Métastases et transfusion : l’orthodoxie ne croit même pas à ses propres théories

 

Je viens de tomber sur cette excellente réflexion d’un gars ayant le pseudo hard3838 sur ce topic

http://www.sceptiques.qc.ca/forum/medecine-nouvelle-germanique-ryke-geerd-hamer-t5585-600.html

 

« L’idée que le cancer se propage dans le corps à la manière d’une contamination interne est une hypothèse ou une supposition (mais qui équivaut à un fait dans la médecine traditionnelle). Si cette contamination corporelle interne existait, toutes les transfusions sanguines devraient être interdites, en raison du risque élevé de contamination cancéreuse. Jusqu’à présent il n’y a pas de  » test sanguin du cancer  » – et nous n’avons pas connaissance de la présence de marqueurs tumoraux servant à tester les donneurs de sang au niveau du cancer. Cela démontre que la médecine traditionnelle ne prend pas au sérieux sa propre hypothèse des « métastases » (qui est pourtant un fait pour cette médecine (…)) ou bien qu’elle se contredit (se réfute finalement !) elle-même dans les faits à chaque transfusion sanguine. »

 

Effectivement…

 

Tags:

10 Responses to “Métastases et transfusion : l’orthodoxie ne croit même pas à ses propres théories”

  1. domy dit :

    Bonjour,

    super ton blog, tu as bcp de courage d’aller a l’encontre des opinions communes et autres croyances sur les maladies.

    J’ai lu les 7 articles sur le cancer. En résumé, cela veut dire que les cancers n’existent pas.

    Par ailleurs, j’ai une autre question. On vaccine les enfants contre tout types de maladies, et quand ils sont malades, on leur fait prendre bcp de médicaments pour le rhume, les angines, les maux de dents etc Quels sont les conséquences de ces traitements ? Sont ils bénins, ou causent ils des ravages sur la santé ?
    Appparemment on n’est pas tous égaux contre les traitements, certains meurent des chimio, d’autre non, idem face aux traitements contre la leucemie

    Je te remercie encore pour ton site
    bien cordialement

  2. aixur dit :

    Bonjour,

    Et merci.

    Oui, effectivement, je pense que les cancers n’existent pas. Les tumeurs existent bien sûr. Mais les rares fois où il y a (réellement) deux tumeurs présentes, elles sont indépendantes. Une tumeur au poumon ne va pas aller métastaser dans le foie. Les conditions de création des tumeurs sont toujours locales.

    Ce qui fait que 99,9 % du temps, les soi-disantes tumeurs secondaires sont complètement inventées.

    Et les tumeurs primaires elles-mêmes sont inventées au moins 90 % du temps. Les outils de diagnostics ne sont pas fiables.

    Et même quand elles existent réellement, rien ne dit qu’elles ne vont pas diminuer de taille, ou stagner, ou continuer à grossir pendant encore quelque temps mais pas suffisamment pour tuer la personne.

    Donc, en réalité, 99 % du temps, la tumeur est inventée ou ne deviendrait pas mortelle.

    Et si les gens meurent autant, c’est clairement à cause des traitements contre le cancer, ainsi qu’à cause de l’usage de la morphine, qui fait péricliter une personne rapidement (aux doses utilisées), et enfin, à cause du diagnostic de phase terminal, qui autorise les médecins à tuer (avec des doses massives de morphine, et l’arrêt de l’alimentation et de l’hydratation).

    Sinon, pour les enfants et les médicaments contre les maux du genre rhume, angine, maux de dents, etc.., généralement, c’est bénin. Mais parfois, ça conduit à des choses graves, comme on peut le voir sur ce blog avec le problème des leucémies infantiles. Et puis, ça peut conduire à des diagnostics de maladies chroniques, comme l’asthme (7 ou 8 % des enfants maintenant je crois) et d’autres maladies qui ne sont pas ultra graves en soi, mais qui peuvent conduire sur le long terme à une dégradation importante de la santé. Donc, si on considère toutes ces maladies chroniques, là, on peut se dire que tous ces traitements causent quand même des ravages, mine de rien. Dans quelles proportions, ça, c’est difficile à dire.

    Bien sûr, dans un certain nombre de cas, il n’y a pas besoin que l’enfant ait pris ces médicaments pour qu’on lui fasse un diagnostic de maladie chronique. Quelques vagues symptômes et un médecin pas trop sérieux sur le diagnostic peuvent parfois suffire. Mais tout de même, le rôle des médicaments et vaccinations est important. Souvent, ils servent de point d’entrée vers des maladies chroniques ; et beaucoup plus tard, ces maladies chroniques servent elles-mêmes de point d’entrée à des maladies plus graves.

    Pour les vaccins, difficile de savoir ce qu’il en est. Il semble que ça ait clairement une influence sur l’intelligence (voir mon article avec mon propre témoignage sur le cas d’une personne âgée de mon entourage). Comme ils sont administrés à un âge où il est difficile de constater un retard intellectuel plus ou moins léger, il est difficile de savoir de quoi il retourne. Mais il est possible qu’un nombre non négligeable d’enfants subissent des problèmes de retard ou de dysfonctionnement intellectuels à cause de ça (autisme, dyslexie, bégaiement, retards à l’apprentissage du langage, difficultés en mathématiques, etc…).

  3. domy dit :

    je te remercie pour ta réponse fournie et rapide.
    Il y a encore un point d’interrogation. On a tous été vacciné ( contre la rage, l’hépatite etc ) et on a tous pris des médicaments contre les maux en tout genre ( rhume, maux de dents etc ) et pourtant certains vivront en pleine santé toutes leur vie durant sans développer de troubles ni de maladies graves. Quand d’autres au contraire vont développer des retards intellectuels et des maladies chroniques. Y a t’il une explication à cette différence ?

    Peut etre que ces vaccins usuels et médicaments contre les maladies bénignes sont juste des placebo et qu’ils ne causent ainsi pas de dégats sur la santé contrairement aux traitements pour les maladies moins courantes et plus sérieuses

  4. aixur dit :

    Oui, là, on arrive aux limites de nos connaissances. Pourquoi untel va développer tel problème et un autre ne va rien avoir ? Ça mystère. C’est pareil qu’avec la cigarette. Pourquoi tel fumeur va développer une angine de poitrine et pas un autre ?

    Cela dit, pour les problèmes cognitifs, la prise d’antibiotiques très jeune peut éventuellement parfois expliquer la chose, puisque ça peut provoquer des micro AVC. Donc, le fait qu’un enfant se soit vu administrer des antibiotiques par exemple à 2 mois peut éventuellement expliquer qu’il ait développé tel ou tel problème cognitif par rapport à un enfant qui n’aura pris des antibiotiques qu’à partir de 6 mois ou un an.

    Je ne pense pas que les vaccins contre les maladies bénignes soient de purs placébos. Vu l’expérience de certains avec ce genre de vaccins, il semble plus probable que l’effet soit faible chez la plupart des gens mais puisse être fort chez certaines personnes plus fragiles. Peut-être aussi que les doses de produits dangereux ne sont pas les mêmes dans tous les vaccins. Et puis, on ne voit pas trop pourquoi ils feraient des placébos avec un type de vaccin et pas un autre. Je ne dis pas que c’est impossible, mais ça me semble moyennement peu probable. En tout cas, si c’est le cas, ça doit être vrai seulement pour quelques types de vaccin. Mais bon, la question reste ouverte.

  5. domy dit :

    il y a encore bcp de choses que l’on ne connait pas c’est sur et tout peut etre remis en question. Par rapport aux vaccins, je pensais à ceux contre la tuberculose, la polio, et contre toutes les maladies infantiles notamment.

    J’ai lu pas mal de tes articles sur le blog, notamment sur les virus. Apparemment les virus n’existent pas non plus. C’est plutot rassurant.

    Est ce que tu t’es interessé à l’endocrinologie, notamment aux prétendus effets des hormones sur la santé ? Et notamment à la différenciation des sexes. Comment on devient homme ou femme ? C’est un sujet que la médecine ne maitrise pas du tout et dieu sait qu’il y a de conditionnements à ce sujet . Notamment à la prétendu andropause qui n’existe pas.

  6. aixur dit :

    Oui, que les virus n’existent pas est rassurant. C’est comme ça qu’on devrait le prendre. Évidemment, sans me croire sur parole, en vérifiant si ce que je dis a l’air vrai ou pas. Mais, la réaction initiale devrait plutôt être positive.

    Hélas, pour beaucoup de gens, la réaction est plutôt du genre « mon Dieu, quelle horreur de dire des choses pareilles. Vous allez condamner à mort des gens malades qui vont croire en vos théories ».

    Pour les hormones, oui et non. Je m’y suis intéressé via le problème du cortisol, qui est une hormone. Ça m’a permis d’identifier beaucoup de phénomènes physiologiques (puisqu’il semble que ce soit une hormone majeure, voire même la plus importante je pense). Mais il y a d’autres hormones dans le corps, apparemment plus mineures en importance auxquelles je ne me suis pas intéressé pour le moment.

    J’ai pensé que certaines hormones considérées comme différentes du cortisol ont en fait un effet similaire (comme certaines hormones stéroïdes). Mais ce sont juste des idées assez vagues pour le moment.

    Les analogues d’opiacés sont des équivalents d’hormones poussant au sommeil (et qui ont probablement d’autres effets). Mais je ne m’y suis pas tellement intéressé en tant qu’hormones. J’ai surtout analysé les effets des médicaments de ce genre.

    Donc, comment devient-on homme ou femme ? Je n’ai pas de réponse. Je pense que peut-être que le cortisol est une hormone masculinisante à un certain niveau (et les opiacés peut-être plus ou moins féminisant, mais là, c’est très très hypothétique). Mais là-encore, ce ne sont que de vagues intuitions.

    Je ne savais pas qu’il y avait des gens qui remettent en cause l’andropause. Ça m’intéresserait d’avoir des documents sur le sujet.

  7. domy dit :

    je te conseille de lire le livre les inventeurs de maladies, manoeuvres et manipulation de l’industrie pharmaceutique de martin winckler. Tout est expliqué sur la présumée andropause et aussi sur bien d’autres présumées maladies endocriniènes notamment. C’est un super livre que j’ai lu recemment.

    Ce genre de réactions ne m’étonnent pas du tout, bcp ne remettent jamais de leur vie en cause les dogmes et théories médicales. Ils font une confiance aveugle envers les médecins, il faut dire que ça les arrange que de devoir déléguer leur santé à d’autres personnes qu’eux.

  8. aixur dit :

    Intéressant. Je vais l’acheter.

  9. ack2 dit :

    domy: « il faut dire que ça les arrange que de devoir déléguer leur santé à d’autres personnes qu’eux. »

    C’est remarquablement exact !
    Cela explique pourquoi la médecine moderne a effacé pratiquement toutes les autres pour le plus grand nombre.

    Tant que les maladies ont pour origines les bactéries, les virus, la génétique, le malade n’y est pour rien. Il n’a juste pas eu de chance. Tout au plus a-t-il était imprudent en côtoyant un « contagieux ».

    Mais quand on commence à expliquer que les maladies viennent plutôt d’empoisonnements (médicaments, pesticides, …) ou de carences (mauvaise alimentation) par exemple, là le malade doit se prendre en main et il n’aime pas çà.

    Voir les témoignages de jeunes médecins qui, face à un diabétique, préconisaient avant tout un changement de mode alimentaire, et à qui on rétorquait quasi à chaque fois : « ce n’est pas vous qui allez m’interdire de manger du X ou de la Y, donnez moi des pilules comme à tout le monde ». Résultat rapidement le médecin donne directement les fameuses pilules…

  10. aixur dit :

    J’ai acheté le livre en question. Effectivement, il est très intéressant.

Leave a Reply