La grippe espagnole : un symptôme montrant le rôle de l’aspirine

Il y a quelques jours, à la télé, était diffusée une émission sur les virus. Je ne la regardais pas, mais par chance, en zappant, suis tombé dessus juste au moment où ils parlaient des symptômes de la grippe espagnole.

Ils parlaient d’une part du fait que de nombreuses personnes avaient comme de l’eau dans les poumons (ou du sang), et finissaient par mourir par étouffement à cause de ça. Et là où c’est intéressant, c’est que d’autre part, ils disaient que les survivants souffraient fréquemment de problèmes cognitifs.

Or, il se trouve que les gens étaient soignés avec de l’aspirine. Mais pas avec les doses d’aspirine de maintenant. Non, il semble que les doses étaient très largement plus importantes que celles utilisées aujourd’hui. C’est Cheminot, du forum onnouscachetout, qui avait donné cette information (il citait un médecin de l’époque qui soupçonnait l’aspirine d’être en grande partie la cause du massacre. Il disait que ses patients, soignés sans utilisation de l’aspirine avaient tous survécu). Par ailleurs, il est très possible que la concentration en produit actif ait été elle aussi très supérieure à l’aspirine actuelle.

Or, les problèmes cognitifs sont la marque de ce genre de médicaments (antibiotiques, anti-inflammatoires non stéroïdiens, anti-cancéreux, etc…). Voir ce que j’en dis dans cet article (à propos des antibiotiques). Ces médicaments attaquent les petits vaisseaux, provoquant des hémorragies, ce qui cause la destruction des cellules qui ne sont plus irriguées par le flux sanguin. Et forcément, comme dans le cerveau les neurones perdus le sont définitivement (même si on dit actuellement qu’ils peuvent peut-être être remplacés, l’information stockée est perdue), ça conduit à des pertes cognitives.

Et par ailleurs, ça permet d’avoir des très forts soupçons sur le premier symptôme cité, à savoir, le problème de l’eau ou du sang dans les poumons. Comme les médicaments en question agressent les petits vaisseaux sanguins, et que les poumons en ont plein, ces médicaments provoquent des problèmes d’agression des poumons. D’ailleurs, je crois que c’est connu que certains anti-inflammatoires provoquent des problèmes de pneumonie.

Mais comme ce sont des symptômes qu’on peut attribuer à la grippe (puisque c’est sensé toucher les poumons), à l’époque, on ne pensait évidemment pas que le médicament en était la cause.

Donc, ça va dans le sens de l’idée qu’en fait de grippe espagnole, plein de gens sont morts à cause du traitement à l’aspirine. Et beaucoup de ceux qui ne sont pas morts ont eu des séquelles au cerveau toujours à cause de l’aspirine fortement dosée.

Leave a Reply