Archive for the ‘médicaments’ Category

Gangrène généralisée suite au léchage d’une blessure par un chien ; ou syndrome de Lyell causé par des antibiotiques ?

vendredi, août 30th, 2019

 

Je suis tombé début aout sur une nouvelle à propos d’une femme américaine ayant été amputée des mains et des pieds soi-disant à cause du fait que son chien l’aurait léchée à une plaie. Ça aurait provoqué une infection foudroyante et donc une gangrène rapide. Et les médecins auraient été obligés de l’amputer.

Pour donner plus de détails, cette femme de 54 ans a commencé à ressentir de la fièvre et a cru à une grippe. Sa température corporelle a subitement augmenté. Elle s’est rendue aux urgences. Là, on lui a diagnostiqué un sepsis, ainsi qu’une insuffisance rénale et hépatique. Elle s’est plainte également d’intenses douleurs aux jambes et aux mains. Les médecins l’ont alors plongée dans un coma artificiel. Dans les heures qui ont suivi, elle a commencé à développer des gangrènes et des nécroses sur ses membres. Sa peau a pris une couleur rouge violacé. L’infection s’est propagée au bout de son nez et de ses oreilles. Les médecins lui ont alors amputé les mains et les pieds. Ayant fait un test sanguin, ils ont trouvé la bactérie capnocytophaga canimorsus, présente dans la salive des chiens, ce qui les a conduit à faire le diagnostic que c’était son chien qui l’avait contaminé en léchant une plaie présente sur son bras.

La cause du problème (la salive du chien) est certainement fausse. Mais l’affaire semble anecdotique a priori. Donc, on peut avoir tendance à se dire que c’est une malheureuse histoire, mais que c’est un cas totalement isolé (du genre 1 cas  sur 10 million) et que ça n’a pas d’intérêt de l’analyser.

Mais finalement, c’est beaucoup plus intéressant que je ne le croyais.

En effet, en faisant une recherche rapide, je suis tombé sur cet article du journal « Le Dauphiné » qui donne plus de détails.

La principale information en plus, c’est qu’on apprend qu’à la base, les médecins se sont dit qu’il s’agissait d’une maladie tropicale, puisque la femme était allée récemment en République dominicaine. Ce n’est qu’après avoir fait un test sanguin qu’ils ont écarté cette hypothèse et se sont orienté vers l’idée que ce serait le chien de cette femme qui lui aurait léché une plaie et que celle-ci se serait infectée.

En apprenant ça, d’un seul coup, j’ai eu une idée du parcours de cette femme et de la vraie cause du problème. En réalité, les médecins étant partis sur l’idée d’une maladie tropicale microbienne, ont dû lui donner des doses massives d’antibiotiques. Et il est possible qu’elle ait pris des antibiotiques ou/et des anti-inflammatoires avant d’arriver aux urgences et que ce soit ça qui ait causé ses douleurs diverses.

Par ailleurs, croyant à un problème grave, et à cause des douleurs intenses ressenties par cette femme, ils l’ont mise en coma artificiel. Et il est clair que le coma, en ralentissant la circulation des fluides corporels, a réduit la capacité du corps de cette femme à éliminer les antibiotiques.

Du coup, en fait de gangrène causée par une bactérie, ce qui s’est passé, c’est que la femme a subi un syndrome de Lyell à cause de la dose massive d’antibiotiques qu’on lui a administrée et de la situation de coma dans laquelle on l’a mise.

Et si elle a eu ses membres amputés, c’est donc à cause d’une erreur médicale. Les médecins, loin de l’avoir sauvée, ont fait une erreur de diagnostic (en fait, plusieurs erreurs) ; et ce sont donc eux la vraie cause de l’amputation.

Le syndrome de Lyell se caractérise par le fait que des cloques voire des bulles se développent sur la peau et sur toutes les muqueuses, comme si la personne avec été brulée au 2ème ou 3ème degré. A terme, les chairs se nécrosent, les organes lâchent et la personne meurt. J’ai décrit quel était le mécanisme à l’œuvre dans un article récent. Pour faire simple, c’est clairement lié à l’usage de toute substance qui a un pouvoir anticoagulant, comme, entre autres, les antibiotiques. La pression osmotique s’effondre parce que le foie est attaqué et aussi parce que les particules du sang sont désagrégées. Dès lors, la zone interstitielle se remplit de liquide. Ce liquide migre vers la peau, ce qui provoque des cloques.

Il y a trois composantes au problème ici : 1) une gangrène des extrémités, peut-être réelle, peut-être pas ; 2) de possibles débuts  de nécroses ailleurs qu’aux extrémités ; 3) des symptômes classiques du syndrome de Lyell de type brulure ailleurs qu’aux extrémités.

  1. Lors d’un syndrome de Lyell, comme les liquides ne circulent plus correctement, les tissus sont privés d’oxygène et se mettent rapidement à mourir. Ce sont les extrémités qui vont souvent le plus souffrir, parce que c’est là qu’il va y avoir le moins de pression sanguine à ce moment-là. Donc, elles peuvent développer une gangrène en premier. C’est ce qui s’est apparemment passé ici. Seulement, le problème ne venait pas d’une bactérie, mais de la combinaison « antibiotiques + coma ». Donc, ce sont les médecins qui ont provoqué la gangrène en question.

Mais en fait, il est tout à fait possible que les mains et les pieds n’aient pas été encore en situation de gangrène véritable, mais dans une situation ressemblant à des brulures, avec formation de bulles. Dans ce cas, il n’y avait pas encore de risque de perte des extrémités et pas de raison d’amputer. Il fallait juste arrêter le traitement et attendre que la situation revienne à la normal et faire de la chirurgie réparatrice pour les zones « brulées ». Mais comme les médecins croyaient que le problème venait d’une infection bactérienne, et vu l’apparence des extrémités à ce moment-là, ils se sont dit qu’il s’agissait de gangrène et que l’infection risquait de se propager au reste du corps. Donc, ils ont amputé.

  1. Il y a eu apparemment des atteintes au bout du nez et des oreilles. Comme ce sont des extrémités, il est possible qu’il y ait eu un début de nécrose à ces endroits. Mais il est possible également que, là-encore, ça n’ait été que des simili-brulures. D’ailleurs, on ne parle pas de perte de ces zones. Alors que si c’était des nécroses, ces parties auraient dû être amputées. Donc, selon toute probabilité, ces zones étaient en fait seulement en état de pseudo-brulure. Et elles étaient suffisamment peu atteintes pour pouvoir récupérer par la suite. Mais ça a participé à l’idée que c’était une gangrène généralisée causée par une bactérie. En effet, dans la mesure où ça se situait à d’autres endroits que les pieds et les mains, ça pouvait faire penser à une infection. Et comme l’aspect brulure devait être plus marqué que dans d’autres zones, ça faisait penser à des débuts de gangrène.
  2. Enfin, les symptômes classiques du syndrome de Lyell, de type pseudo-brulures qu’on peut trouver un peu partout sur le corps ont également fait penser à une gangrène qui se répandait un peu partout, et donc, à une infection bactérienne. Si on ne pense pas au syndrome de Lyell et à un phénomène physico-chimique généralisé, effectivement, l’idée de l’infection microbienne semble s’imposer. Là, il ne s’agissait très probablement pas encore de nécroses. Mais c’était suffisamment impressionnant pour faire penser à l’idée que la gangrène se répandait.

 

L’avantage pour l’orthodoxie, c’est que la localisation des symptômes permet de faire passer plus facilement le phénomène pour un problème microbien. En effet, le syndrome de Lyell est général. Du coup, des cloques et des nécroses peuvent survenir un peu partout. Donc, ça va apparemment dans le sens d’une origine microbienne, parce qu’un microbe peut infecter n’importe quelle zone.

Le côté très soudain du phénomène lui permet aussi d’avancer cette théorie. Le fait que le corps se couvre tout d’un coup de cloques, de zones rouges, voire de nécroses et de gangrènes s’accorde avec une source microbienne.

Le problème des gangrènes, c’est que normalement, ça commence par les membres. Et la plupart du temps, ça n’est limité qu’à un seul membre, généralement aux jambes ; ceci sans s’étendre plus loin. Ça vient du fait que le problème est lié à un arrêt de la circulation sanguine ou lymphatique et au fait que dans les extrémités, il n’est pas possible de recevoir du sang par plusieurs endroits différents, contrairement à des zones qui sont entourées de chair de tous les côtés.

Donc, il ne va pas y avoir d’apparitions de nécroses ou de pseudo-brulures ailleurs sur le corps. Le phénomène va être limité à une seule zone du corps, généralement le pied ou le bas de la jambe.

Par ailleurs, les personnes touchées ont souvent une maladie chronique ou un état dégradé avec un risque de gangrène connu (généralement liés à un risque de formation de caillots sanguins, comme le diabète et l’hypertension).

C’est ce qui fait que l’orthodoxie médicale reconnait que souvent, les gangrènes sont liées à un phénomène de blocage sanguin ou lymphatique (je pensais que c’était la plupart du temps, mais ce qu’on va voir ensuite laisse à penser que les cas « microbiens » sont plus fréquents que je ne le croyais).

Mais en assimilant des problèmes liés au syndrome de Lyell à des gangrènes, l’orthodoxie médicale peut trouver des signes de gangrène qui sont apparemment situés ailleurs que dans les membres. Et du coup, elle peut inventer une origine microbienne à ces gangrènes. Ça renforce la théorie des microbes pathogènes. Et ça lui permet de se dédouaner de ses responsabilités quand une personne développe un syndrome de Lyell à cause des médicaments administrés.

(suite…)

Maladie d’Alzheimer, le danger d’augmentation des doses d’opiacés est présent aussi dans la famille

dimanche, mai 26th, 2019

 

Lors de mon dernier article sur la maladie d’Alzheimer (17 décembre 2011), j’avais parlé du problème de l’entretien, voire de l’aggravation de la maladie dans les hôpitaux à cause de l’administration de médicaments antipsychotiques et somnifères dans les maisons de retraite ou les instituts plus médicalisés. J’avais mis en avant qu’on devait utiliser ces médicaments pour qu’ils ne posent pas de problème au personnel qui s’en occupe.

Je ne sais pas pourquoi je suis passé à côté  du problème que je vais exposer ici, qui me semble d’un seul coup assez évident. Peut-être que j’étais trop concentré sur les hôpitaux et sur les autres détails du problème.

En effet, en y repensant aujourd’hui en lisant l’article d’AlloDocteur « Démence sénile: Le temps de la camisole chimique est dépassé« , je me suis dit que ce qui est valable dans les hôpitaux l’est aussi en partie à domicile.

Les gens qui sont diagnostiqués Alzheimer, ou démentes posent également des difficultés à domicile pour leur famille. Ils peuvent se lever la nuit et partir de la maison. Ils peuvent être agités, voir violents. Ils peuvent partir dehors le jour également. Ils peuvent prendre des initiatives dangereuses. Du coup, les proches vont très souvent demander au médecin traitant de l’aide par rapport à ces problèmes. Et celui-ci va alors prescrire des opiacés-likes pour calmer la personne et la faire dormir. Du coup, le ou la patiente sera à moitié assommé(e) par les opiacés le jour et restera dans son fauteuil, et dormira la nuit au lieu de se lever. Le problème sera ainsi réglé.

Bien sûr, la personne sera assez légumisée. Mais, même si la famille se dit que le traitement aggrave l’état de leur parent, comme elle pensera qu’on ne peut pas guérir de la maladie, elle se dira que de toute façon, la personne sera dans cet état légumisé dans à peine 3 ou 4 ans. Donc, un peu plus vite ou un peu moins vite, ça ne change pas grand-chose. Et puis, après tout, vu que la personne est déjà un légume au niveau du cerveau, qu’elle le soit aussi au niveau physique n’est pas si gênant, surtout si ça résout les problèmes importants liés à la maladie. Et même s’ils se disent que les médicaments l’assomment et que ça n’est pas très bon, ils se diront que l’autre possibilité, c’est tous les problèmes qu’il y avait avant. Donc, face à ce choix, ils préféreront recourir aux médicaments.

Mais, la plupart du temps, comme ça arrangera tout le monde, personne n’ira se dire que c’est mal de lui donner ces médicaments. Tout le monde évitera de réfléchir à ce problème et d’en parler. Et, s’ils y réfléchissent un peu, les proches se diront que le problème vient de la maladie elle-même et pas des médicaments. Ils penseront que l’état s’est aggravé rapidement, et pas que ce sont les médicaments qui ont soudainement renforcé la maladie.

Seulement, si l’état d’Alzheimer de la personne est dû à la prise prolongée d’opiacé-likes, alors, en fait, lui donner d’autres médicaments de type opiacé va l’enfermer encore plus dans la maladie. Ça va fortement aggraver son état cognitif. Sans ces médicaments supplémentaires, avec seulement les médicaments opiacés déjà utilisés jusque-là, il y aurait eu une petite chance que la personne voit son état s’améliorer. Ou alors, celui-ci aurait pu au moins rester stable pendant un certain temps, ou se dégrader bien plus lentement. Mais là, sa mémoire va se détériorer rapidement et fortement, confirmant encore plus le diagnostic d’Alzheimer.

Bien sûr, si la personne, non seulement ne prenait pas ces médicaments supplémentaires, mais arrêtait également de consommer les analogues d’opiacés qu’elle prenait avant (et qui l’ont conduite à cet état d’Alzheimer), alors, elle pourrait voir son état fortement s’améliorer, et même redevenir normal.

Cela dit, on peut penser que les traitements déjà prescrits pourront servir aussi à entretenir la maladie à domicile. Le médecin traitant pourra prescrire des doses plus élevées de somnifères si la personne en prenait déjà. Idem pour les antipsychotiques. Donc, le fait de ne pas prendre de médicaments opiacés supplémentaires ne garantit pas que la maladie va évoluer plus lentement ou se stabiliser ou s’améliorer. Mais quand même, ne pas charger la barque avec des médicaments supplémentaires va souvent aider.

(suite…)

Pourquoi les antibiotiques, la chimiothérapie, l’aspirine et autres anticoagulants peuvent provoquer des éruptions cutanées et des œdèmes

mardi, novembre 6th, 2018

 

En analysant les produits de contrastes utilisés dans l’IRM mammaire je pense avoir compris pourquoi les anticoagulants (aspirine, etc…) et analogues d’anticoagulants (ie. les antibiotiques, la chimiothérapie, les anti-inflammatoires forts, etc…) provoquent des éruptions cutanées et des œdèmes. En fait, c’est au niveau des échanges de sang entre les vaisseaux sanguins et les tissus que le problème se situe.

 

1)    Le fonctionnement des échanges de fluides entre les vaisseaux sanguins et les tissus

 

Pour comprendre ce qui se passe, il faut connaitre le fonctionnement des échanges de fluides et de particules entre le sang et les tissus.

L’échange se fait au niveau des capillaires. Les capillaires sont les plus petits vaisseaux sanguins (on a dans l’ordre de taille pour le circuit artériel : les artères, les artérioles, puis les capillaires). C’est à leur niveau que se fait la distribution d’oxygène et de nutriments et l’évacuation du gaz carbonique.

Voici à quoi ça ressemble (note, les artères et artérioles sont les vaisseaux sanguins qui transportent le sang chargé en oxygène du cœur vers les tissus, et les veines et les veinules sont les vaisseaux sanguins qui transportent le sang chargé en gaz carbonique des tissus vers le cœur).

 

 

Le sang chargé en oxygène va des artérioles (en rouge) vers les veinules (en bleu). Et entre les deux, il y a les capillaires (en violet). C’est au niveau de ces derniers que divers éléments (eau, oxygène, sucres, nutriments, sels minéraux) contenus dans le sang passe dans les tissus (plus précisément, la zone interstitielle ou liquide interstitiel). Puis 90 % de ce qui est entré revient un peu plus loin dans le sang (toujours dans le même capillaire, mais quelques micromètres plus loin). Les capillaires lymphatiques (en vert), qui forment un réseau de vaisseaux parallèle au réseau sanguin permettent d’éliminer la petite partie qui ne revient pas dans le sang (10 % selon les chiffres officiels).

Donc, à partir des capillaires, le sang passe dans la zone interstitielle, composée de liquide, puis dans les cellules. Mais comme les grosses particules (globules rouges et blancs, albumine, et les grosses protéines) ne traversent pas les parois du capillaire, le plasma sanguin qui arrive dans la zone interstitielle ne contient que de l’oxygène, du sucre, des acides aminés, des sels minéraux et d’autres particules hydrosolubles (et de l’eau bien sûr). (suite…)

Les médecins américains gagnent directement de l’argent quand ils prescrivent des chimiothérapies

dimanche, octobre 20th, 2013

 

Je viens de découvrir un détail crucial concernant les chimiothérapies. En fait, les médecins américains gagnent de l’argent quand ils les prescrivent.

C’est ce que nous apprend Peter Glidden, un naturopathe américain.

Ça commence à 1mn17.

 

 

Pour ceux qui ne comprennent pas l’anglais, il dit que les médecins achètent les chimiothérapies aux compagnies pharmaceutiques et ensuite, les revendent ; en faisant un profit bien sûr. C’est parfaitement légal. Ce sont les seuls médicaments pour lesquels ils ont le droit de faire ça. Pour tous les autres, ils doivent se contenter d’invitations à des congrès, ou autres formes de rémunérations indirectes ou cachées. Mais pour les chimiothérapies, ils gagnent de l’argent directement. Et vu les prix, ça doit leur en faire gagner énormément.

Forcément, c’est le genre de détail qui change tout. Parce que du coup, ils ont un très grand intérêt à prescrire ces médicaments. C’est une véritable mine d’or. C’est pour ça que bien que ces traitements soient souvent mortels, les médecins américains ne les critiquent jamais.

Bien sûr, on me dira que ce n’est pas le cas dans les autres pays (mais bon, c’est à vérifier). Mais ce qu’il y a, c’est que ce sont les américains qui font l’opinion en matière de médecine depuis 30 ou 40 ans. Et en Europe, l’argent vient très souvent des compagnies pharmaceutiques américaines. Si les médecins américains disent blanc, le reste du monde dit blanc aussi. Alors si les médecins américains ont intérêt à dire que la chimio est une bonne chose, les médecins des autres pays disent eux aussi que la chimio est une bonne chose.

Les 3 grands types de médicaments : quelques infographies

mercredi, janvier 30th, 2013

 

Comme on l’a vu dans divers articles du site, il y a en réalité trois grands types de médicaments (en fait 4 si on compte la subdivision des anti-inflammatoires selon leur puissance). Alors que l’orthodoxie médicale croit et voudrait nous faire croire qu’il y en des dizaines voire des centaines. Mais, même si j’ai fait quelques papiers dédiés au problème, les informations restent éparpillées dans pas mal d’articles différents. Voici donc un résumé en trois infographies pour pouvoir s’y retrouver plus facilement et avoir une vue d’ensemble du problème. Bien sûr, quand je met « opiacés » ou « anti-inflammatoires », je parle aussi des analogues d’opiacés ou d’anti-inflammatoires.

 

Voici donc une première infographie à propos des trois grands types de médicaments.

 

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

 

(suite…)

Liste des médicaments qui sont des analogues d’opiacés

vendredi, novembre 16th, 2012

 

J’ai parlé des analogues d’opiacés dans quelques articles. J’en ai cité quelques-uns. Mais la liste est incomplète. Et je n’ai pas fait d’article indépendant donnant la liste en question.

Voici donc la liste des produits que je considère actuellement comme étant des analogues d’opiacés :

 

  • Antidouleurs de niveau 3
  • Certain antipsychotiques (bref, tous les psychotropes ayant un effet calmant)
  • Benzodiazépines (ce sont  des psychotropes, mais je les cite individuellement, vu leur célébrité)
  • Somnifères
  • Antitussifs
  • La Ventoline
  • Certains médicaments contre le rhume
  • Antihistaminiques
  • Anti-diarrhéiques
  • Anti-vomitifs
  • Médicament contre la maladie de Parkinson
  • Certains médicaments contre la maladie d’Alzheimer
  • Les bétabloquants
  • Médicaments d’aide au sevrage alcoolique
  • Antispasmodiques (ex : Spasfon)
  • Certains médicaments contre certains types de maladies cardiaques (ex : Trinitrine)
  • Médicaments pour la péridurale

 

Donc, tous ces traitements vont entrainer les effets secondaires des opiacés. A savoir : hypotension, constipation, éventuellement dépression respiratoire, somnolence, sommeil de mauvaise qualité, éventuellement perte d’appétit, pertes de mémoire, difficulté cognitives, parfois hallucinations auditives ou visuelles, pertes d’équilibre, sécheresse buccale et éventuellement nasale, parfois nausées et éventuellement vomissements, détachement émotionnel, parfois dépression, parfois idées suicidaires, addiction à la substance, nécessité d’augmenter les doses au fur et à mesure des années, etc…

Bien sûr, tous les effets ne seront pas forcément présents, puisque ça dépendra de la puissance du produit, de la dose absorbée, de l’accoutumance de la personne à cette dose, de sa tension sanguine, etc…

La liste sera mise à jour au fur et à mesure de mes découvertes.

 

Mis à jour le 26 mars 2013

Analogues d’opiacés et suicide

mercredi, janvier 25th, 2012

 

L’analyse des opiacés me fait penser que, comme beaucoup de monde le soupçonne, ces produits peuvent provoquer des envies suicidaires et des passages à l’acte.

 

1) Déprime et désinhibition

 

Pourquoi est-ce que ça provoque cet effet ? C’est parce que ça déprime et que ça désinhibe en même temps. Non seulement la personne déprime et se met à avoir des idées suicidaires, mais en plus, elle n’a plus d’inhibition. Donc, pas grand-chose ne l’empêche de passer à l’acte. Ca entraine par ailleurs une perte de la notion de réalité, ce qui doit venir augmenter le risque de passage à l’acte.

Pourquoi ça déprime ? Probablement parce que ça doit entrainer une baisse du taux de cortisol. En effet, on a vu précédemment que ça perturbe le sommeil et l’éveil. Le sommeil est de mauvaise qualité, et du coup, même quand l’opiacé-like ne fait plus effet, la personne reste fatiguée.

Ce problème de repos de mauvaise qualité vient du fait que le sommeil naturel est régulé de façon fine par le corps, via des cycles d’environ deux heures où il est plus ou moins profond. Evidemment, les opiacés ont un effet uniquement linéaire. Donc, toute la gestion fine du sommeil par le corps est remplacée par un effet grossier de l’opiacé, avec des cycles beaucoup moins prononcés. Le corps doit quand même intervenir, mais il doit être gêné dans la réalisation des cycles par l’opiacé. Celui-ci doit les aplanir fortement. Il en résulte évidemment un sommeil de mauvaise qualité. Ce qui aboutit à une fatigue durant la journée.

Par ailleurs, on a vu dans un article précédent que comme les analogues d’opiacés détendent les muscles, la langue s’enfonce plus profondément dans le palais que d’habitude. Ce qui provoque des ronflements. Et si ces derniers sont trop importants, ils peuvent perturber la respiration. Le sommeil est donc d’encore moins bonne qualité.

Bien sûr, vu que tous ces produits engendrent directement une envie de dormir, il y a peu de documents sur le sujet de la somnolence indirecte. Mais le sujet n’est quand même pas inconnu et on trouve donc quelques informations. Par exemple sur le site http://www.sommeil-mg.net, on trouve ceci sur cette page : « Opiacés. Malgré ce qu’en pensaient les Grecs, le pavot et ses dérivés (opium, codéine, morphine, héroïne) sont de puissants « anti-sommeil ». Le consommateur est plongé dans un état de léthargie mais il dort très peu et le stade de sommeil lent est effondré. » Concernant les somnifères, le site dit ceci : « Toutes ces molécules provoquent une réduction de l’activité cérébrale. Durant la nuit, elles diminuent la puissance et le rendement du sommeil (activité en onde lente, sommeil paradoxal…).« 

Ce qui se passe, c’est que le corps réagit à cette mauvaise qualité du sommeil en baissant le taux de cortisol afin d’obliger la personne à dormir (un taux de cortisol bas étant nécessaire pour pouvoir dormir). C’est le taux de cortisol bas qui provoque cette somnolence diurne. Seulement, comme un taux de cortisol bas est lié à la dépression, la personne va se mettre à avoir des idées noires, et même des idées suicidaires.

L’autre problème vient de la désinhibition. Les analogues d’opiacés ont tendance à désinhiber. C’est clair pour l’alcool ou le cannabis, mais c’est vrai aussi pour les autres opiacé-likes. Ça se voit moins pour les opiacés comme la morphine parce que l’effet est plus puissant, ce qui fait qu’ils donnent plus envie de dormir que de délirer (et puis, ils ne contiennent pas d’excitant). Et cet effet somnifère se manifeste plus rapidement. Mais même si ça se voit moins à cause de l’effet somnifère, ça désinhibe aussi.

Du coup, eh bien évidemment, la conjonction des deux effets aboutit à des actes de suicide. La personne est profondément déprimée ; et par ailleurs, elle est désinhibée (donc, n’a pas d’appréhension quant au fait de se suicider). Rien ne s’oppose alors à ce qu’elle tente de mettre fin à ses jours.

Les opiacé-likes entrainent aussi (de façon directe) une sorte de détachement émotionnel. La personne est moins concernée par les choses qui l’entourent. Evidemment, ça aussi, ça doit contribuer au passage à l’acte en cas d’envies suicidaires. L’évidence de cet effet dépend du type de produit opiacé-like qui est absorbé cela-dit. Pour ceux qui ont un effet essentiellement et rapidement calmant, c’est assez clair. Ça l’est moins pour des produits comme l’alcool, qui entrainent une euphorie au début. Donc, on a tendance à se dire que ce sont des produits qui renforcent les émotions de la personne. Mais il y a une phase de descente ; et c’est là que se produit l’effet de détachement émotionnel.

Il est possible aussi que les opiacés aient un effet direct sur l’humeur, comme pourrait le faire un taux de cortisol bas. Donc, quand on prendrait les opiacés, l’humeur se dégraderait et des pensées suicidaires viendraient. Mais pour le moment, je penche plutôt pour un effet venant d’une baisse du taux de cortisol que d’un effet direct venant de l’opiacé.

C’est pour ça que pas mal de gens sous analogues d’opiacés font des tentatives de suicide.

Alors, bien sûr, tout le monde ne passe pas à l’acte. Mais le problème est là. Et il y a plein de gens qui sans passer à l’acte, soit y pensent, soit en tout cas sont plus ou moins déprimés.

 

2) Documents parlant d’un lien entre produits opiacé-likes et dépression

 

Bien sûr, la médecine officielle ne va pas dire que tel produit conduit au suicide, puisque ça n’est pas systématique. Elle n’avoue pas non plus très souvent que tel produit entraine clairement la dépression. Mais elle peut dire qu’il y a un lien entre la consommation de tel produit, et la dépression, ou que la consommation de tel produit peut renforcer une dépression déjà présente (donc qu’il est contrindiqué pour les personnes dépressives). Là, on trouve des documents sur le sujet.

 

          Alcool

 

On trouve ça sur l’alcool et la dépression (ici)

« Pour les personnes qui ont été alcooliques ou qui sont en situation de dépendance à l’alcool, l’alcool peut avoir un effet défavorable sur leur neurotransmetteurs de sérotonine, mais cela ne conduit pas forcément à la dépression. Cependant, en cas de dépression avérée, l’alcool augmente la gravité des symptômes de la dépression en accentuant leur fréquence et leur sévérité.

L’alcool peut donner temporairement une impression de soulagement et la sensation d’être détendu. Cependant, les problèmes d’alcool et de dépression surviennent généralement en même temps et au lieu de la soulager, l’alcool contribue au renforcement de la dépression.

Environ 40% des alcooliques ou des personnes qui font preuve d’abus d’alcool souffrent de symptômes qui sont proches de ceux de la dépression. « 

Sur le site Psydoc, on trouve ce document de la part des professeurs Jean Adès et Michel Lejoyeux (ici) :

« Rossow et Amundsen ont évalué la mortalité par suicide chez les alcooliques norvégiens. Ils ont montré, à partir de l’étude de 40.000 conscrits suivis pendant 40 ans que le risque suicidaire relatif chez les sujets présentant un abus d’alcool est de 6,9. Le risque est plus élevé chez les sujets de plus de 40 ans comparés aux sujets les plus jeunes (RR = 12,8 et 4,5). Le risque de suicide sur la vie entière est de 0,63 % chez les sujets non alcooliques et de 4,76 % chez les alcooliques. L’abus d’alcool ou la dépendance multiplient donc par huit le risque de crise suicidaire. »

 

          Tabac

 

Sur e-sante, on trouve ça :

« Les relations entre le tabagisme et la dépression sont passionnantes. Globalement, l’intérêt des psychiatres pour le tabagisme a débuté dans les années 90. Depuis, les études sont nombreuses. Par exemple, la comparaison d’une population comprenant des sujets ayant déjà fumé dans leur vie, à une population de personnes n’ayant jamais fumé, montre que les sujets qui ont déjà fumé font plus fréquemment des épisodes dépressifs majeurs que les autres (1). La dépression touche 3% des non-fumeurs et 7% des fumeurs. Le risque de suicide est également plus important chez les fumeurs, avec un nombre de tentatives de suicide multiplié par deux. »

 

          Cannabis

 

Sur Doctissimo on a ça :

« Une autre étude soulignait quant à elle les liens entre cannabis et dépression. Ces travaux australiens ont été menés sur plus de 1 600 collégiennes. Ils ont montré que la consommation quotidienne de cannabis était associée à un risque cinq fois plus important de souffrir d’anxiété et de dépression. Une prise hebdomadaire multipliait les risques par deux. »

Sur santé Canada (ici) :

« Quand ce produit ne doit pas être utilisé :

Si vous avez un antécédent de trouble mental sérieux comme la schizophrénie ou la dépression. »

 

          Somnifères

 

Sur Wikipédia, on trouve ça sur les somnifères :

« Des effets secondaires tels que dépression, avec ou sans tendances suicidaires, états phobiques, agressivité et comportement violent peuvent apparaître, dans 5% des cas selon Malcolm Lader, de l’Institute of Psychiatry à Londres. Ce qui, rapporté aux 7 millions de personnes (chiffre publié en 2001) en France qui consomment des somnifères, représenterait 350.000 personnes…

Aux États-Unis, les fabricants considèrent devoir faire état de ces effets secondaires et signalent p.ex. le risque de dépressions. Dans plusieurs pays européens au contraire, les fabricants de médicaments gardent le silence sur cet effet secondaire, bien que la dépression soit un effet à long terme bien documenté dans les ouvrages médicaux.« 

 

          Antihistaminiques

 

On trouve sur depressionnerveuse.fr, une page avec une liste de médicaments pouvant causer une dépression :

« Médicaments pouvant causer une dépression

Antihistaminiques »

 

          Antiparkinsoniens

 

Comme les opiacé-likes sont des relaxants musculaires, il est évident qu’ils vont être utilisés dans la maladie de Parkinson et que les antiparkinsoniens sont des opiacé-likes (il y a des dérivés officiels d’opiacés utilisés, mais la L-dopa n’est pas considérée comme tel alors que c’en est clairement un). Il est difficile de trouver des informations sur le fait que les antiparkinsoniens aient un lien avec la dépression, mais on trouve ça sur la maladie elle-même.

C’est ici (Société Parkinson au Québec) :

« Émission Télématin sur France 2, Parkinson et dépression : Une étude réalisée dans la région Midi-Pyrénées vient de montrer que 40% d’entre elles souffrent d’une réelle dépression. D’autres études montrent que 70% à 80% des patients présentent une dépression ou des variations de l’humeur. »

Il est évident que ce sont en réalité les médicaments qui causent le problème.

 

          Opioïdes

 

Là, ça concerne tous les opiacés. Donc, que ce soit de l’héroïne, de la méthadone, de la codéine, de la morphine, etc.., on va retrouver les effets suivants (de façon plus ou moins prononcée bien sûr).

 

C’est ici :

« Troubles psychiatriques (effets lors d’une utilisation chronique) :

– Irritabilité, impulsivité

Episodes anxio-dépressifs

Etat dépressif majeur 90 % des sujets, avec risque suicidaire (10 à 20 % des sujets dépendants tentent de se suicider), aggravé par la consommation associée d’alcool ou de psychostimulants, par la marginalisation.

– Manifestations psychotiques

– Syndrome déficitaire »

 

          Bétabloquants

 

On trouve ça ici :

« Une dépression peut parfois survenir lors d’un traitement par bêta-bloquant. N’hésitez pas à discuter de tout symptôme que vous éprouvez avec votre infirmière ou votre médecin. »

Ou sur le Centre Belge d’Information Pharmacothérapeutique, on trouve un communiqué du Centre de Pharmacovigilance, en mai 2008 sur les « dépression et idées suicidaires induites par des médicaments » :

« Plusieurs médicaments de diverses classes ont été associés à la survenue de dépression et/ou d’idées suicidaires.

Divers: antiandrogènes (p.ex. acétate de cyprotérone, flutamide), β-bloquants (surtout les lipophiles), cinnarizine, flunarizine, méthyldopa et agonistes dopaminergiques, progestatifs.« 

 

          Benzodiazépines

 

On trouve ça sur le site Hometox, du Dr Van Velea, (ici) :

« Les effets « paradoxales » de l’utilisation prolongée des benzodiazépines sont représentés par la dépression avec des tendances suicidaires, des manifestations hallucinatoires, des phénomènes de déréalisation, des phobies, des comportements violents.« 

Or, comme les benzodiazépines sont les anxiolytiques les plus utilisés, ça veut dire qu’une grosse partie des anxiolytiques provoquent la dépression.

 

Notes :

A noter que pour l’alcool, les chiffres sont peut-être inférieurs à la réalité, parce que, dans les 40 %; on parle non seulement des alcooliques, mais aussi des personnes « qui font preuve d’abus d’alcool ». Donc, on peut tout à fait avoir là-dedans les gens qui ne boivent pas régulièrement, mais qui se soulent une fois par semaine par exemple. Ce qui est complètement  différent de l’alcoolique qui lui boit beaucoup, mais surtout boit tous les jours. Celui qui se soule une fois par semaine ne risque pas d’être déprimé. Donc, si on ne comptabilisait que les alcooliques, là, on aurait probablement des chiffres plus élevés.

 

Il est à noter qu’à propos de la dépression, les opiacé-likes ont d’une façon générale une sorte de double nature. Double nature qui entraine une confusion sur leurs effets. Ils permettent de soigner les anxiétés et énervements causés par des analogues d’anti-inflammatoires, ou par un stress. Mais pris de façon quotidienne, ils vont au contraire causer une dépression. Donc, pas mal de gens vont se dire que l’analogue d’opiacés qu’ils prennent ne peut pas causer de dépression (ce qui s’apparente aussi à de l’anxiété), puisque au contraire, ça leur a permis de soigner des crises d’angoisse. C’est ce que pensent souvent les fumeurs de cannabis.

C’est à cause de ce double effet qu’il est dit que l’anxiété et la dépression sont souvent associées. Une personne anxieuse va prendre des anxiolytiques (qui sont donc en fait des analogues d’opiacés). Et à terme, ces médicaments risquent d’entrainer une dépression. Sauf que pour la médecine, ce n’est évidemment pas l’anxiolytique la cause de la dépression, mais un lien plus ou moins mystérieux entre anxiété et dépression.

C’est ce qu’on peut trouver sur Doctissimo :

« L’anxiété et la dépression sont deux troubles qu’il n’est parfois pas évident de différencier et que certains ont tendance à confondre. En effet, certains signes sont communs à ces deux troubles, comme la tension intérieure, les troubles de la mémoire, les troubles du sommeil. De plus, anxiété et dépression sont souvent associés.« 

 

Enfin, comme les opiacé-likes engendrent des problèmes psychiatriques, dans beaucoup de cas la médecine a beau jeu de dire que ce qui a mené au suicide était en fait les problèmes psychologiques de la personne et pas les substances qu’elle prenait.

 

3) Objections possibles concernant l’idée que le taux de cortisol est bas

 

          Objection 1 :

C’est vrai qu’on pourrait m’opposer que le matin, l’opiacé ne fait plus effet et que du coup, la personne devrait plutôt être énervée et speed. Or si la personne avait un taux de cortisol bas, comme j’en défends l’idée, elle ne serait pas énervée, puisque dans cette situation, la personne est plus amorphe qu’autre chose. Donc, dans ce cas, ma théorie du taux de cortisol bas à cause de la prise d’opiacés serait fausse.

Seulement, il est reconnu que les somnifères engendrent des problèmes de somnolence durant la journée. Donc, les gens continuent à somnoler le matin. Ils ne sont pas spécialement énervés. Ce qui va bien dans le sens de ce que je dis, à savoir que le taux de cortisol reste bas et maintient donc les gens dans un état de somnolence.

En fait, le matin, l’effet en retour de l’arrêt de l’opiacé ne doit pas être encore trop présent. La personne doit ressentir juste une angoisse, un mal être. Et ce d’autant plus que le taux de cortisol est bas. L’effet du taux de cortisol bas s’oppose en partie à la sensation d’énervement due au manque. Difficile d’être très énervé (ce qui demande de l’énergie) quand on est très fatigué. C’est plutôt dans l’après-midi et le soir, que le manque et donc l’énervement vont commencer à se faire vraiment présents. A ce moment-là, le taux de cortisol aura remonté un peu, et le manque d’opiacé commencera vraiment à se faire ressentir. C’est donc seulement là que la personne va éventuellement commencer à être agitée et agressive.

Mais ça va fortement dépendre des pratiques de la personne en matière d’opiacé-likes de substitution. Par exemple, si la personne fume, ça va éviter que le manque de l’opiacé ne se fasse trop sentir. Même chose si elle boit de l’alcool.

 

          Objection 2 :

Si la personne était réellement fatiguée durant la journée à cause d’un taux de cortisol bas, elle n’aurait pas besoin des opiacés pour dormir.

C’est vrai que si la personne avait vraiment un taux de cortisol bas, comme je le défends, elle ne devrait pas ressentir de problèmes pour s’endormir. Oui, mais il doit y avoir les deux effets qui se croisent. Au fur et à mesure de la journée, l’effet de manque augmente et doit surpasser l’envie de dormir due au taux de cortisol bas. Du coup, malgré un taux de cortisol bas, la personne n’arrive pas à s’endormir.

Par ailleurs, beaucoup de personne vont prendre des excitants pour éviter de somnoler durant la journée. Et ça, ça va augmenter le taux de cortisol de façon artificielle. Ce qui va conduire à des difficultés d’endormissement en fin de journée.

Cela dit, il peut y avoir des cycles. Au bout d’un moment, la personne peut effectivement avoir moins besoin du somnifère tellement elle est fatiguée (et donc tellement elle a un taux de cortisol bas). Mais dans ce cas, une fois qu’elle aura récupéré, le taux de cortisol étant remonté, et le manque par rapport à l’opiacé-like étant plus fort, elle aura à nouveau besoin de ce genre de produit pour s’endormir.

Au passage, je parle bien d’opiacé-likes pour s’endormir, pas seulement de somnifères. En effet, certaines personnes utilisent d’autres produits opiacé-likes que les somnifères pour s’endormir. Certaines personnes utilisent par exemple l’alcool. Elles prennent un verre ou deux d’alcool pour arriver à s’endormir. C’est d’ailleurs une cause d’entrée dans l’alcoolisme. D’autres fument une cigarette ou deux.

On peut penser que le week-end va être une période où la personne va pouvoir récupérer un peu, puisqu’elle pourra faire la grasse matinée, voir dormir durant la journée et ne sera pas obligée de prendre des excitants pour rester éveillée. Du coup, elle sera plus éveillée le Lundi. Ce sera d’autant plus vrai si elle est dans une partie du cycle où elle a moins besoin de l’opiacé pour dormir. Seulement, évidemment, en prenant moins l’opiacé, l’angoisse, puis l’énervement dus au manque se feront plus sentir. Et elle sera obligée alors d’en reprendre durant la semaine.

 

4) Réflexions diverses

 

Comme évoqué plus haut, si certaines personnes ne ressentent pas ou peu de somnolence, c’est très probablement parce qu’elles prennent des excitants durant la journée, comme du café, des analogues d’anti-inflammatoires, ou la pilule pour les femmes. Il est possible aussi que l’aspartame soit en réalité un analogue d’anti-inflammatoire (ce qui n’est pas surprenant, puisque c’est un produit artificiel). Donc, quelqu’un qui prend du coca-light pourrait éviter de somnoler grâce à ça.

 

Il se pourrait aussi que certains suicides soient en fait des accidents. Accidents liés à la perte de mémoire immédiate causée par la prise d’analogues d’opiacés. La personne n’ayant plus de mémoire immédiate, elle oublie qu’elle a pris ses cachets il y a seulement 5 minutes. Donc, elle en reprend, puis en reprend, etc… Puis rapidement, elle s’endort. Et là, elle meurt d’hypotension dans son sommeil.

Cela dit, il peut y avoir des combinaisons alcool + médicaments. La personne peut boire de l’alcool, puis, parce qu’elle est alors à côté de la plaque, elle se met à prendre des médicaments, ce qui aboutit à une hypotension mortelle. La raison de la prise de médicaments peut venir aussi de ce qu’elle n’arrive pas à dormir malgré l’alcool.

 

Par ailleurs, il doit y avoir un certain nombre d’accident qui sont liés à une perte de conscience claire qui sont comptabilisés comme des suicides. Par exemple, la personne est complètement saoule ; ou alors est saoule et a pris d’autres substances opiacé-likes ; ou encore a pris uniquement d’autres substances opiacé-likes et passe par la fenêtre en croyant passer par la porte ? Ça sera considéré souvent comme un suicide.

 

Comme évoqué plus haut, pas mal de gens penseront que les problèmes de dépression et d’idées suicidaires viennent d’eux, puisque beaucoup auront arrêté tel opiacé-like pour passer à un autre qu’ils penseront n’avoir aucun lien avec le premier. Par exemple, une personne fumant du cannabis arrêtera de le faire et passera aux antidépresseurs. Et pourtant, ses idées suicidaires resteront présentes. Ça sera à cause du fait que l’antidépresseur est aussi un opiacé-like. Mais comme la personne ne le sait pas, elle pensera que le problème ne venait pas du cannabis, mais seulement d’elle-même.

 

A quel moment la tentative de suicide a-t-elle le plus de risque d’arriver ? Pas évident de conclure là-dessus. A priori, on peut penser que ça arrive plutôt quand la personne est le plus déprimé, c’est à dire quand le taux de cortisol est au plus bas. Donc, a priori en matinée.

Mais on peut aussi penser que ça arrive peut-être à des moments intermédiaires, quand le taux de cortisol commence à remonter. En effet, il est possible que quand le taux de cortisol est trop bas, la personne n’ait pas assez d’énergie pour se suicider. Tandis que quand le taux de cortisol commence à remonter, là, la déprime est encore très présente, et il y a alors suffisamment d’énergie pour passer à l’acte. Donc, c’est peut-être plutôt en début d’après-midi.

Selon une étude évoquée ici, ce serait en fait plutôt en milieu de matinée et début de journée que ça se fait en majorité : « La plupart des tentatives de suicide ont lieu en milieu de matinée ou en début d’après-midi (SAMHSA, 2006)« .

Donc, ça correspond à peu près aux deux hypothèses.

Bien sûr, il faut tenir compte du fait que certaines personnes vivent plutôt la nuit. Donc, ça décale les horaires en question.

Et puis, en fonction des diverses drogues prises, ça doit aussi modifier les heures critiques.

 

On peut aussi penser que les gens en prison se voient prescrire pas mal d’analogues d’opiacés sous forme de médicaments contre l’anxiété, de somnifères, etc… Déjà, parce qu’à la base, un certain nombre sont des gens nerveux qui ont des difficultés à tenir leurs nerfs. Aussi parce que beaucoup sont là pour consommation et trafic de drogue. Et même si certains ne sont pas tombés pour ça, ils en consommaient. Donc, ils ont besoin des analogues d’opiacés pour se sentir bien. Et puis, là encore, ça permet aux gardiens d’être plus tranquilles. Cet usage d’analogues d’opiacés explique qu’il y ait pas mal de suicides en prison. Ça ne les explique pas tous évidemment, parce que, pour un certain nombre, la perspective de l’enfermement est déjà suffisante pour déprimer et passer à l’acte. Mais ça doit en expliquer une forte proportion quand même.

 

Ce qui doit limiter le problème, c’est que les gens ne peuvent pas augmenter les doses des substances en question très facilement. Donc, au bout d’un moment, les effets diminuent, et la déprime aussi. Elle reste présente à un degré plus ou moins fort. Mais elle n’est plus assez importante pour que la personne se suicide. Et chez les personnes âgées qui sont en maison de retraite, l’impact que ces produits ont sur le cerveau (Alzheimer) fait que beaucoup ne sont plus en état de seulement imaginer se suicider.

 

Les traitements administrés durant la maladie d’Alzheimer aggravent ou entretiennent la maladie

samedi, décembre 17th, 2011

 

On va voir ici que les traitements utilisés durant la maladie d’Alzheimer peuvent eux aussi dégrader les performances intellectuelles et donc aggraver ou entretenir la maladie de façon artificielle.

On va étudier ici quatre types de médicaments

  • Les produits opiacés pris avant et pendant la maladie d’Alzheimer
  • Les médicaments contre la maladie d’Alzheimer
  • Les médicaments utilisés habituellement contre certains symptômes des démences (antipsychotiques) et utilisés aussi dans les cas d’Alzheimer
  • Les somnifères utilisés chez les personnes âgées en maison de retraite

Bien sûr, ici, on ne va pas traiter des cas où la personne est déjà en situation d’Alzheimer définitif. Ca ne présente pas d’intérêt, puisque dans ce cas, l’état de démence ne peut plus être changé (aggravé ou amélioré). Et le problème d’un maintien artificiel de l’état en question via les médicaments n’a plus d’objet non plus.

On va donc analyser les faux cas d’Alzheimer et certains cas d’Alzheimer réels, mais débutants. C’est-à-dire soit les cas ou la personne a l’air d’avoir perdu sa mémoire définitivement, alors que c’est la prise d’opiacé-likes qui provoque le phénomène (la mémoire pourrait donc revenir si elle arrêtait de prendre ces substances), soit les cas où la personne est juste en début de phase de démence, mais pourrait récupérer en partie ou totalement.

Pour ceux qui découvriraient le blog à travers cet article, je rappelle que selon moi, il n’y a pas 10.000 types de médicaments, contrairement à ce que l’orthodoxie médicale voudrait nous faire croire. Il y a en réalité seulement 3 grands types de médicaments mis à toutes les sauces : les anti-inflammatoires (ce qui inclut les antibiotiques, les anticancéreux, etc…), les opiacé-likes (ce qui inclut les benzodiazépines, les somnifères, les antalgiques de pallier 3, certains antipsychotiques, etc…), et les mélange anti-inflammatoires opiacés.

 

1) Les opiacé-likes pris avant la déclaration de la maladie

 

Comme on l’a vu dans l’article précédent, les opiacés et leurs analogues peuvent provoquer la maladie d’Alzheimer. La vitesse de déclenchement de la maladie dépendant de l’âge de la personne, de la dose d’opiacé-likes consommée, et de l’augmentation plus ou moins rapide des doses.

Ce qui nous intéresse ici, c’est qu’une fois la maladie déclarée, on n’arrête généralement pas de prendre les médicaments en question. Une personne Alzheimer qui prenait des antidouleurs ou des antimigraineux, ou des somnifères continuera à se les faire administrer via les personnes s’occupant d’elle (auxiliaires de vie à domicile ou infirmière dans les maisons spécialisées).

Donc, les médicaments qui ont provoqué l’entrée dans la maladie continueront à être consommés, et ainsi à maintenir ou aggraver l’état du patient.

Donc, par ce biais, on a déjà un premier élément provoquant le maintien ou l’aggravation de la maladie, une fois celle-ci déclarée à cause de la consommation d’opiacé-likes. C’est un élément majeur du problème.

 

2) Les médicaments spécifiques de la maladie d’Alzheimer

 

Vu qu’il n’y a que 3 types de médicaments principaux (anti-inflammatoires, opiacés, et mélanges opiacés/anti-inflammatoires), et que tous peuvent provoquer la maladie d’Alzheimer chez des personnes âgées, il est évident que les médicaments anti-Alzheimer vont avoir tendance à entretenir la maladie.

 

Voilà la liste des médicaments anti-Alzheimer :

  • Les opiacé-likes :

Ebixa

  • Les anti-inflammatoires :

Aricept (molécule Donépézil)

Cognex (Tacrine)

  • Les mélanges anti-inflammatoire/opiacés :

Exelon

 

–          L’impact des opiacés

 

Deux cas nous intéressent ici : 1) le cas où la personne est diagnostiquée Alzheimer, mais a encore juste des symptômes légers. Symptômes qui peuvent être causés par des vaccins, un petit AVC (soit naturel, soit provoqué par des médicaments du genre anti-inflammatoire), ou encore la prise d’opiacé-likes ; 2) le cas où la démence est déjà bien avancée mais est un faux Alzheimer causé par la consommation d’opiacé-likes (donc, la démence est curable si on arrête de prendre ces médicaments).

Dans le premier cas, la prise d’opiacé-likes va faire entrer encore plus la personne dans la démence. Et le diagnostic initial va se trouver confirmé.

Dans le deuxième cas, la prise d’opiacé-likes va maintenir la personne dans la démence, voir aggraver celle-ci, si elle n’était pas totale. Donc, même si on arrête de lui administrer certain des opiacés pris avant le diagnostic, l’état de démence sera maintenu.

Donc, l’impact des opiacé-likes utilisés en tant qu’anti-Alzheimer est totalement négatif.

 

–          L’impact des analogues d’anti-inflammatoires

 

Concernant l’impact des analogues d’anti-inflammatoires, on peut reprendre les deux cas précédents : 1) la personne est diagnostiquées Alzheimer, mais a encore juste des symptômes légers ; 2) la démence est déjà bien avancée mais est un faux Alzheimer causé par la consommation d’opiacé-likes. Mais, l’impact va plus dépendre de l’origine de l’entrée dans la maladie qu’avec les opiacés.

 

  • Cas 1

Dans le premier cas, si les symptômes viennent des vaccins, on peut penser que la prise d’anti-inflammatoire n’aura que peu d’impact immédiat, aussi bien positif que négatif. Par contre, à plus long terme, ça risque de provoquer des micro-AVC ou des AVC plus importants. Mais là, ça dépendra des doses prises et de la consommation d’autres médicaments du même type.

Si les symptômes viennent de micros-AVC, qu’ils soient naturels ou causés par la prise d’analogues d’anti-inflammatoires, l’impact des anti-inflammatoires va être aléatoire. En effet, tout dépend du fait que les AVC aient été causé par des caillots ou par des saignements.

Si c’est à cause de caillots, la prise d’anti-inflammatoire à doses faibles peut augmenter leur production, et donc aggraver le problème à terme. Par contre, si la dose est plus forte, ça peut dissoudre les caillots, et donc participer à la stabilisation du problème. Mais évidemment, s’il y a déjà une démence de déclarée et qu’elle est présente déjà depuis un certain temps (donc, ayant peu de chance de s’améliorer), ça ne va pas la faire disparaitre. Ce qui sera le cas la plupart du temps quand le diagnostic d’Alzheimer tombera.

Par contre, si c’est à cause de saignements, dans la mesure où ceux-ci viennent quasiment forcément de la prise d’analogues d’anti-inflammatoires, la prise d’anti-inflammatoires va augmenter le risque de nouveaux AVC, et donc de dégradation des capacités mentales. Toutefois, dans la mesure où les saignements peuvent avoir une cause ponctuelle (prise d’antibiotiques ou d’anticancéreux), ça peut ne pas être le cas. Dans cette situation, les anti-inflammatoires vont soit créer des caillots, soit provoquer des saignements. Ça dépendra de la dose. Cela dit, vu que les doses d’anti-inflammatoire que représentent les médicaments anti-Alzheimer ne doivent pas être très importantes, ça va plutôt créer des caillots a priori. En tout cas évidemment, tout ça peut durer assez longtemps sans qu’il ne se passe rien.

Si les symptômes viennent de la prise d’opiacé-likes, dans la mesure où les anti-inflammatoires rendent plus nerveux, plus excité, ça va s’opposer à l’effet de somnolence des opiacés. La personne va être capable de plus se concentrer. Donc, l’état pourra éventuellement s’améliorer. Ça dépendra probablement des heures de la journée. Mais, comme la personne aura plus de difficultés à dormir à cause des anti-inflammatoires, on lui donnera des somnifères (donc effet opiacé). Donc, l’effet positif sera aléatoire.

Et même dans les cas où il y a amélioration des capacités intellectuelles, la nervosité engendrée par les anti-inflammatoires risque de faire passer la personne pour démente. Donc, il n’est pas évident que le diagnostic soit changé. Surtout que comme il y aura tendance à y avoir des retours d’états amorphe et de perte de mémoire à certains moments de la journée (quand l’effet des opiacés sera à nouveau supérieur à celui des anti-inflammatoires), l’effet positif des anti-inflammatoires ne durera pas assez longtemps pour donner l’impression qu’il n’y a plus de problèmes cognitifs.

Par exemple, si le matin, la personne est amorphe et a des problèmes de lucidité parce qu’elle a pris un analogue d’opiacé pour dormir, qu’à partir de midi, parce qu’elle a pris des anti-inflammatoires, elle se met à devenir agressive, ça ne va pas améliorer beaucoup l’impression que les gens ont sur son état mental.

Et puis, on verra plus loin qu’en maison de retraite ou institut spécialisé, on assomme les pensionnaires d’opiacés pour qu’ils se tiennent tranquille. Du coup, dans ces endroits, on fera en sorte que la dose d’opiacé-likes soit suffisamment importante pour outrepasser largement l’effet des anti-inflammatoires. Donc, l’impact positif qu’ils auraient pu avoir sera totalement noyé par l’effet des opiacés.

 

  • Cas 2

Dans le second cas (faux Alzheimer déjà bien déclaré et causé par des opiacés), là aussi, ça pourra améliorer un peu la situation. Mais si la démence est déjà importante, ça veut dire que la consommation d’opiacé-likes l’est aussi. Du coup, vu que les doses d’anti-inflammatoires que ça représente sont assez faibles, il y a des chances que l’effet des opiacés soit largement supérieur à celui de l’anti-inflammatoire. Surtout qu’une fois l’Alzheimer diagnostiqué, on administrera d’autres opiacés. Et puis, on augmentera des doses de ceux déjà consommés, en réaction aux effets de l’anti-inflammatoire.

Donc, les résultats de l’usage d’analogues d’anti-inflammatoires sont assez variés. Soit ça ne va rien améliorer ou pas grand-chose, soit ça va faire empirer le problème, soit ça va l’améliorer (cas ou le problème vient de la prise d’analogues d’opiacés). Cela dit, dans ce dernier cas, l’amélioration sera généralement temporaire, puisqu’alors, on aura tendance à augmenter la consommation d’opiacé-likes.

Enfin, même si ça n’est pas le problème étudié ici, il faut se souvenir que les anti-inflammatoires raccourcissent l’espérance de vie : par insuffisance hépatique et par AVC (caillot ou saignement en fonction de la dose). Et ils induisent des tas de pathologies, comme on a pu le voir par ailleurs sur le blog.

 

Donc, globalement, les médicaments anti-Alzheimer vont avoir plutôt tendance à détériorer la situation ; à faire entrer les gens plus profondément dans la maladie. Si les symptômes étaient légers suite à la prise de somnifères par exemple, ils vont devenir plus importants. Et ensuite, une fois qu’ils seront dans une maison de retraite spécialisée, les antipsychotiques qu’on leur administrera achèveront de les rendre déments. Mais, il y a quelques cas où l’usage d’analogues d’anti-inflammatoires peut améliorer la situation à certains moments de la journée.

C’est vrai que vu que les doses (en équivalent opiacés et anti-inflammatoires) doivent être faibles, on peut penser que ce ne sont pas les médicaments contre l’Alzheimer qui posent le plus problème, mais plutôt les autres médicaments. Mais bon, ça peut avoir un rôle d’aggravation du problème. Donc leur impact négatif est loin d’être négligeable.

 

3) Les antipsychotiques et somnifères utilisés chez les malades Alzheimer

 

En fait, avec les analogues d’opiacés ayant provoqué l’Alzheimer, ce sont les médicaments pris en maison de retraite qui vont participer le plus au maintien ou l’aggravation de la maladie.

En effet, en maison de retraite et dans les instituts spécialisés pour recevoir les malades d’Alzheimer, on administre des antipsychotiques (autrement appelés neuroleptiques) aux personnes âgées atteintes de démence. Or, bon nombre de ces médicaments sont apparemment des analogues d’opiacés. On administre aussi des somnifères. Et là, ce sont uniquement des opiacé-likes. Du coup, les faux cas d’Alzheimer vont continuer à être dans cet état à cause de l’administration de ces analogues d’opiacés. Et à terme, ils vont souvent finir par devenir de vrais cas d’Alzheimer ; même sans médicaments, ils resteront dans cet état.

Il y a bien eu quelques alertes concernant leurs effets. Mais il y a peu de chance qu’on arrête de les utiliser. Si on administre ces médicaments, c’est à cause des problèmes d’organisation intrinsèques à ce genre d’endroit. Il y a peu de personnel et beaucoup de personnes âgées. Et si elles sont Alzheimer, elles agissent évidemment un peu n’importe comment. Donc, à cause du manque de personnel, celui qui est en place administre des calmants afin que les pensionnaires se tiennent tranquilles. Et le soir, il leur administre des somnifères afin qu’ils ne déambulent pas dans les couloirs. Il le fait aussi afin qu’ils ne dorment pas durant la journée et qu’ils soient bien réglés sur l’horaire des repas. C’est comme dans les hôpitaux psychiatriques en fait. Face à des pensionnaires récalcitrants, on utilise les opiacé-likes pour les rendre dociles ainsi que pour caler leur sommeil sur l’organisation de l’institut. Eh bien sûr, le fait de donner des analogues d’opiacés est très probablement avalisé par les dirigeants de ces organisations. En effet, ça permet d’utiliser moins de personnel pour accomplir la même tâche. Donc, c’est très intéressant financièrement.

 

Le problème, c’est qu’on donne même ces médicaments à des gens qui sont encore parfaitement sains d’esprit. Du coup, on crée artificiellement des cas d’Alzheimer.

C’est ce qu’on peut voir ici : « Le Dr Yong Chen, du service de médecine gériatrique de l’université du Massachusetts à Worcester (Etats-Unis) a évalué la prescription d’antipsychotiques chez 16 500 nouveaux résidents en maison de retraite en 2006. Environ 30% recevaient au moins un psychotrope, et parmi eux 32% ne présentaient aucune démence, psychose ou autre indication. Les résidents nouvellement admis avec un haut taux de prescription avaient 1.37 fois plus de risque de recevoir un traitement antipsychotique que ceux ayant un faible taux de prescription.« 

Donc, apparemment, on administre des antipsychotiques même à des gens qui n’ont pas de problème de démence dans les maisons de retraite. Pas étonnant qu’ils le deviennent.

Cette information nous fait découvrir un autre élément majeur du problème. On a une nouvelle source de création de malades d’Alzheimer via la consommation d’opiacé-likes. Et, vu le nombre de personnes âgées qui vont en maisons de retraite, c’est clairement une source importante du problème.

 

Bien sûr, on peut penser que le traitement est aussi fonction du niveau social. Dans les maisons de retraite pour riches, on doit ne pas appuyer sur la pompe à opiacés de façon trop exagérée. Il faut que les membres de la famille n’aient pas l’impression qu’ils mettent leur mère, leur femme, leurs grands-parents dans un mouroir (parce que voir des rangées de vieux complètement éteints sur leur siège, ça donne légèrement cette impression). Donc, il faut quand même qu’une partie des résidents aient l’air un minimum éveillés. Par contre, dans les endroits pour pauvres, on peut se lâcher sans trop de problème.

Cela dit, ça n’est évidemment valable que pour les maisons de retraite. Pour les instituts plus spécialisés dans les cas d’Alzheimer, pas besoin de faux semblants. On peut assommer l’ensemble des patients sans que ça ne choque les parents et amis.

Bien sûr, il est possible que des médecins administrent aussi ce genre de produits à des personnes âgées atteintes d’Alzheimer mais restées chez elles. Dans la mesure où là aussi, elles posent problème, le médecin traitant peut proposer à la famille de leur administrer des antipsychotiques et des somnifères pour qu’elles restent tranquilles. Et la famille peut accepter pour retrouver un certain calme.

 

Un autre élément intéressant est ce que recouvre le terme d’amélioration dans le cas des médicaments antipsychotiques utilisés pour la maladie d’Alzheimer.

C’est ici :

« Les médicaments antipsychotiques (ou neuroleptiques), autorisés pour le traitement de la schizophrénie ou du trouble bipolaire, sont utilisés pour calmer l’agitation et l’agressivité chez 30 à 60% des personnes atteintes de démence placées en établissements en Europe et en Amérique du Nord, selon les auteurs de l’étude.

Des études précédentes, menées sur des courts termes (6 à 12 semaines), ont montré un bénéfice des traitements antipsychotiques sur les symptômes d’agitation et d’agressivité. Mais elles ont indiqué des effets secondaires dommageables. La récente étude confirme les risques associés à ces médicaments. »

Et aussi ici :

« Il a été démontré que l’olanzapine est efficace dans le traitement des symptômes psychologiques et comportementaux de la maladie d’Alzheimer.

Les résultats ont prouvé que les doses de 5 mg et de 10 mg avaient amélioré significativement le critère d’évaluation principal, soit le score total des éléments de base du NPI/NH (agitation/agressivité, hallucinations et délires), de même que l’hostilité et l’anxiété/dépression comparativement au placebo. De plus, les perturbations du travail des soignants, le score total NPI/NH et le score total BPRS ont été réduits de façon significative dans le groupe sous 5 mg.

L’olanzapine s’est avérée sûre et efficace à long terme, ayant procuré un soulagement continuel des symptômes de patients âgés souffrant de la maladie d’Alzheimer. »

Donc, en réalité, ce qu’on considère comme des améliorations de la maladie sont surtout des améliorations de confort pour le personnel soignant. Le but n’est donc pas que la personne Alzheimer voit ses capacités mentales s’améliorer, comme on pourrait le croire quand on parle justement d’améliorations des symptômes. Le but est de faire en sorte que le malade devienne complètement amorphe afin d’ennuyer le moins possible le personnel. Evidemment, ça change légèrement la perception qu’on peut avoir de ces « améliorations ».

Comme dit plus haut, l’usage de ces médicaments peut se comprendre évidemment. Face à une foule indisciplinée composée de gens en état de démence et parfois agités, il est tentant de résoudre le problème avec des produits calmants. Seulement, si ça maintient les gens en question dans un état de perte de mémoire dont ils pourraient sortir sinon, ou si ça les fait même entrer dans cet état de démence, là, ça ne va plus du tout. Si on a 100 % de gens déjà malades, et ce définitivement, le problème ne se pose pas. Si 20 ou 30 % des gens sont en bonne santé, ou s’ils sont déjà atteints pourraient voir leur état s’améliorer, et que ce sont les analogues d’opiacés qui engendrent le problème, l’usage de ces produits à haute dose devient criminel.

 

On peut constater qu’il est dit que les études « ont indiqué des effets secondaires dommageables ». Quels sont-ils ? Eh bien on peut en avoir une idée ici :

« Outre le danger d’accélération de la mortalité des malades souffrant d’Alzheimer, le rapport Banerjee met en garde contre de nombreux effets secondaires engendrés par l’utilisation inappropriée d’antipsychotiques: il s’agit notamment de problèmes de raidissement des muscles, de sudation et de difficultés pour réfléchir et s’exprimer. »

Donc, loin de soigner les personnes atteintes d’Alzheimer, les antipsychotiques aggravent leur état mental. L’orthodoxie médicale le reconnait elle-même.

 

Dans la mesure où les antipsychotiques sont donnés pour mettre les gens en état de léthargie, afin qu’ils ne posent pas de difficulté au personnel qui s’en occupe, il est clair que ce type de médicaments est un élément majeur du problème de l’Alzheimer. Puisqu’on veut mettre les gens dans un état de stupeur, les doses (en équivalent opiacé) vont généralement être beaucoup plus importantes que ce qu’ils prenaient avant d’aller en institut (s’ils prenaient des opiacés bien sûr). Durant la phase pré-Alzheimer, quand les gens prennent des opiacé-likes pour soigner des douleurs, des insomnies, etc.., le médecin traitant essaye de limiter les effets secondaires, ce qui limite le pourcentage de gens sombrant dans la maladie et la vitesse et l’importance de la déchéance. Alors que là, on veut au contraire que ces effets secondaires (somnolence) soient importants. Donc, non seulement les doses vont être élevées dès le départ, mais on va même les augmenter indéfiniment pour maintenir l’effet désiré. Du coup, là, non seulement la fréquence de survenue du problème va être beaucoup plus importante, mais sa vitesse également.

Il faut faire la distinction cependant entre les personnes déjà considérées comme Alzheimer ou pré-Alzheimer, et celles qui ne le sont pas encore.

Dans les deux premiers cas, une fois en institut spécialisé ou en maison de retraite médicalisée, vu leur état, le personnel soignant ne va pas hésiter à appuyer sur la dose d’opiacés. Donc, pour les personnes pré-Alzheimer, la déchéance va être rapide. Alors que si elles étaient restées chez elles, la dégradation aurait probablement pris plus de temps. Et pour celles qui sont Alzheimer, mais qui sont des faux cas, ça va les maintenir dans la démence. Et à terme, ça va certainement finir par les transformer en vrai Alzheimer.

Ce qu’il y a aussi, c’est que comme le personnel se dit que ces personnes sont déjà Alzheimer, ça n’est pas grave de leur donner des médicaments qui perturbent les fonctions intellectuelles. Et même pour celles qui sont seulement en état de pré-Alzheimer, le personnel va se dire que de toute manière, l’issue de la maladie est certaine, et donc, que prescrire des médicaments qui diminuent les capacités intellectuelles ne fait qu’accélérer un peu une déchéance de toute façon certaine. Enfin.., évidemment, il n’y en a pas beaucoup qui atteindront ce degré de réflexion et se poseront ce genre de question. Mais pour les quelques rares à qui ça arrivera, la réponse sera celle-là.

Concernant le troisième cas (personnes non malades), ça va être différent. Vu qu’il va s’agir de personnes en maisons de retraite classiques, et qu’elles ne posent pas autant de problèmes d’organisation, on ne va probablement pas trop appuyer sur les doses d’opiacés. Donc, l’état se dégradera plus lentement. Mais, une fois en état de pré-Alzheimer, les doses seront augmentées et la perte de mémoire s’accélérera.

Comme vu plus haut, ça dépendra du type de maison de retraite. Dans les maisons de retraites bas de gamme, on aura tendance à utiliser beaucoup plus facilement les opiacé-likes, à des doses assez fortes et sur une proportion plus importante de gens qui ne présentent aucun symptôme de psychose ou de démence. Du coup, il y aura plus de gens sombrant dans la démence, et ça se fera plus rapidement.

Alors, quelles sont les gens non Alzheimer qui vont se voir administrer ce genre de produits en maisons de retraite classiques ? Il doit y avoir des gens qui ne sont plus très autonomes physiquement parce qu’ils ont subi des opérations. La plupart doivent prendre des médicaments. Si ceux-ci les empêchent de dormir ou les énervent durant la journée (des anti-inflammatoires donc), on va leur donner des analogues d’opiacés. Et comme on cherche à les assommer chimiquement, la dose sera adaptée pour que les effets opiacé-likes surpassent largement les effets anti-inflammatoires. Et puis, il y a ceux qui prennent des somnifères pour dormir, mais qui sont en manque durant la journée et qui s’énervent. Du coup, on va leur donner des antipsychotiques durant la journée pour les calmer. Dans les maisons de retraite bas de gamme, avec des mauvaises conditions de vie, ça peut simplement être ceux qui se rebellent plus ou moins contre cette situation.

 

Voici la liste des principaux antipsychotiques (je n’ai pas mis les antipsychotiques cachés ou les antagonistes partiels de la dopamine) classés en fonction du fait qu’ils soient des opiacés purs ou des mélanges anti-inflammatoires/opiacés.

Antipsychotiques

Médicament

Opiacé pur

Mélange

Antipsychotiques typiques

Perphenazine

X


Pimozide

X


Cyamémazine

X


Fluphénazine


X (mais prédominance de l’effet opiacé)

Thioridazine


X (mais très forte prédominance de l’effet opiacé)

Trifluopérazine


X

Halopéridol


X (mais avec plutôt une prédominance de l’effet opiacé)

Chlorpromazine


X

Antipsychotiques atypiques

Clozapine

X (mais peut-être un peu d’anti-inflammatoire)


Quétiapine

X (idem)


Olanzapine


X

Rispéridone


X (mais prédominance de l’effet opiacé)

 

4) Les somnifères

 

Les somnifères aussi sont une source de problème importante dans les maisons de retraite et instituts spécialisés.

Dans le Figaro santé, on apprend que : « Dans les maisons de retraite, entre 30 % et 60 % des pensionnaires, selon les études, absorberaient chaque soir ce type de molécules.« 

Le problème des somnifères, c’est que pour ceux à durée d’activité courte (les hypnotiques), le matin, la personne va être en manque. Donc, en maison de retraite ou institut spécialisé, elle risque d’avoir un comportement nerveux, voir violent. Le comportement des gens en manque de drogue quoi. Du coup, pour supprimer ce type de comportements, on va leur donner des antipsychotiques durant la journée.

Et inversement, si on donne des antipsychotiques durant la journée, les gens vont avoir tendance à ne pas pouvoir s’endormir le soir ou à se réveiller durant la nuit. Donc, on donnera des somnifères pour qu’ils puissent dormir. C’est le cercle vicieux. Cercle vicieux qui va amener forcément à terme à faire prendre des antipsychotiques ET des somnifères aux pensionnaires des instituts pour personnes âgées.

Bien sûr, en théorie, la prescription de somnifères est limitée en durée. Mais en pratique, ça n’est pas le cas. C’est ce qu’on peut lire là aussi dans le Figaro santé : « Certes la loi impose pour lutter contre ces effets de ne pas délivrer d’ordonnances pour des durées supérieures à quatre semaines dans les cas d’insomnie, et douze dans ceux de troubles anxieux. Mais ces recommandations sont largement contournées.« 

Et comme on a pu le voir plus haut, c’est le cas aussi dans les maisons de retraite. Alors que là, on devrait appliquer la loi de façon rigoureuse.

Concernant les maisons de retraites bas de gamme, on va donner des somnifères encore plus facilement qu’ailleurs. C’est ce qu’évoque le témoignage de cette femme :

« Ma mère est hébergée dans un établissement vétuste où le manque de personnel et l’incompétence de la direction engendre des dysfonctionnements graves (faute de personnels, les résidents sont attachés du matin au soir et on leur administre des somnifères pour ne plus les entendre se plaindre …).« 

 

En bref :

Donc, à partir du moment où la personne est diagnostiquée Alzheimer, il va y avoir 3 situations où la prise de médicaments va soit maintenir le rythme de dégradation des capacités intellectuelles alors que l’Alzheimer est encore léger, soit maintenir une situation d’Alzheimer déjà semi-total ou total mais plus ou moins réversible, soit mener carrément à un Alzheimer définitif.

  • L’usage d’analogues d’opiacés déjà consommés par la personne avant le diagnostic d’Alzheimer (médicaments qui seront généralement responsables de l’évolution vers la maladie)
  • La consommation de médicaments spécifiquement anti-Alzheimer. Comme les doses sont relativement faibles, ça va seulement mener à une dégradation plus ou moins légère. Mais cette participation à la dégradation jouera un rôle important, puisque ça permettra éventuellement de placer la personne dans un institut spécialisé où là, les médicaments utilisés conduiront à une détérioration plus rapide et plus importante de la situation. Dans de rares cas, ces médicaments pourront améliorer à certains moments les fonctions intellectuelles.
  • L’administration d’opiacé-likes (antipsychotiques et somnifères) à haute dose dans les maisons de retraite ou les instituts plus médicalisés.


C’est la première et la troisième situation qui, à causes des doses utilisées, vont être les plus grosses sources de dégradation des capacités cognitives.

 

Une autre cause majeure de la maladie d’Alzheimer : les opiacé-likes

mercredi, novembre 30th, 2011

 

Evidemment, une fois qu’on a compris le lien entre folie et opiacés, on comprend immédiatement le lien entre Alzheimer et opiacés. Si les opiacé-likes entrainent des problèmes importants de mémoire, alors, forcément, ils sont une cause d’Alzheimer. Et vu la proportion de personnes âgées sous opiacés ou leurs analogues, ça doit en être une cause très importante

 

1) Opiacés et pertes de mémoire

 

Je rappelle le mécanisme.

Les opiacés rendent floue la frontière entre sommeil et éveil. Comme ils entrainent de la somnolence, on est à moitié éveillé dans la journée. Et comme ils entrainent un sommeil de mauvaise qualité, on dort à moitié durant la nuit. Forcément, à ce régime là, on finit par être extrêmement fatigué. Du coup, il devient difficile de mémoriser correctement : dans la journée, parce qu’on n’arrive pas à être attentif, et durant la nuit, parce que le sommeil est perturbé (or il est essentiel pour une bonne mémorisation).

De la même façon, on va avoir tendance à inventer des souvenirs, parce que comme on somnole dans la journée, et comme on manque de sommeil de bonne qualité, on finit par rêver tout éveillé. Du coup, avec la fatigue, la personne n’arrive plus bien à distinguer entre le rêve et la réalité, et invente donc des souvenirs fictifs.

Le docteur Patrick Lemoine (psychiatre, docteur en neurosciences) a aussi une théorie très intéressante sur le sujet. Selon lui, les benzodiazépines (il se limite à ça ; mais bien sûr, c’est valable pour tous les opiacés-likes) engendrent des symptômes de type Alzheimer parce qu’ils augmenteraient la fréquence et la durée des apnées du sommeil. Or, on sait que les apnées du sommeil conduisent à des états de démence. Les apnées du sommeil entraineraient un risque majeur d’AVC (accident vasculaire cérébral). Certains feront des AVC majeurs, mais la plupart feront plutôt des mirco-AVC, ce qui conduira à des syndromes démentiels.

« On sait très bien maintenant qu’un quart de Lexomil pris à 19h multiplie par deux le nombre et la durée des incidents respiratoires. La prise de ces médicaments peut donc transformer un ronfleur avec quelques apnées en apnéique pathologique. Je pense que certains patients ne développeraient pas de démence si leur cortex cérébral ne subissait pas autant d’hypercapnies et donc d’asphyxies. »

Et on comprend pourquoi une telle chose arrive avec les produits de type opiacé. Quand une personne ronfle, c’est parce que la base de la langue s’enfonce dans la gorge et diminue la place pour le passage de l’air vers les poumons. Donc, vu que les opiacés engendrent un relâchement des muscles, ça doit relâcher encore plus les muscles de la langue. Et du coup, sa base doit s’enfoncer encore plus dans la gorge, ce qui diminue encore plus l’espace qu’a l’air pour passer. Par ailleurs, lorsqu’une personne ronfle, le corps doit compenser instinctivement le manque d’espace de passage de l’air, en inspirant un peu plus fort. Du coup, le flux d’air augmente et la personne évite le manque d’oxygène. Mais, avec les opiacés, toujours à cause du relâchement des muscles, la personne ne doit plus pouvoir faire cet effort supplémentaire. Et à de nombreuses reprises, il doit y avoir des micro apnées.

Par ailleurs, en dehors de l’endommagement du cerveau, vu qu’il y a déjà naturellement un problème de sommeil non réparateur avec les opiacés, chez les personnes qui ronflent le problème est encore augmenté.

Bien sûr, il faudrait voir quelle est la proportion de gens qui ont l’habitude de ronfler parmi ceux qui développent une démence à cause des opiacés pour déterminer l’ampleur du phénomène.

Par ailleurs, comme les opiacés ont un effet sur la douleur en agissant sur le cerveau, il est possible que ça ait aussi un effet sur la mémorisation par ce biais-là en limitant le signal électrique dans le cerveau. Idée pas complètement stupide, puisque peu après y avoir pensé, j’ai découvert ce site qui dit effectivement que la méthadone décroit le flux sanguin dans le cerveau et son activité électrique. Au scanner SPECT, les personnes sous méthadone montrent des zones du cerveau ayant 45 % d’activité électrique en moins que la normale. Donc, il y a manifestement une dégradation de l’activité du cerveau. Bien sûr, il est possible que la diminution de l’activité électrique soit causée par des atteintes qui seraient purement physiques de la part de l’opiacé, ou alors, par le fait que le cerveau et le corps soient en situation de repos artificiel. Mais il est possible que l’opiacé agisse directement sur le flux électrique. Si ça agit directement sur la douleur, c’est peut-être qu’il y a une action directe sur les connexions neuronales au niveau électrique.

Par ailleurs, comme les opiacés diminuent l’envie de manger et que la nourriture solide participe fortement à l’hydratation du corps, on peut se dire aussi que les personnes sous opiacés vont être moins bien hydratées. Or, les cellules des personnes âgées sont déjà beaucoup moins bien hydratées que celles des jeunes. Donc, ça n’aidera pas le cerveau.

Enfin, le manque de motivation qu’entrainent les opiacés doit avoir un impact sur la mémoire aussi, puisque la mémoire est souvent clairement lié à l’envie, la motivation ; bref, aux émotions en général. Sans émotion, la mémorisation risque donc d’être moins bonne.

 

2) La dose et l’âge, facteurs essentiels de la survenue de la maladie d’Alzheimer

 

Donc, le mécanisme est identique à celui mis en évidence pour les fous. Toute la différence est dans la dose et l’âge.

Chez les personnes ordinaires consommant des opiacés, l’objectif n’est évidemment pas de les abrutir, contrairement aux personnes en hôpital psychiatrique. On va plutôt faire en sorte de limiter les effets secondaires et de ne pas augmenter les doses trop vite. Ceci afin d’éviter que la personne ne puisse plus assurer ses activités quotidiennes (travail, vie personnelle) et qu’elle ne devienne accroc au médicament. Les doses vont être limitées et l’impact de l’opiacé va l’être aussi. Et ce d’autant plus que l’effet des opiacés a tendance à diminuer à doses égales au fur et à mesure des prises. Donc, puisque les médecins limitent l’augmentation des doses, l’effet de l’opiacé va diminuer et la personne ne va pas subir des effets trop importants sur la mémoire. Et du coup, ça mettra beaucoup de temps avant que la personne ne se mette à vraiment perdre la mémoire.Ca prendra éventuellement jusqu’à 20 ou 30 ans en fonction des doses. Bien sûr, à doses plus fortes, ça pourra être plus rapide.

Avec des doses moyennes d’opiacés, l’âge sera un facteur primordial. Tant que la personne sera jeune, les effets des opiacés sur la mémoire resteront limités. Ceci parce que le cerveau est plus performant, et peut également se réorganiser en cas de problème. Mais quand la personne aura dépassé un certain âge, les effets délétères des opiacés commenceront à affecter le cerveau de façon visible. Le cerveau devenant moins performant et flexible avec l’âge, des atteintes qui n’auraient pas été visibles à 30 ans, le seront à 65-70-75-etc… ans (l’âge en question dépendra des personnes).

Par ailleurs, les atteintes au cerveau seront évidemment progressives. Une personne ayant 5 ans d’utilisation d’opiacés à dose moyenne sera seulement légèrement esquintée. Une personne ayant 20 ans d’utilisation d’opiacés derrière elle le sera beaucoup plus.

Donc, c’est trompeur, vu que pendant tout un temps, il ne se passera rien ou rien de bien grave. Puisque pendant 20 ans, tout se sera bien passé, les consommateurs d’opiacés auront tendance à se dire que ceux-ci ne posent pas de problème.

C’est ce qui explique que des gens peuvent avoir pris des médicaments avec effet de type opiacé pendant 20 ou 30 ans sans que n’apparaisse de problèmes graves de mémoire.

Et concernant le problème mis en avant par le docteur Lemoine, plus on prend de l’âge, plus on a tendance à ronfler et à avoir des micro-apnées. Du coup, l’impact de l’opiacé via ce biais-là, sera de plus en plus important au fur et à mesure que la personne avancera en âge. Donc, tout arrivera en même temps. C’est au moment où la personne sera le plus esquintée par l’opiacé que le cerveau sera le moins performant et que les problèmes de ronflements s’accentueront.

Comme évoqué plus haut, il faut aussi tenir compte du fait que l’effet diminue si on n’augmente pas les doses. Or, comme les médecins ne vont pas augmenter les doses trop rapidement, l’effet va avoir tendance à diminuer. Donc, les gens vont subir généralement un effet opiacé faible ou moyen, ce qui limitera les problèmes de mémoire. Et même quand il y aura augmentation des doses, la perte d’efficacité sera suffisamment rapide pour que l’impact soit limité.

L’augmentation des doses pose quand même parfois problème. C’est le cas quand il y a passage à un palier supérieur en ce qui concerne l’effet recherché : comme par exemple quand on passe des antalgiques de palier 2 à ceux de palier 3. On va d’un seul coup passer à des opiacé-likes plus puissants. Et en plus, au lieu de les utiliser en cas de crise, on va les prendre quasiment en permanence pour éviter l’apparition d’une crise. Donc, d’un seul coup, l’impact va être très supérieur au type de médicament pris précédemment, ce qui risque d’accélérer fortement la vitesse de dégradation de la mémoire.

Et puis, il y a aussi le cas où on ajoute un autre opiacé-like à la consommation d’un premier opiacé, dans le cas où le médecin diagnostique une nouvelle maladie. Par exemple, une personne prend un somnifère depuis 2 ans. On lui diagnostique en plus un trouble bipolaire. On lui donne des médicaments opiacés quand on la considère en phase haute du trouble. La consommation d’opiacés est multipliée par 2 d’un seul coup. Ou alors, un opiacé-like pris pour une raison autre qu’antidouleur fait moins d’effet et des douleurs apparaissent. Le médecin va donner un antalgique à base d’opiacés. Et du coup, la dose sera là aussi multipliée par 2. Il y a plein de situations possibles de ce genre.

Il ne faut pas non plus sous-estimer la facilité de se procurer des opiacé-likes et du coup, la facilité à augmenter les doses. Certains médecins généralistes ou psychiatres ou autres sont des véritables robinets à ordonnance de médicaments de ce genre. Par ailleurs, de nombreuses pharmacies acceptent sans problème des ordonnances périmées de la part de clients connus. Pour peu que la personne présente bien, ça passe sans problème. Donc, un certain nombre de gens peuvent augmenter les doses plus ou moins à convenance. Ça pourrait expliquer pourquoi certaines personnes ont des problèmes de mémoire alors que d’autres avec une ordonnance identique n’en ont pas.

On peut aussi penser que pendant longtemps, la plupart des gens vont respecter les doses des ordonnances et que ce n’est qu’au bout d’un certain temps de consommation que certains d’entre eux vont commencer à devenir moins sérieux et à essayer d’augmenter les doses sans passer par le médecin. Ce qui expliquerait que les effets de ces médicaments restent limités pendant longtemps et que tout d’un coup, certaines personnes commencent à avoir des problèmes de mémoire.

Dans la mesure où les personnes âgées sont entre 30 et 50 % à consommer des antalgiques, somnifères et autres, on comprend pourquoi autant sont touchées par la maladie d’Alzheimer.

Trouvé ici (page 4) : « Une personne âgée sur deux souffre de douleurs chroniques« .

Et ici (page 1) : « La prévalence de la douleur chez le sujet âgé est très élevée. Alors que la douleur aiguë est souvent atypique ou absente chez les personnes âgées, la prévalence de la douleur chronique est de 25 à 50% chez ces personnes vivant à domicile et de 50 à 93% pour celles vivant en institution.« 

Et évidemment, elles sont traitées avec des anti-douleurs. Alors, bien sûr, toutes ne le sont pas avec des antalgiques contenant des opiacés (antalgiques de palier 2 ou 3). Beaucoup le sont avec des antalgiques de palier 1. Mais quand même. Il doit y en avoir beaucoup sous antalgiques de palier 2 et 3. Et puis, de toute façon, les antalgiques de palier 1 entrainent eux aussi des problèmes de mémoire (par hémorragies cérébrales), comme on l’a vu dans un précédent article. Il faut voir aussi qu’un certain nombre de personnes âgées ne ressentent pas de douleur tout simplement parce qu’elles sont déjà sous antalgiques ou autres médicaments.

Au même endroit (page 1) : « 90 % des plus de 65 ans consomment au moins un médicament par jour« .

Vu ici : « Pour combattre l’insomnie, l’anxiété ou des affections y ressemblant, 32% des plus de 65 ans et près de 40% des plus de 85 ans se sont vu prescrire un hypnotique ou un anxiolytique entre septembre et décembre 2007.« 

Autre information ici : « Contre la dépression, 13% des plus de 65 ans et 18% des plus de 85% se sont vus en 2007 « prescrire régulièrement des antidépresseurs », même s’il n’est pas établi s’il s’agissait vraiment de « dépression caractérisée ».

En ce qui concerne les troubles du comportement, 3% des plus de 65 ans et près de 6% des plus de 85 ans ont eu « de façon régulière » une prescription de neuroleptiques. Le chiffre atteignait même 18% chez les personnes souffrant de maladie d’Alzheimer. Et pourtant la prescription de neuroleptiques au long cours « n’est pas indiquée dans les troubles du comportement », affirme la HAS.« 

 

Ce qu’il y a aussi, c’est que beaucoup de personnes vont commencer à avoir des problèmes de santé vers 60 ans. Donc, beaucoup de gens vont commencer à prendre des opiacés seulement à ce moment-là. Les suites d’opérations, les douleurs dorsales, les douleurs articulaires, etc…, vont conduire ces gens à prendre des antidouleurs de type opiacé (souvent au début, ce seront de simples anti-inflammatoires, puis après des opiacés). Du coup, ça ne sera qu’au début de la soixantaine ou de la soixante-dizaine que ces personnes prendront des opiacés, ce qui laissera un certain temps avant que des problèmes de mémoire importants n’apparaissent. Ca pourra mettre 10 ou 20 ans.

Evidemment, si le début de la prise ne se fait qu’à partir de 70 ans, normalement, ça devrait mettre très longtemps avant que ça n’agisse. Ça ne colle donc pas très bien avec des problèmes apparaissant quelques années après. Seulement, comme on l’a vu, l’âge joue beaucoup. Et pour certains, il suffira de quelques années pour plonger. Surtout que s’il y a eu opération, ça aura pu endommager le cerveau fortement. Cela dit, c’est surtout à partir de 80 ans que les cas se multiplient. Il y a 22 % des personnes qui sont Alzheimer après 90 ans. Donc, là, ça colle. Ca explique que les cas se multiplient vers 90 ans. Les opérations et traitements se multiplient après 65 ans. Et c’est après 20 ans de traitement antalgiques, somnifères, etc… que les problèmes finissent par arriver. Et puis, il y a aussi le problème de la dose. Si une personne se fait diagnostiquer un cancer par exemple, les douleurs engendrées par le traitement et les opérations pourront conduire à la prise de doses massives d’antidouleurs. Et du coup, les pertes de mémoire arriveront beaucoup plus rapidement.

Au passage, on peut penser que c’est parce que les opiacé-likes perturbent surtout la mémoire à court-terme que les personnes Alzheimer ont souvent leurs anciens souvenirs. Sur 20 ans de consommation, ça va perturber les souvenirs qui se seront constitués pendant ces 20 années. Mais par contre, les souvenirs plus anciens constitués alors que le cerveau mémorisait encore correctement seront encore présents. Ce n’est que quand la matrice générale du cerveau sera complètement désorganisée que les souvenirs anciens disparaitront à leur tour.

C’est d’ailleurs ce qu’on retrouve fréquemment dans les témoignages de drogués aux opiacés. C’est la mémoire constituée durant les années de drogue qui est en grande partie effacée ; mais pas la mémoire d’avant. Et pas la mémoire d’après non plus, puisqu’étant encore assez jeune, leur cerveau est encore suffisamment performant pour redevenir aussi efficace qu’avant la prise de drogue.

Il faut noter que le phénomène de délitement de la mémoire à partir d’un certain âge et d’une certaine durée de prise d’opiacé-likes est absolument essentiel. En effet, on pourrait se dire que vu que les opiacé-likes ont manifestement un impact temporaire sur la mémoire, dans de nombreux cas (absence de ronflement par exemple) il n’y a pas de raison que la mémoire soit effacée définitivement, et donc, qu’il n’y a pas de raison que les opiacé-likes engendrent la maladie d’Alzheimer. Qu’ils engendrent des pertes de mémoire pendant la prise oui, mais une perte de capacité de mémorisation et de raisonnement définitive (donc, la maladie d’Alzheimer), a priori non. C’est le phénomène de délitement qui change tout. A partir d’un certain âge, et si la mémoire a été affecté par les opiacé-likes pendant longtemps, les liens entre souvenir doivent se déliter, et du coup, la matrice du cerveau doit être tellement pleine de trous qu’il devient impossible de penser correctement, même si on arrête le prendre ces substances.

 

3) Les études et témoignages sur le rapport entre les analogues d’opiacés utilisés sous forme de drogues récréactives et la mémoire

 

Ce qu’on trouve sur le lien entre analogues d’opiacés est mémoire assez variable. Il est reconnu que l’héroïne et diverses autres drogues peuvent provoquer des pertes de mémoire. Mais l’accent n’est pas tellement mis sur le sujet.

Sur Hometox, on trouve ça pour l’héroïne : « L’héroïne perturbe la capacité de mémorisation, la vigilance et l’attention, la réactivité, induit des troubles de sommeil.« 

Sur Keep-Smiling, on trouve : « L’héroïne perturbe les capacités de réflexion, de mémorisation et d’attention, induit des troubles du sommeil et un état d’apathie (affaiblissement de l’initiative et de l’activité). Elle agit comme dépresseur de l’activité respiratoire et cardiovasculaire.« 

Sur le site Treatment4addiction, on trouve : « désorientation, confusion, perte de mémoire« .

On trouve le problème de perte de mémoire (sur ce site) pour le Crystal Meth, le GHB et le Rohypnol.

Pour le cannabis et la mémoire, on trouve beaucoup de choses en français.

Exemple ici : « Tests et études ont ainsi montré qu’un individu sous l’emprise de cannabis voit diminuer ses performances de mémorisation. Mémoire de travail et mémoire sensorielle (mémoires à court terme) sont tout spécialement altérées.« 

On trouve aussi sur le site de l’université de Jussieu : « Les troubles de la mémoire et cognitifs souvent rapportés après consommation chronique de cannabis pourraient quant à eux être liés à la présence de récepteurs CB1 dans le cortex et surtout dans l’hippocampe, qui est une structure cérébrale essentielle dans la mise en place des processus de mémorisation.« 

Pour l’ecstasy, on trouve ici : « L’ecstasy, ou MDMA (du méthylène-dioxy-méthamphétamine), agit directement sur l’hippocampe. Située dans le lobe temporal, cette partie du cerveau joue un rôle déterminant dans la formation des souvenirs conscients mais aussi dans le stockage temporaire d’informations…

…La diminution des transporteurs de dopamine due à la consommation d’ecstazy semble affecter le fonctionnement cette zone du cerveau en provoquant notamment des troubles de la mémoire.« 

Pour l’héroïne, c’est donc surtout sur des sites d’associations proches des consommateurs de drogue qu’on parle de ces effets. Sur les sites d’information plus généralistes, on ne trouve pas grand-chose. Par contre, pour le cannabis et l’ecstasy, les sites grand public en parlent sans problème.

 

Enfin, en tout cas, il est clair que les drogues ayant des effets de type opiacé posent des problèmes de mémoire.

Et pourtant, ça n’est pas tellement mis en avant pour ce qui est considéré comme la drogue la plus proches des médicaments opiacés dans la tête des gens : l’héroïne. Même chose pour la méthadone. Il y a un certain nombre d’éléments qui sont la cause de cet état de fait.

Déjà, l’orthodoxie médicale n’a certainement pas du tout envie de mettre en avant que les opiacés provoquent des pertes de mémoire. Parce qu’alors, certains petits malins pourraient faire le rapprochement et se dire que d’autres opiacés (comme la morphine, la codéine, etc…) peuvent provoquer le problème. Et du coup, les gens pourraient se mettre à se dire que si leur mère ou leur grand-mère a des problèmes de mémoire, c’est peut-être bien à cause du médicament qu’elle prend.

On peut penser que le cannabis est trop éloigné des opiacés dans la tête des gens pour que la mise en avant de cet effet entraine un doute envers les médicaments opiacés et analogues d’opiacés. Du coup, pour le cannabis, l’orthodoxie médicale n’a pas de problème à mettre en avant les effets délétères sur la mémoire. En plus, comme un héroïnomane a tendance à consommer du cannabis, avant, pendant et après son addiction à l’héroïne, on peut accuser le cannabis au lieu de l’héroïne. Comme ce sera souvent la seule drogue prise en continu entre 20 et 40 ans, et que la médecine reconnait ses effets négatifs sur la mémoire, ce sera un bon candidat pour expliquer les trous de mémoire. Les autres drogues étant prises de façon discontinue seront moins susceptibles d’être accusées. L’alcool sera aussi éventuellement accusé, si, après un sevrage à l’héroïne, l’ex-drogué se met à boire beaucoup.

Par ailleurs, les héroïnomanes ne prennent pas de l’héroïne en permanence, parce que c’est une drogue extrêmement chère. Il y a donc des périodes de pause ou de moindre consommation, ce qui entraine que les problèmes de mémorisation vont être discontinus.

En plus, il faut augmenter les doses pour conserver le même effet. Donc, toujours à cause de problèmes d’argent, les héroïnomanes ne vont pas pouvoir augmenter les doses facilement. Du coup, l’effet de la drogue va diminuer et celui sur la mémoire aussi.

Une autre cause de discontinuité du problème est que les héroïnomanes vont consommer souvent des drogues speedantes comme la cocaïne, pour avoir la pêche. Du coup, durant ces moments-là, ils n’auront pas de problème de mémoire.

Et puis, comme l’héroïne a un effet très puissant, la personne ne va rien faire pendant la majeure partie du temps où la drogue agira. Donc, si la personne ne se souvient pas bien de ce qui s’est passé à ce moment-là, ça n’est pas très grave et ça ne se remarquera pas. Par ailleurs, les consommateurs sont souvent assez désocialisés. Donc, là encore, les pertes de mémoire portent moins à conséquence. Tandis que pour le cannabis, comme c’est beaucoup moins désocialisant, et que le consommateur va en prendre tout en continuant à faire des activités par ailleurs, l’effet sur la mémoire se remarquera plus facilement. Un gars qui a fumé du cannabis pendant toute une soirée lors d’une fête et qui ne se souvient plus vraiment de ce qui s’est passé, ça se remarque. Un étudiant qui fume régulièrement et qui n’arrive pas à bien mémoriser ses cours, il le remarque aussi. Un shooté à l’héroïne qui ne se souvient plus de ce qui s’est passé pendant les 3 ou 4 heures où il somnolait plus ou moins au fond d’un squat ou de sa chambre, il s’en fout, et les autres s’en foutent aussi.

Par ailleurs, le fait que l’héroïne soit considérée comme une drogue ultra dure et soit associée à des styles de vie extrêmes fait qu’on va accuser de préférence le style de vie et les effets destructeurs de la drogue sur le corps, plutôt que les effets normaux de la drogue sur le cerveau. Ce sera déjà le cas quand la personne sera jeune. Et ça le sera encore plus quand elle aura plus de 45 ans. Là, les gens se diront que c’est normal qu’après des années de déglingue, le cerveau de l’héroïnomane soit complètement cramé.

Il faut noter aussi que les médecins vont souvent diagnostiquer à l’héroïnomane qui vient consulter une maladie causant comme par hasard des problèmes de mémoire. Souvent, on va leur diagnostiquer un problème de schizophrénie, ou encore, d’hypothyroïdie, etc… Ça ne se fera généralement pas lors de la période de prise de drogue, mais quand la personne viendra consulter pour se sevrer, ou quand elle prendra un traitement de substitution. Donc, les problèmes de mémoires seront mis sur le compte de la maladie et pas sur le compte de l’héroïne ou de la méthadone.

On trouve par exemple ça ici concernant la schizophrénie :

« Aussi souvent :

– Un tabagisme parfois très important participe à la surmortalité et à la diminution des revenus financiers.

Les abus en substances : alcool, cannabis, opiacée (Héroïne, Subutex®, etc.)

– Les pathologies organiques sont fréquentes et les schizophrènes ont volontiers d’autres pathologies (difficultés des diagnostics, relative hostilité à être accueillis dans des structures de soins, négligence, hygiène de vie, etc.) »

Donc, un schizophrène va souvent consommer de l’alcool, du cannabis et des opiacés. Ce qui laisse au passage fortement à penser que de très nombreux cas de schizophrénie doivent en réalité être uniquement dus à des problèmes d’addiction à des opiacés et analogues.

Par ailleurs, la médecine affirme qu’il y a un lien clair entre consommation de cannabis et schizophrénie. Or, comme la plupart des héroïnomanes consomment aussi du cannabis, il sera facile de diagnostiquer la maladie chez les héroïnomanes par ce biais-là.

Exemple ici :

« Le risque de développer des troubles schizophréniques augmente de 40% chez les jeunes fumeurs de joints, par rapport à ceux qui n’en ont jamais fumé. Mais ce risque s’élève proportionnellement avec l’intensité de la consommation. Ainsi, les fumeurs réguliers (plus de 100 joints par an, soit environ plus de 2 par semaine) augmentent de 50 à 200% leur risque de souffrir de troubles mentaux (symptômes psychotiques, hallucinations, anomalies de la pensée).

Autre possibilité, ceux qui auront quelque chose de similaire à la maladie d’Alzheimer seront classés comme déments.

 

Evidemment, vu que les héroïnomanes prennent souvent de la méthadone quand ils arrêtent de prendre de l’héroïne, on devrait constater le problème aussi sur la méthadone.

Et effectivement, on a des témoignages sur les problèmes de mémoire qu’entraine la méthadone.

Mais là aussi, l’impact négatif de méthadone sur la mémoire est relativement peu mis en avant.

Evidemment, comme pour l’héroïne, l’orthodoxie médicale ne doit pas vouloir qu’on puisse faire le lien entre substance opiacées et mémoire défaillante.

Mais, il doit y avoir aussi des raisons propres à la méthadone.

La plupart du temps, la dose d’équivalent-opiacé que représentera la méthadone sera inférieure à celle prise durant la phase de prise d’héroïne. Du coup, le drogué verra sa mémoire être améliorée durant la prise de méthadone. Résultat, il y a des témoignages de ce genre ; et certaines personnes pensent même que la méthadone a un effet positif sur la mémoire. C’est aussi à cause de ça que certaines personnes sous méthadone prennent du poids, alors que normalement les opiacés font maigrir.

Par ailleurs, vu que les drogués sont en général suivis par des médecins quand ils sont sous méthadone, il est fort possible que ces derniers prescrivent aussi des médicaments de type anti-inflammatoires. Donc, ça pourrait booster la mémoire, puisque ça augmente le taux de cortisol. A terme, la consommation d’anti-inflammatoire sera plutôt mauvaise, puisque ça entraine des risques d’hémorragie cérébrale. Mais au début, ça sera plutôt positif.

Comme pour l’héroïne, on va attribuer certains problèmes causés par la méthadone à telle ou telle maladie. Il est dit que les personnes sous méthadone ont souvent un problème d’hypothyroïdisme. Et comme par hasard, l’hypothyroïdisme entraine des problèmes de mémoire. Du coup, on va dire que ce n’est pas la méthadone la responsable, mais l’hypothyroïdisme.

Et puis, comme les médecins changeront de médicament si jamais une personne se plaint de problème de mémoire, mais que l’effet de la nouvelle molécule sera identique, on dira que le problème ne venait pas de la méthadone, puisqu’il persiste malgré le changement de produit. Donc, à cause de ça aussi, personne ne pensera à accuser la méthadone.

Tout ça entraine que le fait que la drogue récréative opiacée la plus puissante et son substitut le plus connu (méthadone) entrainent des problèmes de mémorisation est relativement peu connu.

 

4) Les études et témoignages sur le rapport entre les analogues d’opiacés utilisés sous forme de médicaments et la mémoire

 

Ici, on va plutôt parler des opiacés sous forme de médicaments. Là encore, s’il y a des études et témoignages parlant de problèmes de mémoire, ça n’est pas tellement mis en avant.

Par exemple, le Tramadol, une molécule à l’effet proche de la codéine, pose des problèmes de mémoire.

Sur le site master farma, on peut lire parmi les effets secondaires du Tramadol :  » hallucination, perte de la mémoire, assoupissement ».

On a quelques témoignages sur le site aujourd’hui.com :

Témoignage de caicaire (auteur du topic Tramadol, morphine et mémoire) : « Avez-vous remarqué que les antalgiques que nous utilisons nous jouent des tours au niveau de la mémoire et de la vigilance ?

Je sais qu’on a du mal à s’en passer à causes des douleurs, mais j’envisage, à long terme de les diminuer ou de les arrêter avant de devenir un légume sans cervelle. »

Témoignage de nathodisab : « Donc je prends du Tramadol depuis presque 1 an maintenant, et effectivement ma mémoire me joue des tours.« 

Témoignage de margot56 : « En fait, il y a un an, je disais vouloir diminuer le Tramadol ; et en réalité, j’en prends encore plus qu’avant et mon cerveau devient une passoire.« 

Témoignage de evyrris : « Moi aussi j’ai des troubles de mémoire avec le Tramadol. J’ai baissé les médicaments et essayé de vivre autrement, soigner mon rythme biologique, repas, sommeil, sport.« 

Témoignage de cancer54 : « je prenais aussi du Tramadol et j’avais de pertes de mémoire, du mal à entendre, maintenant mon mari en prend et il a lui aussi des pertes de mémoire.« 

Témoignage de mycoce : « Je prends aussi du Tramadol 200, un le matin et un le soir… et j’ai des pertes de mémoire, au point de ne plus   avoir une conversation suivie, j’oublie ce que je suis en train de dire, je trébuche sur les mots.« 

Il y a aussi pas mal de témoignage sur le site meamedica.fr.

Pour la codéine, la plupart du temps, ça n’est pas utilisé seul, ou alors, c’est à des doses assez faibles (pour des usages antitussifs par exemple, sous forme de sirop, qui d’ailleurs sont temporaires, ce qui n’est pas le cas des antalgiques). Du coup, l’effet n’apparait quasiment pas. Surtout que ça ne dure pas tellement plus longtemps que l’effet anti-inflammatoire.

Pour la morphine, on a les témoignages suivant :

On a un premier témoignage ici : « I have long been prescribed morphine for chronic severe pain. I have been experiencing memory problems« . (traduction : « On m’a prescrit pendant longtemps de la morphine pour des douleurs chroniques sévères. J’ai eu des problèmes de mémoire »).

Un autre ici : « la morphine a été très efficace. Plus de douleur mais aussi plus de mémoire.« 

Un autre au même endroit (message daté de 2010) : « J’en prends depuis 1998. Diminution progressive de la mémoire, apparue vers la troisième année de traitement, ce qui devient très vite un problème au quotidien.« 

Concernant les benzodiazépines, on trouve ça sur Doctissimo :

« Les représentants sédatifs et hypnotiques sont le nitrazépam, l’estazolam, le flunitrazépam, le loprazolam, le lormétazépam, le témazépam et le triazolam. Ils ont avantageusement remplacé les barbituriques dans le traitement des insomnies.

… Elles ne sont pas pour autant la panacée et présentent des effets secondaires non négligeables. Parmi ceux-ci, l’amnésie antérograde est souvent pointée du doigt et a valu au flunitrazépam la triste réputation de « drogue du violeur ». » (note : l’amnésie antérograde, c’est celle qui arrive pendant que le médicament fait effet)

Sur le Tercian (Cyamémazine, un antipsychotique), on a quelques témoignages :

Ici : « le tercian attaque la mémoire ça déconnecte un peu par contre c’est chez moi ce qui me permet de dépasser mes crises depuis que j’en prends moi qui avait une bonne mémoire j’en n’ai plus trop !« 

Ici : « Pris Tercian qui m’a donné pas mal de problème de mémoire, de concentration. Rien d’autre à noter« 

Ici : « j’ai pris du tercian pendant plus d’un an et je ne recommande ça a personne!!j’ai pris 15 kilos en 2 mois, j’avais des trous de mémoire je passai mon temps a dormir et j’été tout le teps dans le brouillard.« 

Ici : « Lors de ma dernière hospitalisation ils m’ont shooté au tercian justement et je ne retenais rien de ce qu’on me disait j’étais complètement ailleurs, j’avais du mal à garder les yeux ouverts. J’espère ne jamais revivre ça. J’ai un trou de 15 jours dans ma mémoire ça fait bizarre.« 

 

La liste n’est pas exhaustive. Mais, comme on le voit les opiacé-likes sous forme de médicaments provoquent eux aussi des pertes de mémoire.

Mais, là aussi, on n’entend pas beaucoup parler de la chose de la part des médecins ou dans les études. Comme pour les opiacés sous forme de drogues récréatives, il y a plusieurs raisons à ça.

 

Concernant la pratique médicale :

 

Comme dans le cas des drogues, l’utilisation de plusieurs médicaments opiacé-likes en même temps ou successivement (ce qui arrive très souvent) va empêcher de se rendre compte du problème. Enfin…, ça va plutôt permettre aux médecins de faire semblant de ne pas comprendre et de noyer le poisson. Donc, c’est une situation qui va brouiller les cartes.

Par exemple, un patient reçoit de la morphine plus 2 ou 3 autres médicaments ayant le même effet. On va souvent enlever la morphine à un moment donné ; mais les effets sur la mémoire vont persister puisque les autres médicaments provoqueront eux aussi le problème. On va alors dédouaner la morphine.

Ou alors, le patient prend de la morphine seule. Il a des problèmes de mémoire. Mais on remplace ce médicament par un autre qui n’est pas considéré comme un opiacé, mais qui a les mêmes effets (une benzodiazépine par exemple). Le problème de mémoire continue. Mais comme le nouveau médicament n’est pas considéré comme la même molécule, on va considérer que la morphine n’était pas responsable des pertes de mémoires (et le nouveau non plus). On va donc s’orienter vers un problème d’Alzheimer, de démence, ou autre affection pouvant poser entrainer des problèmes de mémoire.

 

Il y a aussi un certain nombre de choses qui viennent limiter le problème, au moins temporairement.

Par exemple, on va presque systématiquement donner des anti-inflammatoires aux patients, afin de lutter contre la constipation par exemple. Or, ça va lutter contre l’effet de l’opiacé. Comme ça a tendance à exciter, la personne va être plus attentive et mieux mémoriser.

Et il est possible, comme on ne peut pas augmenter les doses d’anti-inflammatoires indéfiniment, mais qu’on peut le faire avec les opiacés, qu’au bout d’un moment, l’effet opiacé l’emporte sur l’effet anti-inflammatoire. Ça veut dire que le problème sur la mémoire peut finir par apparaitre très longtemps après les premières prises.

Par ailleurs, vu que les médicaments opiacé-likes sont fournis sous contrôle médicale, les médecins vont faire en sorte de limiter la consommation des patients. Par exemple, dans le cas des antalgiques ou des calmants, le médecin va donner une dose qui va être juste suffisante pour que la douleur ou le stress soit calmé mais pas trop.  Ce faisant, l’impact sur la mémoire va être limité.

Cela dit, on peut se  dire que ça va être vrai surtout lors des premières années. Après, l’habitude du patient aidant, les doses risqueront d’être augmentées. Et le patient lui-même pourra se laisser aller à l’automédication et à la tricherie vis-à-vis des pharmacies pour augmenter les doses. Bref, aussi bien du côté du médecin que de celui du patient, on est sérieux pendant les premières années, puis on se relâche. Mais comme il ne s’est rien passé durant les premières années (quand on était sérieux), aussi bien les médecins que les patients se disent que les opiacés ne posent pas de problème. Et si un problème apparait au niveau de la mémoire, on se dit que ça vient d’une autre cause.

 

Concernant les études proprement dites :

 

Déjà, le problème de la dose est important. Or, on va étudier des cohortes de gens qui prenne des doses moyennes d’opiacé-likes. Donc, on évitera de constater un lien avec la perte de mémoire.

Et puis, dans un cadre expérimental, on va donner des doses strictes de médicaments, et on va faire des prescriptions qui seront juste suffisantes pour calmer la douleur ou le stress. Comme l’effet des opiacés diminue assez vite, faire des prescriptions limites et ensuite être strict sur les doses va entrainer que ces médicaments vont rapidement faire beaucoup moins effet. Donc, les effets secondaires seront rapidement limités et le problème sur la mémoire va l’être lui aussi. Sauf au début, où l’effet sera important, puisqu’on passera d’un coup d’une situation sans opiacé-likes à une situation avec (c’est pour ça qu’on parle d’effet sur la mémoire au début du traitement, dans les études).

Ce qu’il y a aussi, c’est qu’on fait essentiellement des études sur des personnes de moins de 65 ans. Donc, forcément, le problème apparait beaucoup moins. C’est ce que dit une étude britannique publiée durant l’été 2011 dans le Journal of the American Geriatrics Society. Cette étude a analysé l’impact de nombreux médicaments (dont la plupart ont un effet de type opiacé) sur la santé des personnes de plus de 65 ans (13.000 personnes de plus de 65 ans étudiées pendant deux ans). Et dedans il y a cette remarque (ici) :

« Dans cette étude on apprend aussi que le problème vient du fait que la plupart des recherches cliniques est réalisée sur des adultes âgés de moins de 65 ans, et que ces recherches fournissent des preuves limitées de ce qui est ou n’est pas bénéfique pour les personnes âgées. »

Donc, en n’étudiant que des personnes de moins de 65 ans, on biaise l’analyse en ce qui concerne le lien entre ces médicaments et des pertes de mémoires sévères.

Et comme on l’a vu avant, il est presque certain que les gens prennent systématiquement des anti-inflammatoires en même temps, ce qui diminue l’effet de l’opiacé sur le cerveau.

Par ailleurs, même si par hasard des études ont analysé pendant longtemps des populations nombreuses et âgées, le problème est que les études de grande ampleur sont à peu près toujours faites versus une cohorte de gens ne prenant pas les médicaments en question. Seulement en réalité, très souvent, les autres personnes en question prennent des produits équivalents, mais qui ne sont évidemment pas considérés comme tel. Par exemple, les benzodiazépines ne sont pas considérées comme des opiacés, alors que l’effet est identique. Dans le cas présent, les personnes âgées consomment en masse des médicaments de type opiacés mais qui ne sont pas considérés comme tel. Du coup, si on fait une étude de l’impact des opiacés sur les personnes âgées, on ne va pas trouver de différence importante avec la population générale de cette tranche d’âge. Sauf que la population générale de cette tranche d’âge consomme des opiacé-likes en quantité. Donc en réalité on n’analyse pas une population consommant des opiacés versus une population n’en consommant pas. On analyse deux populations identiques de ce point de vue. Il alors est normal de ne pas trouver beaucoup de différence.

C’est comme l’analyse du lien entre pilule et cancers après 50 ans. Dans la mesure où 40 % des femmes entre 50 et 65 ans sont sous traitement hormonal (source), et que ça a le même effet que la pilule, en réalité on analyse des populations assez similaires du point du vue de l’influence des hormones sur l’apparition de tumeurs.

Et bien sûr, comme il y a d’autres causes d’Alzheimer, il est possible aussi dans les études sur larges cohortes de prendre dans les populations supposées « normales » des gens qui ont subis des opérations ou des AVC parce qu’ils consommaient des anti-inflammatoires. En effet, on ne prend pas forcément une population (celle prenant les opiacé-like dans le cas présent) versus la population générale, mais un groupe de par exemple 10.000 personnes versus un autre groupe de 10.000 personnes. Du coup, si on choisit la deuxième cohorte de façon biaisée, on obtiendra un peu ce qu’on veut. Et du coup, là aussi, on obtiendra des populations identiques quant au risque de perte de mémoire. Et on pourra dire qu’en fait les opiacés n’engendrent pas de risque supplémentaire.

D’une manière générale, on peut dire que les grandes études à larges cohortes sur 20 ans avec une cohorte prenant le médicament versus une cohorte de gens n’en prenant pas sont pratiquement toutes parfaitement bidonnables dans le cas des médicaments pris par des personnes âgées. En effet, comme il y a en réalité 3 grand types de médicaments, et qu’en avançant en âge, pratiquement 50 % des gens en prennent, il n’y a jamais de cohortes ne prenant pas du tout l’équivalent du médicament analysé.

Donc, on peut bidonner les études assez facilement pour éviter de trouver un lien entre la consommation de telle molécule et telle maladie.

Et puis, encore une fois, l’industrie pharmaceutique et les médecins n’ont pas du tout intérêt à mettre en évidence que les opiacés posent des problèmes de perte de mémoire. Ce serait apocalyptique pour eux, vu la quantité de gens les utilisant.

 

5) Détails divers

 

En résumé, il va y avoir plusieurs problèmes liés à la prise d’opiacé-likes qui entraineront des symptômes du type Alzheimer.

  1. Le problème lié au ronflement
  2. Le problème lié à l’opiacé lui-même pris sur le long-terme chez des personnes âgées
  3. Le problème lié à la prise d’anti-inflammatoire qui viendra se surajouter à celui lié aux opiacé-likes. En effet, on a tendance à prendre des anti-inflammatoires pour pallier les problèmes engendrés par les produits de type opiacé. Ces anti-inflammatoires vont provoquer des saignements dans le cerveau et donc des AVC graves évidemment, mais aussi des AVC assez bénins mais répétés, ce qui finit par provoquer des problèmes de cognition.
  4. Les faux cas d’Alzheimers causés par la prise d’opiacés

Et il va y avoir plusieurs sources de problèmes qui vont amener à la prise de ce genre de médicaments : insomnies, douleurs, migraines, problèmes psychologiques, etc… Ces problèmes peuvent eux-mêmes être causés par la prise de médicaments anti-inflammatoires : pilules, traitements hormonaux-substitutifs, antidouleurs de palier I, médicaments de palier I contre la migraine, médicaments contre telle ou telle maladie microbienne, médicaments contre des maladies chroniques comme l’Asthme ou le diabète, etc…. Ou alors, ces problèmes peuvent être causés par des addictions : alcool, cannabis. Et enfin, il y a le confort des personnels soignants en maisons de retraite qui poussent à prescrire des opiacé-likes. Donc, il y a plein de points d’entrée conduisant à terme à la prise d’analogues d’opiacés.

Ce qui est intéressant aussi, ce sont les faux cas d’Alzheimer.

Ce qui se passe, c’est qu’on va continuer à administrer des médicaments opiacé-likes après que la personne ait été diagnostiquée comme étant Alzheimer. On va non seulement continuer à administrer les médicaments qui étaient pris par la personne jusque-là (somnifères, anti-douleurs, etc…). Mais en plus, si elle est en maison de retraite, ce qui va être le cas la plupart du temps, on va lui donner des antipsychotiques et des médicaments spécifiques pour l’Alzheimer. Or, beaucoup de ces médicaments sont en fait des opiacé-likes. Pour les antipsychotiques, ce sont clairement ceux qui sont de type opiacé qu’on va utiliser. Ceci afin d’assommer la personne pour qu’elle se tienne tranquille.

Dans la mesure où les opiacés n’ont qu’un effet temporaire sur la mémoire quand la personne est encore capable de récupérer, il y a très probablement des cas où les personnes âgées diagnostiquées Alzheimer peuvent en réalité récupérer leurs capacités intellectuelles (au moins en partie). Elles ont l’air d’être Alzheimer, mais en fait, elles sont simplement sous l’influence des médicaments. Donc, il doit y avoir un certain nombre de faux cas d’Alzheimer. Alors combien exactement ? C’est difficile à dire. Mais probablement une proportion non négligeable. Peut-être entre 10 et 30 % (ça ne concerne bien sûr que les personnes dont l’Alzheimer est lié uniquement aux opiacé-likes, pas celles qui ont eu leur cerveau esquinté par des opérations, des anti-inflammatoires, des vaccins, etc…).

On peut penser que ce sont surtout ceux qui ont été diagnostiqués récemment qui sont dans ce  cas, ainsi que ceux qui sont encore relativement jeune (moins de 80 ans). On peut y ajouter ceux  qui n’ont pas pris d’anti-inflammatoire, traitements hormonaux-substitutifs ou antibiotiques, etc… pendant de longues années, et qui n’ont pas subis de grosses opérations.

Donc, on doit pouvoir sauver un certain nombre de personnes âgées de l’Alzheimer en arrêtant de leur faire prendre leurs médicaments opiacés.

 

Comme on l’a vu plus haut, un autre élément important est qu’on donne des antipsychotiques (autrement appelés neuroleptiques) aux personnes souffrant d’Alzheimer dans les maisons de retraite. Or, un gros pourcentage d’entre eux sont des opiacé-likes (les autres étant des mélanges anti-inflammatoire/opiacés). Et vu qu’on s’en sert en réalité pour que les personnes atteintes d’Alzheimer se tiennent tranquilles, on doit donner essentiellement ceux qui ont un effet de type opiacé. Mais une autre chose intéressante à ce sujet, c’est qu’on en donne même à un certain nombre de gens qui ne souffrent pas encore d’Alzheimer. Apparemment, 32 % des personnes en maison de retraite prenant des antipsychotiques ne souffriraient pas de démence. C’est ce qu’on peut lire ici :

« Le Dr Yong Chen, du service de médecine gériatrique de l’université du Massachusetts à Worcester (Etats-Unis) a évalué la prescription d’antipsychotiques chez 16 500 nouveaux résidents en maison de retraite en 2006. Environ 30% recevaient au moins un psychotrope, et parmi eux 32% ne présentaient aucune démence, psychose ou autre indication. Les résidents nouvellement admis avec un haut taux de prescription avaient 1.37 fois plus de risque de recevoir un traitement antipsychotique que ceux ayant un faible taux de prescription.« 

Alors, vu les effets de ces opiacé-likes sur le cerveau, pas étonnant que bon nombre de ces gens deviennent Alzheimer. En prescrivant des antipsychotiques à des personnes non malades, on fabrique des Alzheimers (une partie devenant vraiment Alzheimer et une autre faisant partie des faux cas).

Alors quels sont les médicaments à effet de type opiacés qui sont utilisés par les personnes âgées ? On a les antalgiques de palier 2 et 3, les somnifères, les benzodiazépines (anxiolytiques), les antihistaminiques, les bétabloquants, certains antidépresseurs, un bon nombre d’antipsychotiques, certains stabilisateurs de l’humeur pour les troubles bipolaires ; et probablement quelques autres encore. Sinon, dans les substances « naturelles » ayant le même effet, il y a l’alcool.

 

Donc, on avait déjà 4 causes d’Alzheimer : les analogues d’anti-inflammatoires (antibiotiques, anticancéreux, etc…), les opérations chirurgicales chez les personnes âgées, le vaccin contre la grippe, les AVC naturels. On en a un cinquième : les opiacés et leurs analogues (benzodiazépines, somnifères, etc…). Ce qui nous donne un panorama assez fourni concernant les causes de la maladie d’Alzheimer.

 

Comment on peut fabriquer des fous

vendredi, octobre 21st, 2011

 

J’ai découvert récemment le site suivant : http://www.mensongepsy.com/fr/. C’est un site qui critique les abus psychiatriques.

En lisant le message d’un gars ayant le pseudo de Michel de Tiarelov qui citait un autre message disant que « 90 % des hospitalisations sont dues à des ruptures de traitement chez les patients », et en réfléchissant à la façon de fonctionner des hôpitaux psychiatriques et des opiacés, j’ai tout d’un coup eu l’idée de la façon dont les hôpitaux psychiatriques ou la psychiatrie en générale peuvent fabriquer des fous.

Déjà, il est clair que les hôpitaux psychiatriques doivent utiliser massivement les médicaments de type opiacé pour faire en sorte que les malades restent calmes et ne posent donc pas de problème. On peut même dire que très souvent, ils doivent littéralement les assommer d’opiacés, afin qu’ils soient parfaitement dociles. Comme ça cause de la somnolence, à hautes doses, les patients deviennent doux comme des agneaux.

Or, les opiacés peuvent tout à fait créer des fous.

 

1) Prise d’opiacé-likes et démence

 

Le problème des opiacés et des médicaments analogues, c’est que ça rend floue la barrière entre le sommeil et l’éveil. On dort un peu quand on est éveillé et on reste un peu éveillé quand on dort. L’éveil est un demi-sommeil, et le sommeil est un demi-éveil. Donc, les deux sont de mauvaise qualité.

Comme la personne somnole durant la journée, elle va souvent rêver éveillée. Du coup, le rêve se mêlant à la réalité, elle invente des choses qui ne lui sont pas arrivées, des souvenirs qui n’existent pas. Et comme elle a du mal à fixer son attention, elle mémorise également moins bien. De la même façon, comme elle dort mal, et que le sommeil sert en partie à fixer les évènements de la journée dans le cerveau, elle mémorise mal pendant la nuit.

Donc, ça entraine des pertes de mémoire, mais aussi des inventions de souvenir, et éventuellement des hallucinations en plein jour. La personne invente des trucs qui ne lui sont jamais arrivés, et elle oublie des trucs qui sont arrivés hier.

Par ailleurs, sous opiacés-likes, la personne va avoir du mal à se concentrer, et donc à avoir une pensée cohérente. Son discours va être confus.

Le docteur Patrick Lemoine (psychiatre, docteur en neurosciences) a aussi une théorie très intéressante sur le sujet. Selon lui, les benzodiazépines (il se limite à ça ; mais bien sûr, c’est valable pour tous les opiacés-likes) engendrent des symptômes de type Alzheimer parce qu’ils augmenteraient la fréquence et la durée des apnées du sommeil. Or, on sait que les apnées du sommeil conduisent à des états de démence.

« Le problème, c’est la multiplication des asphyxies. Un apnéique va faire 60 asphyxies par heure de sommeil, soit 300 à 400 par nuit ! Ce qui provoque à chaque fois une augmentation du CO2 dans le sang, qu’on appelle « hypercapnie ». Or, une hypercapnie a deux organes cibles : le cortex cérébral et le myocarde. Il est parfaitement établi que les gens qui souffrent d’une apnée du sommeil présentent un risque majeur –c’est peut-être le plus important de tous- d’AVC (accident vasculaire cérébral) et d’infarctus du myocarde.

Même si les patients ne sont pas victimes d’une hémiplégie ou d’un AVC majeur, on sait qu’ils font en réalité des micro-infarctus [petites attaques cérébrales, ndlr] et développent des syndromes démentiels. Ce n’est que post-mortem que l’on peut voir s’il s’agissait de démences vasculaires ou de la maladie d’Alzheimer, surtout que la plupart du temps il s’agit d’un mixte des deux : ainsi, certaines personnes développent un petit Alzheimer, et s’ils prennent des benzodiazépines, ils aggravent leur apnée du sommeil, et là c’est la catastrophe. On sait très bien maintenant qu’un quart de Lexomil pris à 19h multiplie par deux le nombre et la durée des incidents respiratoires. La prise de ces médicaments peut donc transformer un ronfleur avec quelques apnées en apnéique pathologique. Je pense que certains patients ne développeraient pas de démence si leur cortex cérébral ne subissait pas autant d’hypercapnies et donc d’asphyxies. »

Et on comprend le pourquoi d’une telle chose. Quand une personne ronfle, c’est parce que la base de la langue s’enfonce dans la gorge et diminue la place pour le passage de l’air vers les poumons. Donc, déjà, vu que les opiacés engendrent un relâchement des muscles, ça doit relâcher encore plus les muscles de la langue, et du coup, enfoncer encore plus sa base dans la gorge, ce qui diminue encore plus l’espace qu’a l’air pour passer. Par ailleurs, lorsqu’une personne ronfle, le corps doit compenser instinctivement le manque d’espace de passage de l’air, en soufflant un peu plus fort. Du coup, le flux d’air augmente et la personne évite le manque d’oxygène. Mais, avec les opiacés, toujours à cause du relâchement des muscles, la personne ne peut plus faire cet effort supplémentaire. Et à de nombreuses reprises, il doit y avoir des micro apnées.

Du coup, vu qu’il y a déjà naturellement un problème de sommeil non réparateur avec les opiacés, chez les personnes qui ronflent le problème est encore augmenté.

Bien sûr, il faudrait voir quelle est la proportion des gens qui ont l’habitude de ronfler parmi ceux qui développent une démence à cause des opiacés pour déterminer l’ampleur du phénomène.

Au final, quand une personne prend des opiacés à dose massive, comme dans les hôpitaux psychiatriques, elle va passer rapidement pour folle à cause des effets secondaires de type perte de mémoire, confusions et hallucinations. Comme en plus, ça rend amorphe, dans l’esprit des visiteurs, il sera clair que la personne n’est pas normale. Etre face à un légume ayant du mal à se concentrer et qui, dans les phases où il y arrive, invente des choses qui ne lui sont jamais arrivées et oublie des trucs arrivés la veille, ça donne forcément une mauvaise impression concernant sa santé mentale. Surtout si se greffent parfois là-dessus des hallucinations.

 

2) Arrêt ou diminution de la prise d’opiacés et folie dangereuse

 

Par ailleurs, il faut tenir compte du fait que si le gars arrête de prendre l’opiacé, ou diminue un peu trop les doses, le syndrome de manque va aussi participer à le faire passer pour fou. En effet, il est très connu que quand on arrêt de prendre un opiacé, la nervosité monte en flèche. Le gars va donc devenir très nerveux, ce qui se traduira par un comportement plus ou moins agité ou/et excité, obsessionnel, compulsif (toc), délirant, extravagant, agressif, dangereux, suicidaire, etc… Et les médecins vont avoir beau jeu de dire que quand le gars arrête de prendre ses médicaments, ou quand il en prend moins, il a un comportement anormal. L’endommagement du cerveau précédemment à ça risquera d’ailleurs d’augmenter l’anormalité du comportement du gars. Autrement dit, l’énervement aura une apparence d’autant plus délirante que le gars aura commencé à avoir le cerveau foutu en l’air à cause des opiacés.

Le gars passera alors éventuellement pour un fou dangereux, donc, à garder absolument en hôpital psychiatrique et en permanence sous opiacés. Et le patient lui-même, s’il lui reste suffisamment de conscience, sera convaincu qu’effectivement, il vaut mieux qu’il continue à prendre ses médicaments. Et là, le piège se refermera définitivement. Le gars ne pourra jamais arrêter de prendre ses médicaments, et à cause de leurs effets secondaires, se transformera de plus en plus en légume. Transformation en légume qui finira de démontrer aux yeux des médecins et de ses proches, qu’il était effectivement fou. Le stade légume sera considéré comme le dernier stade de la folie.

C’est comme ça qu’on peut accoler l’étiquette de fou dangereux à pas mal de personnes qui au départ, ne l’étaient pas du tout. Bien sûr, il y a des gens réellement fous et dangereux. Mais beaucoup ne le sont pas ; ou alors le sont plus ou moins devenus, mais ne l’étaient pas au départ. Je dis « ou le sont plus ou moins devenus », parce qu’effectivement, avec le cerveau esquinté et l’arrêt des opiacés, ils peuvent désormais éventuellement devenir dangereux. Une autre catégorie, ce sont les gens qui sont internés après avoir eu un comportement dangereux. Mais un certain nombre seront justement des gens qui prenaient des opiacés pour une raison X ou Y et qui ont arrêté de les prendre ou ont baissé les doses peu de temps avant, ce qui les aura rendu très nerveux. Ils ne sont donc pour beaucoup pas des fous dangereux, mais simplement des gens en période de sevrage d’opiacés. L’épisode agressif pourrait donc être tout à fait passager. Mais en étant internés en hôpital psychiatrique, et en se faisant administrer à nouveau des opiacés-likes, là, ils risqueront très fortement d’entrer dans le cercle infernal décrit plus haut.

 

Du coup, aussi bien quand le gars prend des médicaments opiacés (pertes de mémoires, inventions de souvenirs, hallucinations, difficultés à se concentrer) que quand il arrête de le faire (nervosité, agressivité, violence, etc…) il est facile de le faire passer pour un fou. Pour les médecins et les visiteurs extérieurs, c’est clair que le gars a l’air de ne plus rien capter, de ne plus être autonome, qu’il peut être éventuellement dangereux et donc qu’il est bon pour l’asile. Sauf que ce sont les opiacés et leurs analogues qui sont à l’origine du problème.

Si le traitement dure plusieurs années ou même parfois seulement plusieurs mois, le cerveau de la personne finira par être complètement esquinté. Et elle sera définitivement diminuée intellectuellement. Donc, à cause des opiacés, effectivement, quand une personne entre dans un hôpital psychiatrique, elle risque de ne pas en ressortir normale. On aura bien fabriqué des fous.

Surtout qu’il y a probablement d’autres composées qui jouent sur le cerveau de la personne qui sont intégrés dans le traitement psychiatrique, comme le fluor.

Par ailleurs, on utilise apparemment toujours les électrochocs. Forcément, ça non plus ça ne doit pas être très bon pour le cerveau.

Surtout que vu que l’objectif dans les hôpitaux psychiatrique est d’assommer chimiquement les patients pour les rendre passifs, on doit adapter les doses en permanence pour que cet objectif soit atteint. Donc, ce n’est pas du tout pareil que pour des personnes qui prennent des antalgiques de palier 2 ou 3, ou des somnifères, etc…, pour lesquelles on n’augmente pas les doses trop facilement, (afin de limiter les effets secondaires). Ce qui fait que l’impact des opiacés reste dans certaines limites. Ici, l’objectif est clairement de maintenir en permanence un état de léthargie ; donc, on donne dès le départ des doses massives, et ensuite, on donne ces médicaments en permanence, et on augmente les doses autant qu’il le faut pour maintenir l’état d’abrutissement. Donc dans les hôpitaux psychiatriques, l’impact des opiacés est presque au maximum. Et la vitesse et l’importance de la dégradation intellectuelle doivent être énormes.

En fait, plus le patient est considéré comme dangereux, plus les doses d’opiacés doivent être importantes. Donc, il ne vaut mieux pas être considéré comme tel quand on arrive dans un hôpital psychiatrique. Corolaire de ça, les doses administrées doivent être plus ou moins importantes en fonction de l’état de dangerosité supposée du patient. Donc, une personne considérée comme peu dangereuse (soit qui l’est naturellement ou qui est docile parce qu’elle a compris qu’il vaut mieux ne pas se rebeller) va bénéficier d’un traitement moins lourd et périclitera moins vite et moins fort. Il y aura donc clairement des paliers de folie au sein de l’hôpital. Ce qui permettra d’ailleurs aux médecins, en cas de critique générale sur les hôpitaux psychiatriques, de mettre en avant qu’il y a toute sorte de niveaux de démence au sein d’un hôpital psychiatrique, et que les choses sont donc « plus compliquées que ça ».

Heureusement, pour certains patients dociles, on doit ensuite limiter la dose. En effet, après avoir été autant assommés chimiquement, un certain nombre de patients préfèreront adopter une attitude soumise plutôt que de revivre l’enfer de la période d’administration massive de médoc.

Enfin, les patients étant drogués aux opiacés, ils auront tendance d’eux même à vouloir continuer à en prendre pour continuer à se sentir bien. Et en continuant à prendre des opiacés, leur état mental continuera de se dégrader. Du coup, le piège est encore plus parfait.

Donc, oui, les hôpitaux psychiatriques peuvent tout à faire créer des fous. Ils doivent en créer en masse.

 

PS :

Tout ça explique que les personnes en hôpital psychiatrique n’aient généralement pas l’air démonstratives, exaltées et agressives, mais plutôt assez éteintes. Parce qu’effectivement, normalement, on s’attendrait à voir des gens nerveux, excités, etc… Des fous quoi. Mais non, d’après ce qu’on peut en voir dans les reportages, ils ont l’air surtout d’être dans un état plus ou moins léthargique.

Peut-être qu’il y a un petit problème au niveau de la constipation. Comme les opiacés constipent, il faut donner ce qui équivaut à des anti-inflammatoires. Seulement, ça énerve le patient, qui peut devenir dangereux. Donc, c’est une limite des opiacés en ce qui concerne le confort du personnel soignant. Probablement que de temps à autres, le patient sera à la limite d’efficacité des opiacés, et l’administration d’équivalents d’anti-inflammatoire à ce moment-là provoquera une poussée d’énervement et de violence.

J’ai évoqué tout au long de l’article en filigrane, mais sans le dire clairement (à part au tout début), la raison pour laquelle les médecins donnent des opiacés. Il y a donc deux raisons. Non seulement, c’est plus confortable pour le personnel ; mais surtout, ça rend réel la maladie. Donc, ça justifie leur travail. Double bénéfice.

Enfin, Il est évident qu’aller chez des psychiatres de ville peut déjà être un premier pas vers cette descente aux enfers. En effet, pour de nombreuses pathologies, ils vont utiliser des opiacés ou des équivalents d’opiacés. Du coup, les problèmes de démence risquent d’apparaitre. Ce qui pourra conduire à terme à un internement.