’apparemment (voir Wikipédia sur l’héroïne) on la coupe avec des produits qui augmentent le taux de cortisol : cocaïne, caféine, ou paracétamol. Si elle était pure, ou si elle était coupée avec des produits n’ayant pas cet effet de hausse du taux de cortisol, il y aurait probablement beaucoup plus de décès par overdose.

Donc, ces différences changent énormément de choses quant à la probabilité de survenue d’une overdose mortelle.

 

– Difficulté d’échapper au traitement morphinique

 

Le problème, c’est que, souvent, il va être difficile d’échapper à la morphine lors d’un cancer.

Déjà, comme le traitement anticancéreux (chimio, rayons, chirurgie…) peut entrainer des douleurs importantes, ça pousse à l’utilisation de la morphine.

Mais ça peut être le cas aussi après le traitement. En effet, la baisse du taux de cortisol va engendrer des douleurs réelles au niveau des articulations des membres, ainsi que des céphalées.

Ensuite, si le patient a déjà commencé à en prendre, arrêter la morphine fait revenir la douleur. D’ailleurs, ce retour va souvent être attribué au cancer et pas à l’arrêt de la morphine.

Et si la personne est considérée comme étant en phase terminale de la maladie, il est bien possible qu’on lui donne préventivement de la morphine pour éviter les douleurs pouvant survenir lors des derniers jours de vie. C’est à vérifier, mais c’est probable.

Tout ça rend donc difficile d’échapper à la prise de morphine. C’est ce qui fait que l’usage en est fréquent lors d’un cancer.

 

– Ce que ça permet d’un point de vue théorique pour les médecins officiels du cancer

 

L’usage de la morphine est intéressant pour l’orthodoxie d’un point de vue théorique. En effet, elle permet aux médecins de dissocier le moment de la mort et la période de la chimiothérapie, puisque dans un certain nombre de cas, la mort survient quelques mois après la fin de celle-ci. Ils ont alors beau jeu de dire que la mort n’est pas causée par les traitements.

Ca participe à la validation de leur théorie selon laquelle que les gens meurent toujours du cancer. Sans la morphine, ça serait le cas moins souvent. En effet, si on dit que le traitement a échoué qu’on l’a donc arrêté, et que la personne est en phase terminale, la plupart du temps, on entend par là qu’elle va mourir d’ici quelque mois. Seulement, sans la morphine, cette prédiction ne serait pas toujours vérifiée. Et si la personne ne meurt pas quelques mois après un diagnostic de phase terminale, ça la fout mal, c’est sur. Ca invaliderait la théorie selon laquelle le cancer est mortel 100 % du temps. Donc, la morphine a son importance pour maintenir le dogme.

Tout ça permet également de faire taire les quelques dissidents qui disent que les cancers sont très loin d’être mortels 100 % du temps, et que ce sont les médicaments qui tuent les patients, et pas le cancer (ou simplement les sceptiques et curieux qui se poseraient ce genre de question). Avec la morphine, les médecins peuvent dire « si si, je connais plein de personnes qui sont mortes bien après la prise de leur dernier traitement. Donc, ce n’est pas le traitement qui tue, mais bien le cancer. Et quasiment toutes sont mortes, donc le cancer est donc bien létal quasiment 100 % du temps ».

En général, ils mettront l’accent sur le fait que la personne ne prenait plus rien. Croix de bois croix de fer, la main sur le cœur. Sauf qu’ils auront tendance à oublier que la personne prenait de la morphine (ou ils présenteront ça comme un détail insignifiant) et éventuellement quelques anti-inflammatoires et anxiolytiques, et donc, qu’elle ne prenait pas « rien ».

Alors bien sur, il y a la possibilité qu’il y ait un diagnostic de stade terminal et donc de mort proche, et que la personne ne meurt finalement pas dans le temps prévu. La morphine ou l’association « morphine+chimio » ou « morphine+médicaments augmentant le taux de cortisol » ne va pas tuer tout le monde à chaque fois. Seulement, les médecins doivent avoir un bon sens de ces choses là et doivent bien savoir si la personne va mourir sous peu. Donc, quand ils vont diagnostiquer un stade terminal, ils vont rarement se tromper. La personne sera vraiment dans un état très affaibli. Un état dans lequel n’importe quel traitement un peu carabiné la tuera. Et puis, si la personne ne meurt pas dans le temps prévu et se remet un peu, dans la mesure où elle est considérée comme étant en stade terminal, donc avec un cancer très avancé, on va lui faire reprendre une chimio plus éventuellement des rayons (et peut-être même de la chirurgie). Et si ça ne marche pas et qu’elle ne meurt pas, rebelote. Et à ce régime là, elle finira bien par mourir quand même relativement rapidement. Donc, une fois le diagnostic de phase terminale posé, la personne a très peu de chance d’en réchapper.

 

– Autres avantages de la morphine d’un point de vue plus pratique pour l’orthodoxie

 

Par ailleurs, comme ils ne ressentent plus de douleur, les patients acceptent des traitements qui leur déglinguent complètement le corps et les tuent donc à petit feu. Sans la morphine, une telle chose serait difficile à obtenir. Les patients pourraient se révolter contre le traitement, ou simplement l’abandonner tellement il serait douloureux. En fait, c’est même mieux que ça. Comme ça abrutit complètement, les patients acceptent l’idée de mourir. Et même souvent, ils finissent presque par désirer la mort. Donc, c’est un élément essentiel pour arriver à tuer les patients sans qu’ils ne se rebellent.

C’est un peu le même problème que pour les médicaments pris par voie orale. La plupart ont un gout absolument abominable (puisque ce sont des poisons, voir l’article sur les médicaments à base de plante de Shelton). Et les médecins doivent tromper ou passer la barrière du gout en les enrobant de produits très sucrés, ou maintenant, en les mettant dans des gélules solubles dans le système digestif. Sinon, jamais les gens n’accepteraient de les prendre.

Concernant les proches du mort, ceux-ci vont avoir une image positive de la morphine. Comme les médecins, ils penseront que c’était le cancer qui faisait souffrir la personne, et que c’est une chance qu’il y ait eu la morphine pour soulager les douleurs de leur parent ou ami. Cette image positive rendra inimaginable l’idée que la morphine puisse être à l’origine de la mort de celui-ci. Non pas qu’il y ait grand risque qu’ils aient jamais cette idée là. Mais bon, c’est un à petit coté de la chose.

Par ailleurs, toujours pour les proches, l’agonie est moins horrible, beaucoup mieux acceptée. Tout sera plus cool avec la morphine. Souvent, les proches diront qu’il est mort sans souffrir, qu’il avait l’air comme en paix avec lui-même. En paix avec lui-même, tu parles, complètement shooté à la morphine oui (plus anxiolytiques divers éventuellement). Sans elle, le coté cool et super apaisé des derniers jours serait « légèrement » différent. Du coup, pour les proches, la mort semblera être quelque chose de doux, de serein, presqu’une belle expérience mystique (à en écouter certains).

En plus, les proches croient effectivement que la personne est en phase terminale, puisqu’avec la morphine, elle est amorphe, sans réaction, apparemment très affaiblie. Ca permet à l’orthodoxie de mieux faire accepter la mort par les parents. Ca évite que ceux-ci ne viennent demander des comptes par la suite. Même si, là encore, il y a peu de risques que leur vienne cette idée.

Et puis, c’est évidemment beaucoup plus agréable aussi pour le personnel soignant. Là, les patients ne hurlent pas de douleur les jours ou les semaines avant de mourir. C’est sur que c’est infiniment plus confortable.

Ce n’est pas donc pas étonnant que ce soit les infirmières qui aient poussé à l’extension de l’utilisation de la morphine (c’est ce qu’on peut trouver sur Wikipédia : « A partir des années 1970, l’utilisation de la morphine augmenta du fait des infirmières, qui les plus à l’écoute de la douleur de leurs patients, réclamèrent une meilleure prise en charge de la douleur« ). Bien sur, elles ont du considérer avant tout l’amélioration du confort de vie pour le patient. Mais, c’était aussi dans leur intérêt.

Les médecins, eux, devaient être effectivement moins concernés, puisqu’ils sont quand même moins au contact des malades que les infirmières. Même si on peut penser qu’ils ont finalement été contents de bénéficier d’une bien meilleurs tranquillité des patients.

Bien sur, la morphine était déjà massivement utilisée avant cette période. On en a simplement étendu l’usage à des situations moins terminales qu’avant. Avant, on devait réserver l’usage de la morphine à la toute fin de vie (le dernier ou les deux derniers mois). Et depuis les années 70, on a du étendre l’usage de la morphine à des situations considérées comme moins critiques. D’ailleurs, sur l’article de Wikipédia, on dit bien que l’utilisation de la morphine a augmenté, pas qu’elle a été introduite.

D’une façon plus générale, ça permet aussi de faire croire que les traitements anticancéreux sont moins désagréables qu’avant. Effectivement, avec la morphine, beaucoup de patients viendront dire qu’ils ont vécu très bien leur chimio ou les rayons. Seulement, ils oublieront de préciser que c’est grâce à la morphine, et que sans elle, le traitement resterait certainement très douloureux.

Du coup, tout le monde est comme anesthésié par cette sérénité artificielle, et l’accumulation des problèmes de santé du patient passe plus facilement.

Alors bien sur, ça ne serait pas gênant dans le cadre d’une maladie réelle. C’est bien de diminuer les souffrances des patients. Mais dans le cadre d’une arnaque comme le cancer, ça prend une toute autre perspective. Ca participe à l’arnaque. Ca aide à faire prendre les traitements mortels ; alors que sinon, dans bien des cas, les gens refuseraient plus ou moins rapidement de le faire. Et les proches voyant leur souffrance les soutiendraient peut-être dans leur décision.

Comment les médecins donnent une apparence de réalité (fictive) aux métastases

vendredi, avril 2nd, 2010

Comme on a pu le voir dans l’article sur le cancer, les métastases n’existent pas. Et donc, logiquement, les cancers n’existent pas. Il n’y a que des tumeurs. Tumeurs qui n’essaiment jamais.

Toutefois, il y a trois choses qui semblent avoir une certaine réalité dans ce que les médecins découvrent lors de leurs tests ou que le patient ressent :

– les ganglions peuvent être gonflés

– la personne peut souffrir des articulations des jambes

– les tissus de certains organes apparaissent anormaux lors d’une biopsie (c’est une opération de prélèvement des tissus supposés cancéreux)

Tous ces éléments vont être interprétés comme étant la preuve de la présence de métastases.

Bien sur, ce ne sont absolument pas des métastases. Alors, que sont ces éléments en réalité ?

 

1) Les ganglions gonflés

 

Comme on a pu le voir par ailleurs sur le blog, le système lymphatique est en réalité comme un système d’égouts pour le corps. Et les ganglions lymphatiques sont les endroits où les débris cellulaires sont collés aux globules blancs, qui jouent donc un peu un rôle de papier tue-mouches. Les ganglions sont comme des filtres dans la collecte des déchets. Les déchets seront ensuite éliminés ou recyclés.

Le gonflement des ganglions est du la plupart du temps à un engorgement du système lymphatique. Soit il y a trop de déchets, soit il y a un blocage qui les empêche de s’écouler normalement. Les déchets s’accumulent dans les ganglions, ce qui provoque un gonflement de ceux-ci, et éventuellement une inflammation.

D’après moi, le phénomène tumoral est souvent lié à ce problème d’engorgement du système lymphatique. La tumeur est là parce que les déchets n’arrivent plus à être évacués. Les cellules passent donc à un mode de développement de type bactérien, et se développent à l’infini.

Dans ce cas de figure, la tumeur et les ganglions gonflés ont la même cause. Un système lymphatique engorgé.

Alors, puisque ça a la même origine, on peut se dire que s’il y a des ganglions gonflés, il y a un risque qu’il y ait développement d’une tumeur. Bien sur, mais, ça va représenter un cas sur mille. La présence des ganglions gonflés n’est donc pas une preuve que la tumeur est en train d’essaimer.

Du coté de la médecine officielle, la théorie est qu’une tumeur a un risque d’essaimer. Ce phénomène va se réaliser généralement via le système lymphatique. La présence de ganglions gonflés est un indice qu’une telle chose est en train d’arriver. Bien sur, les médecins sont conscients que les ganglions peuvent être gonflés pour d’autres raisons que le cancer. Donc, pour que l’indice se transforme en preuve, il faut que les médecins trouvent des cellules cancéreuses dans les ganglions ou que le ganglion soit considéré lui-même comme tumoral. Pour ça, ils font une ponction sur un ou plusieurs ganglions, ou ils prélèvent un ganglion pour l’analyser. S’ils trouvent des cellules anormales, ou si le ganglion lui-même est considéré comme anormal, ils en concluront à la formation de métastases.

Le problème de cette hypothèse officielle, c’est qu’il est à peu près certain qu’elle n’a jamais été vérifiée. On n’a jamais du faire des tests pour trouver ces cellules chez des personnes ordinaires, et voir ce qui se passait ensuite si on ne leur donnait pas de traitement. Comme il est fréquent avec la médecine moderne, on a du venir petit à petit à cette idée de métastases. Et quand on a commencé à avoir les moyens d’analyser les ganglions, on avait déjà choisi la théorie officielle. Donc, quand on a été capable de faire les tests en question, il était devenu hors de question de les faire, parce que ça n’aurait pas été étique de laisser ces patients sans traitement.

Ce qui permet de penser ça, c’est que si le phénomène de métastase était une réalité, dans ce cas, il y aurait des tumeurs qui se créeraient partout. Et il y aurait plein de personnes qui ressembleraient carrément à des gros blobs. Dans la mesure où on n’a a peu près jamais du voir ça, il est clair que le concept de métastase est bidon et que les particules trouvées dans les ganglions n’en sont pas.

Donc, jamais on n’a fait d’expérience permettant de vérifier qu’il y a bien des métastases qui conduisent à des tumeurs multiples. Je ne parle pas bien sur d’expériences reposant sur les indices dont on traitera dans les sections 2 et 3. Effectivement, avec ce genre de « preuves », les médecins auraient beau jeu de dire que « si si », ils ont fait les expériences en question, et même, qu’ils vérifient tous les jours dans leur clinique que des tumeurs multiples se développent chez les personnes qui sont supposées avoir des métastases. Je parle d’expériences où on aurait attendu que les gens aient des tumeurs clairement visibles, des tumeurs de la taille d’œufs de poules un peu partout.

Il est possible qu’ils aient analysé le comportement de ces particules in vitro, et aient vu qu’elles se développaient de façon tumorale. Seulement, depuis le coup du sida, on sait grâce aux virologues dissidents que les produits utilisés in vitro ont tendance à rendre tumorales les cellules analysées. Donc, ces expériences, si elles avaient été effectivement menées, ne prouveraient rien.

Quand au fait que le ganglion lui-même soit tumoral, si la personne a tendance à avoir les ganglions enflammés dans cette zone là, il est possible qu’au bout de plusieurs fois, il y ait une petite fibrose à cet endroit. Fibrose qui sera considérée comme tumorale.

Donc, ce qu’on peut penser, c’est que si le système lymphatique est encombré, les particules supposées être des métastases dans les ganglions sont de simples déchets cellulaires. Du coup, on ne peut absolument pas se servir de la présence de ces particules dans les ganglions pour dire qu’une tumeur est présente quelque part, et qu’elle est en train de métastaser ; qu’il n’y ait pas tumeur (là, c’est carrément évident), ou qu’il y en ait une.

Alors, dans la mesure où le système lymphatique est le système d’égout du corps, il est évident que des éléments issus de cellules tumorales peuvent atterrir dans le système lymphatique. Mais s’ils se sont retrouvés dans le système lymphatique, a priori, c’est qu’il s’agit de déchets des cellules tumorales, pas des cellules elles-mêmes. Ce qui veut dire que ces particules sont inactives.

Et même si, rarement, il s’agissait de cellules tumorales complètes, la question serait : « est-ce que ça va aboutir à la formation d’une nouvelle tumeur ailleurs ? ». Et la réflexion faite plus haut conduit à une réponse clairement négative.

Ce qu’on peut penser, c’est que, premièrement, le système lymphatique entrainant un recyclage et une élimination des déchets, normalement, les cellules en question seront éliminées. Donc, le problème de la dissémination ne se posera pas.

Deuxièmement, selon ma théorie, dans la mesure où une tumeur est liée à des conditions locales particulières, une cellule tumorale ne peut pas croitre si les conditions de l’endroit où elle est arrivée sont normales. Si c’est le cas, le caractère tumoral de la cellule va être désactivé et elle va revenir à un état normal. Donc, même dans le cas où il y aurait réellement dissémination, il n’y aurait quasiment aucune chance que ça aboutisse à une seconde tumeur quelque part. Pour qu’il y ait seconde tumeur, il faut qu’il y ait des conditions menant à la formation d’une tumeur. Et dans ce cas, la problématique des métastases n’a plus aucune importance.

Par ailleurs, ce qu’il faut noter, c’est que, pour l’orthodoxie, il n’y a absolument pas besoin qu’il y ait une quelconque tumeur à proximité des ganglions. Pour eux, la présence de ganglions gonflés + de cellules estimées cancéreuses dans les ganglions est suffisante pour conclure à la présence d’un cancer.

En effet, ce que considère les médecins, et qui est logique, c’est que le phénomène d’essaimage peut être trop récent pour que des tumeurs soient détectables (ou même qu’il y ait tumeur à ces endroits là). Donc, on se contente de la présence des ganglions gonflés + présence de cellules supposée cancéreuses dans les ganglions pour dire qu’il y a cancer. Donc, les médecins n’ont même pas besoin de rechercher des tumeurs à proximité des ganglions en question. Ils peuvent le faire, mais ils ne sont pas obligés de le faire. En tout cas, s’ils le font mais qu’ils ne trouvent aucune tumeur à proximité, ça n’enlève pas le diagnostic de cancer.

Dans le cas où il n’y a pas eu de tumeur initiale de trouvée, on peut donc se retrouver dans des situations où il n’y a en fait aucune tumeur de trouvée nulle part, mais où les médecins déclarent que la personne est en phase terminale de cancer. Il n’y a rien nulle part, mais les médecins affirment à la personne qu’il ne lui reste que quelques mois à vivre. Bien sur, ce cas sera plutôt rare, mais ça peut arriver.

Mais dans ce cas, souvent, les ganglions vont servir à inventer une tumeur par ailleurs. On m’a rapporté le cas d’une personne qui tout d’un coup a eu la jambe gonflée. Les médecins ont conclu qu’il y avait des métastases dans les ganglions de la jambe. Mais il n’avait pas de tumeur apparente à proximité. Du coup, le diagnostic concernant les ganglions a servi à inventer une tumeur au niveau d’un grain de beauté que la personne avait sous le pied. Il faut savoir que pour l’orthodoxie, un grain de beauté aux contours mal définis peut être suspecté d’être tumoral. Donc, il leur est tout à fait possible d’extrapoler sur le coté tumoral d’un grain de beauté à partir de sa forme et d’un résultat défavorable des ganglions relativement proches. Au passage dans le cas en question, la personne est morte (tuée par les traitements bien sur).

Dans d’autres cas, ce qui fait qu’il n’y a pas besoin d’une quelconque tumeur à proximité des ganglions pour dire qu’il y a cancer, c’est le fait que les médecins considèrent que les ganglions en question sont déjà des nouvelles tumeurs en elles-mêmes. C’est ce qu’ils appellent des lymphomes. Au passage, on peut penser que ça permet d’inventer des tumeurs beaucoup plus étendues que dans le cas des autres cancers. En effet, si plusieurs ganglions sont estimés cancéreux, comme ils sont éloignés les uns des autres de quelques centimètres, forcément, la zone supposée tumorale sera assez large.

Puisque le couple ganglion gonflés + particules supposées tumorales dans les ganglions est une situation qu’on peut retrouver chez plein de gens tout à fait normaux, les conditions pour répondre aux critères du cancer sont très faciles à obtenir. Donc, forcément, il y a des tonnes de gens qui vont être considérés comme ayant un cancer.

Par ailleurs, pour le cas des lymphomes, ça permet d’inventer facilement des tumeurs multiples, puisqu’il sera facile de trouver des ganglions tumoraux dans plusieurs endroits différents.

Au travers de ces considérations, on voit que l’équation ganglions gonflés + cellules supposées tumorales = cancer est complètement fallacieuse.

Mais pour quelqu’un qui ne sait pas ça, l’argument va le convaincre qu’il a des métastases, donc, qu’il a un cancer ; et qu’il doit prendre le traitement proposé s’il ne veut pas mourir rapidement.

 

2) Douleurs dans les articulations des jambes

 

C’est une situation qu’on peut retrouver avant un traitement anticancéreux. Mais en général, ça va arriver plutôt après.

Comme on a pu le voir avec les articles sur le problème du cortisol, un taux de cortisol bas entraine une accumulation d’eau dans les tissus des jambes et également une vasodilatation des vaisseaux sanguins. Du coup, cette dilatation va faire pression sur les nerfs des articulations. Et ça va entrainer des douleurs articulaires. Rien à voir avec le cancer, à nouveau.

Seulement, ça va être interprété comme une tumeur des os.

On peut avoir ce genre de symptômes et tomber sur un médecin qui va diagnostiquer un cancer des os. Ca peut arriver de but en blanc, ou alors, parce que la personne prend un traitement et est régulièrement suivie par un médecin.

Mais, on peut penser que, plus généralement, ça va arriver après un premier traitement anticancéreux. Ceci parce que la personne est déjà considérée à très haut risque.

Comme le traitement anticancéreux entraine une augmentation du taux de cortisol, l’arrêt brutal va amener un effondrement de ce taux, et donc un gonflement des jambes et des douleurs articulaires. Pas toujours, parce qu’apparemment, on donne souvent un traitement anti-hypertenseur qui, selon sa composition, va en partie annuler l’effet du cortisol. Et par ailleurs, pas mal de personnes sont fortement amaigries, et donc déshydratées, après un traitement anticancéreux. Donc, il y a moins d’eau à transférer.

Mais, ça peut arriver. Et comme la personne est suivie de très près par son médecin traitant, une telle réaction a toutes les chances d’être interprétée comme le fait que le cancer initial a métastasé et qu’un cancer des os s’est développé.

Et vu que la personne a réellement mal, elle va évidemment faire confiance au médecin et prendre un nouveau traitement (en général fatal).

En plus, souvent, le traitement anticancéreux précédent aura en partie esquinté les os. A cause de ça, la personne aura de l’ostéoporose. Donc, l’analyse des os donnera une apparence de réalité au cancer en question (qui se caractérise généralement par une suppression de matière. Alors que pour les autres cancers, il s’agit d’une accumulation. Faut pas chercher à comprendre…). Et bien sur, s’il s’agit d’une personne âgée, elle peut avoir de l’ostéoporose par ailleurs.

 

3) Tissus anormaux lors d’une biopsie

 

Dernière chose qui semble donner une réalité au concept de métastase : les tissus anormaux lors d’une biopsie.

Le fait que les tissus soient anormaux semble montrer qu’il y a tumeur. Et donc, puisque c’est dans des endroits différents de la tumeur originelle, c’est bien qu’il y a métastase. C’est probablement l’élément le plus important pour « prouver » que le concept de métastase est juste. On ne voit pas pourquoi ces tissus seraient anormaux sinon.

Seulement, là encore, cette interprétation est fausse. Quand on analyse ce problème, ce qu’on finit par comprendre, c’est qu’en fait, ces tissus sont anormaux pour deux raisons : 1) C’est en fait le traitement anticancéreux qui provoque l’anormalité des tissus ; 2) ce sont des tissus anormaux parce que la personne est vieille ou alors, qu’elle a pris des traitements médicaux qui lui ont abimé ces parties du corps.

En fait, la plupart du temps, c’est l’un de ces trois organes qui est esquinté (ou 2 ou tous à la fois) : le foie, le cerveau, ou les poumons.

Prenons le premier cas. La personne va prendre un traitement anticancéreux pour un premier cancer diagnostiqué. Seulement, ce traitement va fortement esquinter le foie et le cerveau. Le foie, en particulier, parce que c’est le premier organe rencontré par les médicaments pris par voie digestive. Et le cerveau parce que ce sont des médicaments désagrégateurs de cellules qui vont provoquer des hémorragies cérébrales. Les poumons peuvent être eux aussi attaqués parce qu’ils contiennent pas mal de petits vaisseaux sanguins facilement attaquables par les médicaments désagrégateurs de cellules. L’agression de ces organes va entrainer à certains endroits une reconstruction anarchique des tissus, quelque chose comme une fibrose.

Du coup, au bout de quelques mois de traitements, si le médecin fait faire une biopsie de ces organes, il a de fortes chances de trouver effectivement des tissus anormaux et de conclure à des tumeurs secondaires causées par des métastases.

Et effectivement, les tissus sont anormaux. Donc, on est face à quelque chose de tangible. Et avec les photos des tissus, le patient ne peut que croire au diagnostic.

Une autre cause de la présence de ces tissus anormaux, c’est aussi la vieillesse. Une personne de 80 ans à qui on diagnostique des métastases au foie peut avoir en fait des tissus anormaux au foie depuis des années à cause du vieillissement. Mais quand le médecin les découvrira, il risque de conclure à des métastases.

Et la prise de traitements sur le long terme peut avoir esquinté les tissus de certains organes durant la vie d’une personne. Par exemple, la prise d’anti-inflammatoires va endommager le foie. Donc, il y a risque que se créent des tissus anormaux. Et si un médecin diagnostique une tumeur principale par ailleurs et qu’il va ensuite chercher du coté du foie, il posera un diagnostic de métastases au foie. Bien sur, plus la personne est vieille, et plus elle risque d’avoir pris des traitements de ce genre.

J’ai parlé ici du foie, du cerveau ou des poumons, mais bien sur, tous les autres organes situés dans le centre du corps peuvent être impactés par des traitements ou être dégradés par le vieillissement

 

4) les prélèvements sanguins

 

Le cas des prélèvements sanguins est celui qui est le moins impressionnant pour le profane. Autant, pour les trois cas précédents (ganglions avec des métastases, douleurs articulaires aux jambes, ponction ou biopsie qui a montré des tissus de type cancéreux) c’est impressionnant, c’est convaincant quand à la réalité du cancer ; autant, quand on sort un simple test sanguin, c’est déjà moins impressionnant et donc convaincant.

C’est pour ça que je ne m’attarderais par tellement sur ce problème. Ce sont les trois autres apparences de réalité du cancer qu’il est le plus important de remettre en cause.

Ce qu’il faut savoir, c’est que les tests sanguins faits pour prouver la réalité du cancer fonctionnent de la même façon que les tests d’anticorps.

Du coup, c’est le même problème que celui que j’ai mis en évidence concernant les tests d’anticorps. Ca réagit certainement à tout ce qu’il y a dans l’échantillon sanguin. C’est en fait des tests qui mesurent la quantité de particules dans le sang, sans spécificité pour telle ou telle particule.

A partir de là, ce qui fait réagir ces tests, c’est le fait qu’un personne à beaucoup de petites particules en suspension dans le sang. C’est en général la prise de produits désagrégateurs de cellules qui provoquera ce phénomène : antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, chimiothérapie, etc…

Donc, il suffit qu’une personne ait pris récemment un antibiotique pour qu’elle risque de réagir positif à ce genre de test. Du coup, évidemment, ces tests ne signifient rien.

Un exemple de mort par les médicaments dans le cas d’un cancer

mercredi, décembre 10th, 2008

J’ai été le témoin très récemment d’un cas de mort par les médicaments dans le cas d’un cancer. Il y a environ un an et demi, un gars de mes connaissances a rechuté pour un cancer de la gorge (il en avait eu un il y a longtemps, quelque chose comme 20 ans).

Dès le départ, je savais que ça risquait de mal finir. Surtout qu’il n’était plus tout jeune, puisqu’il avait dans les 70 ans. Puis, au fur et à mesure que les mois avançaient, c’est devenu de plus en plus certain.

Je savais que le processus en cas de mort allait être à peu près le suivant : chimiothérapie + éventuellement rayons, amaigrissement important, puis, soit mort directement par la chimiothérapie, soit découverte d’une maladie microbienne quelconque, administration d’antibiotiques, et enfin, mort.

C’est exactement ce qui s’est passé. Ca aurait pu ne pas arriver. Mais à cause d’un élément particulier, ça s’est passé comme ça.

Le gars en question a effectivement maigri petit à petit durant et après le traitement. Le problème de l’amaigrissement aurait pu s’améliorer après le traitement. Mais vu que les rayons avaient fortement agressé la région de la gorge, il avait énormément de mal à avaler et donc à manger même après la fin du traitement (c’est ça l’élément particulier en question). Il aurait du être pris en charge pour se faire poser une sonde pour l’alimenter. Mais il a laissé trainer les choses. Du coup, au bout de quelques temps,  très amaigri, il a du être hospitalisé pour se faire poser la sonde en question.

A ce moment-là, vu son état de maigreur, je savais qu’il avait toutes les chances de mourir dans les 2 mois.

Et effectivement, peu de temps après, les médecins lui ont découvert une pneumonie (diagnostic qui, comme on l’a déjà vu sur ce blog, est fortement lié à la maigreur). Ils l’ont traité. Puis, il y a eu rechute de la pneumonie. Et là, le traitement antibiotique l’a tué, comme ça a déjà du tuer des dizaines de millions de personnes dans ce cas.

Donc, on retrouve bien le mécanisme qui se met en place la plupart du temps dans le cas des traitements anti-cancer. La personne maigrit de plus en plus à cause de la chimiothérapie, puis, on lui trouve une maladie microbienne qu’on traite avec des antibiotiques à haute dose (souvent une pneumonie), et là, le traitement antibiotique tue le patient.

Au passage, son traitement anticancéreux avait clairement endommagé son cerveau. Deux conversations avec lui quelques mois après son traitement  m’avaient montré qu’il ne pensait plus clairement et que même si on rectifiait une bêtise qu’il venait de dire, il la redisait une ou deux minutes après.  Donc, même s’il avait survécu, il y avait de fortes chances qu’il aurait ensuite évolué vers un Alzheimer de plus en plus prononcé. Peut-être qu’il aurait récupéré aussi. On ne sait jamais. Mais en tout cas, le traitement l’avait bien esquinté de ce coté là.

Sinon, ce n’est clairement pas le cancer qui l’a tué, puisque son médecin traitant avait dit à sa famille que les trois quarts de la tumeur à la gorge avaient disparu.

Evidemment, je ne pouvais rien faire, puisque si j’avais dit ce que je pensais, on ne m’aurait pas cru et on m’aurait pris pour un fou. Donc, j’ai été obligé de ne rien dire et d’assister en spectateur à la lente agonie de cet homme en sachant ce qui allait très probablement arriver. Mais enfin bon, en tant que dissident de la médecine, j’étais préparé à ça. Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que ça m’est arrivé, et certainement pas la dernière non plus.